ouiautraindenuit
Les trains de nuit : une mobilité d'avenir
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 sept. 2020

Relance des trains de nuit: le gouvernement sera-t-il à la hauteur?

Emmanuel Macron a créé la surprise le 14 juillet en annonçant le redéveloppement des trains de nuit. Cette orientation sera-elle concrétisée par le plan de relance que le gouvernement présentera demain jeudi ? Et surtout, est-ce que les moyens seront à la hauteur pour rattraper les retards d’investissement ?

ouiautraindenuit
Les trains de nuit : une mobilité d'avenir
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Baptiste Djebbari, ministre des transports, a déjà dévoilé la création de deux nouvelles dessertes, vers Nice et Tarbes, d'ici 2022. Le collectif « Oui au train de nuit » appelle l’État à une relance ambitieuse et diversifiée des trains de nuit avec une vision sur le long terme à l’horizon 2030, et un axe fort : relier les régions entre elles par des liaisons transversales et les connecter à l'Europe.

Pourquoi il est urgent d'investir pour les trains de nuit

En France, 195 000 personnes ont signé la pétition « Oui au train de nuit ». Le collectif propose la création de 15 lignes nationales et 15 lignes intra-européennes pour mieux connecter les régions entre elles et offrir enfin une vraie alternative à l'avion. Un tel réseau aurait un potentiel pour transporter plus de 10 millions de passagers par an à l’horizon 2030, ce qui représenterait près de 2 millions de tonnes de CO2 évitées chaque année.

En Europe, le train de nuit connaît une véritable renaissance : l'Autriche investit 750 millions d'euros pour commander 33 nouveaux trains de nuit, et rêve d’un train de nuit vers Paris. La Suède, la Suisse et les Pays-Bas annoncent également de nouvelles lignes. Alors que les voyageurs sont de plus en plus nombreux à vouloir traverser l’Hexagone et l’Europe en train de nuit, la France accuse un retard qui n'est plus tenable. L’ambition du plan de relance sera-t-elle au niveau des pays européens moteurs ?

Investissement public par habitant dans le réseau ferroviaire en 2019 © Source : Allianz Pro Schiene

Les conditions pour une relance des trains de nuit réussie

Pour réussir la relance des trains de nuit, « Oui au train de nuit » propose 9 actions, dont :

  • Une planification ambitieuse sur le long terme, sans oublier les transversales et l'Europe. Rouvrir deux lignes radiales Paris-Nice et Paris-Tarbes d'ici 2022 ne suffit pas. En particulier il existe une carence d’offre importante sur les transversales : de nombreuses régions de l’Hexagone sont aujourd’hui très mal interconnectées entre elles ! Pour retrouver une offre de qualité, un investissement d’1,5 Milliard d’euros sur 10 ans est nécessaire pour constituer un parc de 750 voitures-lits, voitures-couchettes et sièges inclinables neuves ou rénovées. Ce matériel modernisé permettra d'offrir un confort attractif pour tous les publics.
  • Un investissement conséquent dans le réseau ferré, de 5 à 10 Milliards d'euros par an, planifié de manière ferme sur 10 ans. Relancer le train de nuit contribuera à redonner la priorité à la régénération et la modernisation du réseau ferré classique. C’est une action nécessaire aussi bien pour le fret, les « petites lignes », que pour la création de RER en région. C’est autant de projets qui sont déjà annoncés par le gouvernement.
  • Une fiscalité plus équitable entre les différentes mobilités, avec pour objectif que l’aviation – qui est déjà la mobilité la plus rapide – cesse d’écraser le marché en cassant les prix pour les déplacements de 800 à 1500 km. Parmi les propositions : une réduction de la TVA sur les billets de train, et une redevance « pollueur-payeur » sur les billets d'avion.

Téléchargez ici les 9 propositions d'actions de "Oui au train de nuit" en images

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose