Nous voulons voyager en train à travers l'Europe: un projet pour l'Union Européenne!

Les Verts suédois lancent une campagne en faveur d'une union européenne du ferroviaire. Ils souhaitent une transition écologique pour que nous voyagions plus en train et moins en avion à travers l'Europe, avec une taxe européenne sur l'aérien qui finance le développement des chemins de fer sur le continent.

Voici un extrait de la tribune de trois candidats Verts Suédois au Parlement européen. Nous ne sommes pas nécessairement d'accord avec tous les points, mais il s'agit avant tout de diffuser des perspectives provenant d'autres pays européens qui ont une longueur d'avance pour la renaissance des trains de nuit. Nous souhaitons par cette publication susciter le débat afin que les futurs eurodéputés développent leur vision du ferroviaire européen (notre questionnaire aux candidats est ici).

 

De plus en plus de Suédois veulent voyager en train vers l'Europe. Mais de nombreux changements sont nécessaires pour que le train concurrence sérieusement l’avion. Le parti écologiste suédois se mobilise depuis des années au parlement européen pour rendre le voyage en train plus simple. Une volonté politique européenne est nécessaire. C’est pourquoi les Verts suédois font campagne pour une union ferroviaire européenne.

De nombreux obstacles au voyage en train en Europe viennent d’une mauvaise coordination entre les différents systèmes ferroviaires nationaux. L’UE a réussi à mettre en place un marché commun avec une libre circulation des biens, services et personnes, mais parallèlement les politiques ferroviaires sont toujours soumises aux intérêts nationaux. Les Verts Suèdois ont déjà publiés plusieurs articles sur le sujet.

Ces problèmes peuvent êtres résolus par une stratégie ferroviaire européenne commune pour coordonner le ferroviaire européen et remplacer les politiques ferroviaires actuelles souvent trop «nationalistes ».

Il existe une demande croissante de voyages transfrontaliers en train qui démontre que les citoyens veulent plus d’intégration européenne dans le ferroviaire. Voici donc des propositions pour une union européenne ferroviaire [nous avons reproduit ici 3 des 5 propositions des Verts Suèdois] :

1. Simplifier l’achat de billets de train

Il faut que la recherche et réservation de billets de train pour un voyage à travers le continent devienne simple. A la différence des billets d’avion, il n’y a pas de système commun pour acheter des billets transeuropéens. Les voyageurs doivent constituer leur itinéraire eux-mêmes et acheter des billets séparément pour chaque partie du trajet. Ceci est dû au fait que certains opérateurs veulent éviter d'être comparés à d’éventuels concurrents et s’opposent en conséquence à un système de billetterie ouvert.

En novembre 2018, le parlement européen a voté la proposition des Verts pour l’ouverture des systèmes de billetterie. Cette proposition sera prochainement traitée au conseil des ministres de l’UE et le gouvernement [suédois] devra utiliser cette opportunité pour convaincre les autres membres du bien fondé d’une plateforme de vente de billets regroupant tous les opérateurs de trains. Une telle législation existe déjà en Suisse et a permis l’émergence de nombreux nouveaux canaux de vente de billets.

Une simplification du système de billetterie fait disparaître un des avantages concurrentiels de l'avion par rapport au train. Les opérateurs ferroviaires en bénéficieront, car leur clientèle potentielle s’élargira à tous les voyageurs d’Europe, alors qu'elle est principalement nationale aujourd'hui. 

2. Améliorer la coopération entre opérateurs en cas de retards de trains

Les voyages en train de longue distance nécessitent souvent des correspondances entre trains opérés par différentes compagnies. Une bonne coopération entre ces entreprises est nécessaire pour que les clients puissent voyager sans stress. Si un voyageur manque sa correspondance en raison d’un retard de train, il doit pouvoir prendre le départ suivant, même si celui-ci est opéré par une autre compagnie. C’est le sens de la proposition votée au parlement européen sur initiative des Verts.

Un tel principe similaire existe déjà dans le secteur aérien, où il fait figure aujourd'hui d'évidence. Les compagnies règlent entre elles, à posteriori, la répartition des coûts suite à des retards et des correspondances manquées. Pour que le chemin de fer européen fonctionne, les responsables politiques européens doivent mettre sur les rails une coopération similaire entre les compagnies ferroviaires. Il s’agit ici d’une simplification pour les voyageurs qui peut avantageusement être introduite dans le cadre d’un système de billetique commun.

3. Financer l'ambition ferroviaire par une taxe européenne sur l'aérien

D’importants investissements sont nécessaires pour améliorer le trafic ferroviaire dans l’UE. En plus de la construction de nouvelles lignes, des moyens doivent être affectés à la modernisation des chemins de fer dans de nombreux pays.

Il faut aussi plus de moyens pour la renaissance des trains de nuit, avec en particulier les actions suivantes : l’UE doit étudier les possibilités de lancer des appels d’offres pour des trajets transfrontaliers et subventionner l’achat de matériel roulant neuf. Les opérateurs pourraient aussi se voir proposer de louer du matériel roulant financé par des fonds européens, diminuant ainsi le risque économique encouru pour relancer le service. De plus, une suppression des péages ferroviaires en horaire nocturne rendra l’investissement dans de nouveaux trains de nuit plus attractif.

Il y a urgence. Nous avons besoin d’une transformation écologique vers une Europe dans laquelle nous voyageons plus en train et prenons moins l’avion. Les fonds déjà existants pour financer des projets ferroviaires seront importants à l'avenir. Mais ils seront encore très longtemps insuffisants au vu de l’ampleur des investissements à accomplir. C’est pourquoi nous proposons qu’une taxe européenne sur les vols vienne financer l’amélioration des chemins de fer en Europe. Il est temps que l’avion commence à payer pour ses coûts climatiques et que les fonds récoltés servent à développer une mobilité plus respectueuse du climat.

Carte d'Europe des trains de nuit existants en 2019 (zoom) © Eric Rosen https://rosnix.net/~per/tag/night-trains-map/ Carte d'Europe des trains de nuit existants en 2019 (zoom) © Eric Rosen https://rosnix.net/~per/tag/night-trains-map/

De profonds changements et d'importants investissements sont nécessaires pour que le train devienne le choix n°1 pour les voyages transfrontaliers dans l’UE. Mais c’est la bonne chose à faire pour relever le défi climatique. Le temps est venu pour une transformation ferroviaire qui aboutira à la renaissance du voyage en train à travers l’Europe.

 

Source : Tribune des eurodéputés Alice Bah Kuhnke, Jakop Dalunde et Pär Holmgren, ”Vi vill ha en tågunion för att underlätta för resor i Europa”, DN, 12 avril 2019

Voir aussi la traduction intégrale anglaise :

We want a train union to facilitate travel in Europe, Back-on-Track, 13 avril 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.