Accidents de chasse : les amies de Morgan Keane interpellent Emmanuel Macron

Le 2 décembre 2020, Morgan Keane était tué par un chasseur qui l’aurait pris pour un sanglier à deux pas de sa maison du Lot, alors qu’il coupait du bois. Les amies du jeune anglais de 25 ans interpellent Emmanuel Macron et les élus contre les accidents de chasse !

Parmi de nouvelles mesures sécuritaires contre les tirs accidentels récurrents de chasseurs, instaurer un périmètre de chasse interdite à 300 mètres des voies de circulation et habitat pourrait contribuer à réduire les accidents et incidents de chasse, notamment les balles perdues dans les maisons ou voitures ? Parmi de nouvelles mesures sécuritaires contre les tirs accidentels récurrents de chasseurs, instaurer un périmètre de chasse interdite à 300 mètres des voies de circulation et habitat pourrait contribuer à réduire les accidents et incidents de chasse, notamment les balles perdues dans les maisons ou voitures ?

« (…) Nous demandons aux élus locaux, aux députés, aux ministres, à monsieur le Président de la République, Emmanuel Macron, de prendre leurs responsabilités. Parce qu’on ne va pas se taire, plus maintenant, parce qu’il est grand temps de cesser de privilégier un groupe d’individus au détriment de l’écrasante majorité de la population qui a peur de sortir de chez elle et qui n’a pas d’autres armes que la parole pour lutter contre cette injustice (…) » Visés : les chasseurs, et les tirs accidentels récurrents de chasse, comme celui qui a tué sur le coup Morgan Keane, le 2 décembre 2020, alors que ce jeune anglais de 25 ans coupait tranquillement du bois près de sa maison, à Calvignac, dans le Lot. Et ces mots forts qui interpellent le chef de l’État et les élus émanent des amies de Morgan - Sara, Léa, Mila ou Peggy -, désespérées depuis qu’un chasseur leur a accidentellement enlevé leur ami, et dont l’incompréhension après ce drame n’a d’égal que la colère face à une certaine forme d’inertie (ou d’impuissance ?) du pouvoir politique face aux accidents de chasse : « Car si plus d’un million de chasseurs représentent un argument électoral de taille, nous sommes bien plus nombreux à souhaiter voir changer en profondeur des lois qui, de toute évidence, ne garantissent ni notre sécurité, ni notre bien-être, et sont loin d’être adaptées à la société contemporaine, qui n’est plus celle des siècles passés. », reprennent les jeunes filles dans la tribune des amies de Morgan, qu’elles viennent de publier comme une lettre ouverte déterminée au président de la République, aux élu(e)s et aux décideurs politiques, pour vraiment réformer la chasse comme le souhaitent aussi quelque 80 % de Français(e)s, avec des mesures sécuritaires dignes des risques que font courir les balles perdues aux riverains, et aux chasseurs eux-mêmes bien souvent…

Samedi 5 décembre 2020, une marche blanche a réuni près de 900 personnes dans le quartier où Morgan Keane avait ses habitudes, sur les bords du Lot, à Cajarc. Tout le monde connaissait Morgan Keane et ce matin encore, certains sont venus honorer la mémoire du jeune homme tué le 2 décembre 2020 par un chasseur. Un hommage entre colère et émotion pour les proches de la victime. © France 3 occitanie

Une tribune contre les dérives de la chasse, et deux sites dédiés

Les amies de Morgan Keane ont publié leur tribune complète sur le site « Savoir Animal », le site des animaux (LIRE LA TRIBUNE ICI), et ce groupe de cinq amies dont Sara, Léa, Mila ou Peggy ont créé aussi « Un jour, un chasseur », pour y recenser des témoignages de dérives accidentelles et/ou d’abus de pouvoir éventuels de chasseurs, avec une boite mail et deux sites : un compte Instagram (→ ICI) et une page Facebook (→ LÀ). N’hésitez pas à aller enrichir leur demande, si vous faites partie de celles et ceux qui ont été confrontés déjà à des tirs accidentels de chasse, et/ou des comportements déplacés de chasseurs ! ? Cela peut aller de la maltraitance animale à la violation de propriété privée, insultes ou intimidations, en passant par des blessures ou tirs accidentels mortels sur des animaux domestiques, maisons et bagnoles trouées comme des passoires, et autres incidents de chasse !?

Amies de Morgan Keane mobilisées

La mobilisation des amies de Morgan Keane se veut aussi une caisse de résonnance devant le silence parfois assourdissant des décideurs politiques face à la demande d’associations de défense et/ou de Française(e)s pour la mise en place de nouvelles mesures sécuritaires à la chasse, adaptées à la densité de population en zone rurale et urbaine. Certes, on vient tout juste d’imposer aux chasseurs le vêtement fluorescent et autres panneaux de signalisation de battues (les deux mesures existaient plus ou moins d’ailleurs déjà), et une remise à niveau tous les 10 ans de la sécurité à la chasse !? Pas de quoi pérorer pour le ministère de la Transition écologique et Solidaire, ministère de tutelle du chasseur, et autre Office français de la Biodiversité qui renouvelle aux nemrods chaque année les mêmes conseils de sécurité, qui eux aussi semblent rester souvent lettre morte… Les tirs accidentels de chasse étaient en augmentation en 2019-2020, et le record pourrait bien être battu pour 2020-2021 ! Soit plus de 420 morts à la chasse depuis l’an 2000, et plusieurs milliers d’estropiés !

Quatre premières mesures sécuritaires urgentes ?

Quatre décisions immédiates et urgentes pourraient probablement faire baisser encore le « quota annuel » de tirs accidentels de chasseurs : IMPOSER une visite médicale et vue ANNUELLE pour valider le permis de chasser tous les ans (au frais du chasseur), par un médecin agréé, mesure qui n’existe vraiment que pour obtenir le 1er permis de chasse. Il faut INTERDIRE aussi la chasse dans un périmètre d’au moins 300 mètres des voies à la circulation et habitat (ce qui correspondrait au tir dit longue distance). On peut EXIGER aussi un taux d’alcoolémie identique pour le chasseur comme pour le conducteur, et RAMENER la nouvelle formation obligatoire à la sécurité de 10 ans à tous les 5 ans, et pourquoi pas sanctionner cette formation par un examen de contrôle ?

Seulement voilà, en attendant, la chasse semblent « gardée » quand il faut la réformer en profondeur, par les décideurs politiques, droite et gauche confondues, qui à l’évidence ménagent souvent dans ses décisions générales les chasseurs et leur « lobby », mené la fleur au fusil par un Thierry Coste qui grenouille dans le marigot politique depuis des décennies pour défendre la chasse et son armée au quotidien ! Les groupes d’études parlementaires sur la chasse « regorgent » de chasseurs. Au sénat, à titre d’exemple, Gérard Larcher, passionné par la chasse, tout comme le président du groupe LREM, François Patriat, n’hésitent pas à la défendre, et à « minimiser » les tirs accidentels de chasseurs en les comparant  aux morts en vélo ou aux noyades en mer (LIRE ARTICLE ICI).

Le chasseur est un électeur. Et même si les effectifs sont passés de 2 millions à 1 million de fusils en 20 ans, « grosso modo, 3 millions de personnes votent chasse » avoue naïvement le sénateur Pierre Charon. Sans oublier Willy Schraen, président national des chasseurs, qui brandit également le volet économique de la chasse (fusils, cartouches et accessoires du parfait chasseur) telle une autre chasse gardée ! Mais les Français(e)s qui veulent une vraie réforme de la chasse et de sa sécurité sont aujourd’hui bien plus nombreux que les chasseurs. Et les élus de tous poils seraient bien avisés de ne plus l’oublier… Surtout à l’approche des élections ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.