ouiautraindenuit
Les trains de nuit : une mobilité d'avenir
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mars 2022

ouiautraindenuit
Les trains de nuit : une mobilité d'avenir
Abonné·e de Mediapart

Oui au train de nuit présente son programme pour les élections

Les élections présidentielle et législatives approchent. Fort du soutien de plus de 205000 pétitionnaires, le collectif Oui au train de nuit propose un programme de rupture pour les transports et demande aux candidats de s'engager.

ouiautraindenuit
Les trains de nuit : une mobilité d'avenir
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1. Déployer un réseau dense de trains de nuit. Pour les déplacements de 500 km à 1500 km, le train de nuit est une alternative efficace et confortable à la voiture, au bus ou à l’avion car dormir dans le train permet d’éviter de passer la journée dans les transports. Le confort des chambrettes privatives des voitures-lits convient autant aux voyages d’affaires que le prix des sièges inclinables satisfait les budgets contraints, ce qui en fait un train utile pour tout le monde. Comme les trains de nuit circulent sur les voies existantes, au moins 20 à 30 lignes pourront être déployées avant 2030, moyennant la commande de 600 voitures, pour un montant d’1,5 Milliard d’euros (Md€).

2. Doubler le trafic fret et voyageurs en investissant 60 milliards d’euros sur 10 ans pour la régénération et la modernisation du réseau ferré. Le rail est un atout majeur pour réduire nos émissions des gaz à effet de serre et limiter ainsi le réchauffement climatique : doublons le nombre de passagers et de marchandises transportées par voie ferrée d’ici 10 ans ! L’Allemagne investit 86 Md€ sur 10 ans. Aujourd’hui, la France n’est pas à la hauteur : le réseau classique se dégrade faute d’investissements de renouvellement. Investir 60 Md€ sur 10 ans pour remettre à niveau le réseau existant permettra de densifier le trafic ferroviaire en faisant circuler plus de trains de marchandises, des TER fréquents et réguliers jusqu’en soirée, des RER autour des zones urbaines, des Intercités de jour et nuit, nationaux et internationaux. Ces investissements bénéficieront à tous et créeront plusieurs milliers d’emplois.

3. Proposer les TER et Intercités pour tous au prix du covoiturage. Quand on dispose d’une voiture, il est parfois moins cher de l’utiliser que de prendre le train. Pour inciter les usagers occasionnels à préférer le train, le prix des billets TER et Intercités sera fixé au niveau du covoiturage avec un prix de 7€/100km pour tous, sans besoin d’aucune carte d’abonnement. La TVA sera aussi réduite à 5,5 % sur les billets de train. En complément, un prix plancher sur les billets d’avion permettra de réduire le dumping social et écologique des compagnies low-cost, en attendant la mise en place d’une véritable équité fiscale au profit des transports les moins polluants.

4. Augmenter la diversité des destinations au départ de chaque territoire. Au départ des régions les trains grandes lignes mènent surtout vers Paris. Les trains de proximité ne font pas exception : l’investissement de l’État pour les trains du quotidien est très largement concentré sur l’Île-de-France. C’est utile, mais toutes les régions ont aujourd’hui besoin d’investissements similaires : pour développer des RER métropolitains autour des villes ; pour proposer des TER cadencés à la demi-heure en modernisant les infrastructures jusqu’en milieu rural. Pour les grandes lignes, les Intercités de jour et de nuit permettront de relier un grand nombre de destinations par des « transversales directes » en direction de l’ensemble des régions distantes et des pays voisins, sans détour ni changement de gare à Paris.

5. Améliorer la vente des billets pour permettre plus de 2 correspondances. Voyager à travers la France ou l’Europe demande souvent d’emprunter plusieurs trains en correspondance. Acheter un billet devient alors complexe, voire impossible. Essayez par exemple d’acheter un Limoges – Grenoble sans passer par Paris : sncf-connect.fr ne montre pas les combinaisons Intercités+TER, pourtant moins chères pour favoriser les trajets via Paris en TGV. Nous transférerons à SNCF Réseau la plateforme de vente et d’information voyageurs. Cela permettra d’éviter les biais de vente favorisant certains trains, d’autant plus que les trains de nuit en ont beaucoup souffert. SNCF Réseau dispose de toute l’information en temps réel sur les circulations et a déjà pour mission de NE PAS discriminer un opérateur par rapport à un autre. La vente des billets fournira par ailleurs des financements supplémentaires à SNCF Réseau pour régénérer les voies. La possibilité de se reporter sur le train suivant en cas de rupture de correspondance sera garantie. Cette garantie existe de longue date, mais elle est menacée aujourd’hui par la compétition croissante entre opérateurs.

Illustration 1
Les militants "Oui au train de nuit" sont mobilisés pour défendre leur programme aux élections

Le collectif Oui au train de nuit interpelle les candidats à l’élection présidentielle : "Le train de nuit est demandé par 205 000 signataires de la pétition. Candidates et candidats, gagnez des voix, engagez-vous pour les trains de nuit en répondant à notre questionnaire !"

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte