Chasse : 76 fondations et associations s’unissent contre ses dérives

La Saint-Hubert 2018 ne sera pas forcément la fête de la chasse et des chasseurs, samedi 3 novembre. Brigitte Bardot en tête, 76 fondations et associations s’unissent dans un manifeste « contre les excès et provocations de la chasse. »

La pratique de la chasse et les accidents parfois mortels qui défraient régulièrement la chronique sont au coeur du manifeste signé par 76 associations de défense des animaux. Et de la sécurité des Français(e)s. © Reproduction interdite La pratique de la chasse et les accidents parfois mortels qui défraient régulièrement la chronique sont au coeur du manifeste signé par 76 associations de défense des animaux. Et de la sécurité des Français(e)s. © Reproduction interdite

Samedi 3 novembre 2018, Brigitte Bardot et 76 fondations et associations de défense des animaux ont choisi la Saint-Hubert, « traditionnelle » fête de la chasse et des chasseurs, pour leur souhaiter à leur façon dans un manifeste qui s’élève « contre les excès et provocations de la chasse. » Il faut dire que le monde cynégétique fait régulièrement la « Une » des médias avec des accidents, parfois mortels comme le vététiste tué lors d’une battue en Haute-Savoie récemment, et autres actualités inhérentes à la chasse loin de faire l’unanimité dans l’opinion publique (LIRE ICI). « Ça suffit ! » a clamé, vendredi 2 novembre, la Fondation Brigitte Bardot, à l'initiative de ce manifeste (LÀ), annonçant du même coup un appel uni des 76 fondations et associations qui paraît samedi 3 novembre, jour symbolique de la Saint-Hubert, dans le journal « Le Parisien ».

« Ce qui est exceptionnel, c'est que 76 associations et fondations ont toutes signé. C'est extraordinaire, c'est la première fois qu'il y a un tel engouement contre la chasse », a déclaré à l'AFP Brigitte Bardot, porte-parole des grandes et des petites associations signataires. « C'est un pas formidable contre Macron ! ». L’actrice engagée avait déjà le 12 septembre 2018 lancé un appel à toutes les associations de protection animale de France pour unir leurs voix lors des élections européennes 2019, contre celles des chasseurs. Cette fois, les défenseurs des animaux pointent dans le manifeste « des pratiques cruelles et moralement inacceptables » et donc une fois encore « la bienveillance manifeste de quelques élus en quête de voix, et ce jusqu’au plus haut sommet de l’État. »

Parmi les 76 fondations et associations (LIRE aussi le manifeste à la fin de l’article) figurent les plus virulents défenseurs des animaux : la Fondation Brigitte Bardot, la Ligue pour la protection des oiseaux, la Fondation 30 millions d'amis, L214 Éthique & Animaux, Peta, One Voice, la Ligue de protection des animaux sauvage (l'Aspas) ou autre SPA... Qui dénoncent d’une même voix « 100 à 200 accidents de chasse par an, avec 10 à 20 morts chaque année, dont des promeneurs et des randonneurs », et « des pratiques barbares infligeant des souffrances inacceptables aux animaux : déterrage des blaireaux, utilisation de la glu pour des oiseaux, écrasement et étranglement des passereaux, chasse à courre, etc. ». Les signataires « exigent sans attendre la fin de la chasse à courre, de la vénerie sous terre des renards et blaireaux, des piégeages dits "traditionnels" et de la persécution des animaux dits nuisibles ». Et plaident de nouveau pour le dimanche sans chasse dans un meilleur partage de l’espace public. Ce dernier point vient d’ailleurs d’être rejeté par François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, qui a appelé lundi 29 octobre 2018 les chasseurs, face aux accidents de chasse répétés, à une « généralisation de bonnes pratiques » (VISIONNER la vidéo suivante).

Lundi 29 octobre 2018, François de Rugy a reçu Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, face aux accidents répétés de chasse. © France 3 Bretagne

Pas sûr que le rappel à l’ordre du ministre à la Fédération nationale des chasseurs suffise à améliorer la sécurité lors des chasses en tous genres, et à apaiser les esprits parmi les Français(e)s qui réclament une vraie réforme des pratiques cynégétiques et des mesures draconiennes pour contrer les accidents de chasse. Pourtant deux mesures simples suffiraient déjà à faire avancer les choses dans le bons sens : l’obligation pour les chasseurs de passer chaque année une visite médicale avec contrôle et correction éventuelle de la vision, pour valider annuellement le permis de chasser, et agrandir le périmètre de sécurité de tir autour des habitations d’un rayon de 150 mètres à un rayon de 300 mètres, portée de fusil maximum normalement autorisée dans les tirs de chasse. Histoire, dans un premier temps, d’éloigner un peu plus d’éventuelles balles perdues.

Le manifeste des 76 fondations et associations menées par la Fondation Brigitte Bardot ↓

Appel des 76 fondations et associations contre les "excès et provocations" de la chasse. © Fondation Brigitte Bardot Appel des 76 fondations et associations contre les "excès et provocations" de la chasse. © Fondation Brigitte Bardot

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.