ouiautraindenuit
Les trains de nuit : une mobilité d'avenir
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2020

Le Sénat joue un rôle clé pour la relance des trains de nuit

Le retour en grâce des trains de nuit à l’été 2020 a créé la surprise. Et pourtant, il n'est pas venu de nulle part. Depuis plusieurs années, une action importante de nombreux acteurs, et en particulier des sénateurs, a rendu possible un véritable retournement de situation.

ouiautraindenuit
Les trains de nuit : une mobilité d'avenir
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De 2016 à 2018 les sénateurs ont posé pas moins de 23 questions au gouvernement pour pointer du doigt les incohérences de l’argumentation de la SNCF et demander le développement des trains de nuit.

C’est en mars 2019 que le Sénat a pu négocier un virage de la stratégie gouvernementale à travers les débats de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM). Eliane Assassi (Seine-St-Denis) et Guillaume Gontard (Isère) du groupe Communiste Républicain Citoyen et Ecologiste (CRCE) ont ainsi fait voter un amendement pour que l’État étudie le développement de nouvelles lignes de trains de nuit. Au total 7 amendements ont été déposé par diverses groupes politiques (3 ont été adoptés).

Le groupe CRCE a poursuivi l’action en convoquant un débat sur les trains de nuit le 20 novembre 2019. Le virage était alors consommé : les trains de nuit génèrent désormais un consensus important au-delà des clivages politiques. Petit résumé du débat :

Max Brisson (sénateur LR des Pyrénées-Atlantiques) a dénoncé l'attitude de la SNCF : « La SNCF a bien laissé entendre que ses trains de nuit étaient vides et déficitaires. Mais l’Autorité de Régulation des Transports a rectifié […] en 2015, le taux d’occupation des trains de nuit était près de 10 points au-dessus de la moyenne de l’activité des Intercités. »

Josiane Costes (sénatrice radical du Cantal) a pu argumenter que « ce sont les fermetures successives des lignes de trains qui ont rendu vital le recours à l’avion. Pour certains endroits de notre pays la seule réponse est la diversification de l’offre ferroviaire. »

Pour Frédéric Marchand (sénateur LREM du Nord) « Avec l’avènement d'une catégorie de touristes écoresponsables, on peut imaginer qu'au niveau européen le train de nuit puisse être envisagé comme une alternative à l'avion. »

Olivier Jacquin (sénateur PS de Meurthe-et-Moselle) propose d'avancer vers une vision d'avenir : « Imaginons que demain la vérité des prix soit rétablie sur le coût complet et le coût écologique des transports. Le rail offrira, avec son efficacité énergétique incomparable, un bel avenir. Les trains de nuit ont un bel avenir. » [voir le débat complet en vidéo ou en version texte]

Les sénateurs et les candidats qui s'engagent pour les trains de nuit

A l’occasion des élections sénatoriales du 27 septembre 2020 nous proposons d'encourager la mobilisation des futurs sénateurs, en publiant la carte de France des sénateurs qui agissent pour les trains de nuit, ainsi que les engagements des nouveaux candidats (cliquer ici).

Les candidats et les sénateurs qui ne l'ont pas encore fait sont invités à s’engager à travers notre questionnaire sur https://ouiautraindenuit.wordpress.com/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Entre le Covid et la présidentielle, quelle place pour le travail, les travailleuses et les travailleurs ? La rédaction répond à vos questions
Venez échanger avec des journalistes de la rédaction autour de la couverture des questions sociales à Mediapart. L’occasion de revenir sur les enquêtes, reportages et articles qui ont fait l'actualité. Pour poser vos questions, cliquez ici.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener