Brigitte Bardot implore un « miracle » à Macron pour les animaux

Dans une lettre ouverte cinglante publiée mercredi 26 décembre 2018 sur son site de défense des animaux, Brigitte Bardot demande un « miracle » à Emmanuel Macron pour la condition animale. Et flingue les chasseurs.

La pratique de la chasse et les accidents parfois mortels qui défraient régulièrement la chronique sont au coeur du manifeste signé par 76 associations de défense des animaux. Et de la sécurité des Français(e)s. © Reproduction interdite La pratique de la chasse et les accidents parfois mortels qui défraient régulièrement la chronique sont au coeur du manifeste signé par 76 associations de défense des animaux. Et de la sécurité des Français(e)s. © Reproduction interdite

Ces derniers mois, Brigitte Bardot, fervente militante de la défense des animaux, a interpellé à plusieurs reprises Emmanuel Macron sur la cause animale. Le président de la République a même reçu la comédienne au cours de l’été dernier, accompagnée notamment de Laurence Parisot. À l’issue de l’entretien à l’Élysée, « B.B. » avait même loué « l’attention » du chef de l’État pour le combat de la Fondation Bardot, et les doléances de l’actrice. Mais sur Europe 1, en novembre dernier, la militante avait été beaucoup moins « consensuelle » (ÉCOUTEZ CI-DESSOUS ↓)

Brigitte Bardot : "Le gouvernement et Macron sont à genoux devant les chasseurs" © Europe 1

Las ! Le charme estival de la rencontre présidentielle semble bel et bien rompu ! Brigitte Bardot a publié, mercredi 26 décembre 2018, une lettre ouverte à Emmanuel Macron, où elle pique une grosse colère sur les principaux points de protection animale non résolus à ses yeux, et qui la hérissent au plus haut point ! Et elle demande carrément au président le « miracle de Noël espéré pour les animaux.» Reste à savoir si Macron sera touché par la grâce à ce sujet…

Vidéosurveillance dans les abattoirs, croisade contre la chasse et ses accidents de tirs répétés, dont un vététiste tué le 13 octobre dernier en Haute-Savoie, sans oublier les « avantages » qui sont « accordés aux chasseurs », Brigitte Bardot s’emporte contre Emmanuel Macron : « Vous faites de la France un centre de loisirs pour extermination d’animaux ! », dit la présidente de la Fondation qui porte son nom, stigmatisant aussi « l’étourdissement préalable à la saignée d’animaux abattus comme l’exigent la loi française et européenne. » Brigitte Bardot pense manifestement aussi à la chasse à courre, et sa mise à mort barbare au couteau ou la pique, quand ce ne serait pas par noyade comme dénoncé par plusieurs associations et médias : « La protection animale en France est livrée à un total abandon, à un je-m’en-foutisme général de la part du gouvernement qui laisse s’installer une lente décadence, engendrant de terrifiantes souffrances qui pourraient être évitées. » (LIRE LA LETTRE OUVERTE COMPLÈTE DE BRIGITTE BARDOT À EMMANUEL MACRON, ET LE MANIFESTE DES 76 ASSOCIATIONS, ICI)

Et de pointer du doigt, également, Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, qui, face à Christophe Marie, jouait récemment quelque peu la provocation sur CNews au nez du porte-parole de Brigitte Bardot (VISIONNER LE DÉBAT CONTROVERSÉ CI-DESSOUS ↓).

Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, était le 05/11/2018 sur le Morandini Live de CNEWS pour débattre sur la chasse avec Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs. © CNEWS/Fondation Brigitte Bardot

Il faut dire que la sphère politique en général, et le gouvernement actuel, semblent traîner des pieds, comme depuis des décennies, pour demander l’application immédiate de mesures quant à la condition animale, ou autre abolition de la chasse à courre, comme dans de nombreux pays, ce qui apaiserait déjà une grand majorité de Français(e)s très remonté(e)s contre une forme d’attentisme politique quant à la cause animale et la sécurité du public lors des chasses en tous genres. D’autant que l’abolition de la vènerie au déroulement contestable aujourd’hui, quant à elle, rassemble un infime nombre de veneurs (10.000 pratiquants). Deux nouvelles mesures légiférées simples pourraient aussi apaiser les passions des Français(e)s dans le domaine de la chasse et la sécurité du public : l’obligation annuelle d’une visite médicale et contrôle de la vision (au frais des chasseurs) pour valiser le permis de chasser, et le prolongement à 300 mètres du périmètre de sécurité des tirs de fusils, périmètre actuellement à 150 mètres, alors que l’ont peut tirer jusqu’à 300 mètres légalement !

Brigitte Bardot n’hésite pas à reprocher encore à Emmanuel Macron, ainsi, une « allégeance aux chasseurs (…) et de fricoter à la pêche aux voix. » Dans le viseur de Mme Bardot, qui rappelle au président que 76 associations et fondations ont également signé déjà aussi un manifeste « contre les abus de la chasse. » (lire également ICI et ), les prochaines élections européennes de 2019, notamment. Et la détermination des défenseurs de la cause animale, qui brandissent aussi leur (grand) nombre de voix, pourrait bien désormais peser dans la balance électorale autant, sinon plus, que celles des chasseurs de France !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.