La guerre des doses

Putain 17 h 59 – tu es le dernier client à la boulangerie... Fais gaffe à tes doigts, le rideau se referme derrière toi... Allez, allez ! A la niche ! cou-coucouche panier ! Permission de 18 h, pas de pantoufle pour Cendrillon ! Le maire de Saint-Brieuc refuse de mettre en place le couvre-feu à l’heure prescrite. Au moins, il reste un village breton pour résister...

Avant de te coucher avec les poules, tu prends ton apéro en solo. Au bout du 3ème pastis, tu lances tes premières cacahuètes à tes chats. Au 6ème, ils te les rapportent. Une demi-heure plus tard, tu trinques avec eux pour fêter ton diplôme d’éducateur félin !

Solitude, décrochage, isolement... Ce soir, tu t’identifies aux étudiants fantômes ; Merde alors, les êtres humains seraient donc bien des êtres sociaux ; ces jeunes cons ont besoin de se voir, de s’aimer, de se toucher. Pas simplement de bosser ou d’étudier.

Non, les universités ne réouvriront pas pour le début du second semestre. Allez hop ; à la poubelle, l’animal social cher aux vieux philosophes grecs.

Oui, décidement, tu es bien d’accord avec la professeure de philosophie politique Barbara Stiegler :« aucune société ne peut faire le sacrifice de sa jeunesse » ! Ok une vie est une vie ! Pour l’instant, les personnes décédées en France avaient une espérance de vie de 3 ans en moyenne. Alors ?

Toi aussi, tu fais de la résistance, ton apéro se prolonge, les chats ont fini les cacahouètes et sont partis en boîte : sorti tout droit d’un album d’Astérix, le professeur Raoultix t’explique doctement sur ton tube que l’évolution de l’épidémie est imprévisible et qu’il n’y aura pas de potion magix.

A la question sur l’impossible anticipation des mutations du virus, il te répond avec franchise et un proverbe yiddish : « L’homme prédit, Dieu rit ».

Rire pour ne pas pleurer !

Ce matin par temps clair, tu as lu le dernier Philosophie Magazine avec cette « Une » qui t’interroge au niveau du vécu : « 2021, on improvise ! Comment agir dans l’incertitude ? ».

En attendant de ressentir les bienfaits du détachement et « la sagesse de l’incertain » (si, si), tu peines encore à sentir que le monde est à l'aube « d'une renaissance » et que 2021 sera l’année de l’Espérance annoncée par ton JC (Castex pour ceux qui ne suivent pas) qui, lui, connaît la vraie nature de l’Homo Sapiens et aime bien quand même te dicter ce que doit être ton quotidien.

Comment en es-tu arrivé là ?

Tu repenses à cette histoire du « quoi qu'il en coûte » présidentiel de sa Majestueuse Majesté ; Ce sinistre « Bruno CAC 40 Lemaire » qui déverse des milliards sans broncher alors qu’il y a deux ans il était obligé de te piquer 5 euros sur tes APL pour équilibrer le budget national, c’est vraiment chelou non ?

Cette semaine, tu vas suivre le début du feuilleton US « Who is Sleepy Joe ? » et la série Française « La Guerre des doses » qui va bientôt te révéler si le vaccin Pfizer est efficace contre les mutants.

Allez, allez, on s’en fout de leur vaccin ! De toute façon, y’a pas les doses et c’est pas ton tour !

Allez, allez, tournée générale avec Netflix, nouveau mécène de la cinémathèque française confortablement installé dans ton salon. Pour ne pas mourir idiot, tu vas regarder avec lui le Lupin réinventé qui cartonne aux US.

Leblanc en noir, ah, ah... tu te marres tout seul à tes blagues pourries.

A quand Omar Sy dans le nouveau Biopic du Général De Gaulle ?

A quand la projection du "Best of Netflix" dans la maison d’Henri Langlois ?

L'intelligence a des limites, la bêtise n'en a pas.

Claude Chabrol avait raison !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.