Sans toi Manu !

Une nouvelle fois, tu n’as pas roulé vers le soleil à 200 km/heure sur le compteur rien qu’elle et moi avec le nécessaire. Zombifié, tu t’es confiné bien gentiment chez toi avec le mode d’emploi de tes autotests, tes gestes barrière et tes chats polyglottes qui connaissent toutes les langues de leur rue.

Dans le non-respect de ton périmètre autorisé, tu as tiré sur ta laisse et tu n’as pas ramassé tes crottes.

Rebelle (grr), tu as oublié aussi ton justificatif de domicile pour aller acheter ton pain ou faire tes courses au Monoprix dont les rayons non-essentiels sont marqués comme une zone de crime.

Vide à t’en donner le vertige, tu as suivi les débats autour de la proposition de loi pour une « fin de vie libre et choisie », un sujet sympa et convivial qui a fait décompenser « Michel I am The Grand Ecrivain Français Houellebecq ».

Et toi ? Tu es favorable à une vie libre et choisie mais pourquoi seulement sur la fin ?

Pas grand-chose de croustillant à se mettre dans l’assiette en porcelaine dans l'enquête sur les dîners clandestins du Michel Polnareff Napoléonien et de son acolyte en chef spécialiste es-casseroles et ardoises ;

Oui OK ! Mediapart vient de révéler l’existence d’un déjeuner dans le restau clandestin l’appartement de cet ex-chef de la « jet-set » qui a accueilli parmi les gentils membres de son « Club » Brice Hortefeux et Alain Duhamel, deux boute-en-train persuadés (j’le jure) que tout était parfaitement légal (ah, ah).

OUi bon ! Cyril Hanouna - référence du journalisme d’investigation -, t’a aussi révélé l’existence des « soirées Pfizer » où plusieurs dizaines de personnes privilégiées et non-prioritaires se retrouveraient dans le même appartement cossu pour se faire shooter des vaccins plus chers mais garantis sans thromboses !

Sans être parvenu à réprimer ta déprime malgré la lecture de l’intégrale de Christophe André, rien de tel pour bien te (re)énerver que les occasions gâchées de Neymar au Parc ou l’auto-satisfecit permanent des autorités sanitaires alors que tu t’apprêtes à souffler 100 000 bougies pour tous les Français morts du Covid sans fleurs ni couronnes dont certains ont dû se contenter de tenir la main invisible de Dieu à défaut de pouvoir tenir la main de leurs proches.

Selon l’agence de com du Palais, le Président veut désormais « préparer les esprits à franchir cette barre symbolique » et envisage de s'adresser à toi, « peut-être par écrit » pour « relativiser nos chiffres par rapport aux autres ».

« Il y a quelques nuages gris, mais gardons espoir », te confie un conseiller de la marque Macron dont les multiples costumes du PDG sont autant de déguisements pour tenter de masquer les vertiges de ce vide dans lequel il précipite ton pays.

Non ! Ton « monde-d’après » ne se résumera pas à l’apurement de ta dette et au rematch des présidentielles de 2017.

Oui ! Les jours heureux reviendront (peut-être) !

Mais sans toi Manu !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.