P maurel
téléenquéteur dans un institut de sondage: militant des droits humains
Abonné·e de Mediapart

145 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 janv. 2018

Émeutes en Tunisie: triste anniversaire de la chute de Ben Ali...

La Tunisie est frappée, en ce début d'année, par une série d'émeutes, consécutives au vote, par les pouvoirs publics de la loi de finances 2018: ces manifestations incontrôlées sont la conséquences logique du marasme social et économique qui touche le pays, et de la politique d'austérité engagée par le gouvernement, sous la pression des instances financières internationales.

P maurel
téléenquéteur dans un institut de sondage: militant des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que survient le septième anniversaire de la chute de l'ancien dictateur ben Ali, qui allait déclencher à l'époque un vaste mouvement de fond, intitulé "printemps arabe", la Tunisie est secouée par une vague d'émeutes, touchant l'ensemble du pays, suite au vote, par l'Assemblée Représentative Populaire, de la loi de finances 2018. Sous l'impulsion du Fond Monétaire International, le pouvoir tunisien s'est senti obligé et contraint de faire voter des mesures d'austérité drastiques, provoquant la hausse des prix du téléphone, d'internet, du gasoil, de denrées alimentaires de bases, mais également une hausse de la TVA, ainsi qu'une augmentation des impôts. La pilule semble amère pour la population, qui espérait, après le départ de Ben Ali, en 2011, pouvoir réclamer et obtenir "travail et dignité". Mais 7 années plus tard, si le pays du jasmin s'est doté de nouvelles institutions, après une transition "démocratique" et des élections libres, le marasme social et économique est patent, et certains observateurs, à l'intérieur du pays craignent également la persistance de pratiques autoritaires issues de l'ancien régime, qui bloqueraient de véritables réformes, au sein de l'appareil d'Etat, pour relancer l'économie, mais aussi moderniser le système judiciaire et politique.

 C'est dans ce contexte, et alors que les tunisiens manifestent tous les ans, à la même époque, pour encourager le changement de régime, depuis le départ de Ben Ali, que sont survenues ces violentes échauffourées du Nord au Sud du pays, mettant aux prises de nombreux jeunes avec la police. A Tébourba, près de Tunis, un jeune est décédé, suite à un accrochage avec les forces de l'ordre, un autre est tombé dans le coma, dans une autre commune. A Siliana, dans le Sud, des pierres ont été jetées sur les forces de l'ordre. Et le premier ministre a dénoncé des actes de vandalisme. Les forces politiques se rejettent la responsabilité des violences, la gauche radicale soutenant les manifestants et fustigeant la politique du gouvernement, et les partis de gouvernement dénonçant des provocations sources de sabotages et de débordements. Mais le mouvement de protestations semble spontané et aucun leader ne semble émerger dans ces mouvements de foules, si ce n'est un mystérieux collectif intitulé "qu'est ce qu'on attend?" (Fech Nestannew). On ne peut que regretter cette évolution de la situation politique et économique. D'aucuns redoutent un scénario économique similaire à celui de la Grèce, avec un pays qui risque une situation de faillite et/ou de mise sous tutelle par les institutions financières internationales. Une triste hypothèse qui s'avèrerait peu glorieuse pour la très jeune démocratie tunisienne, alors que celle-ci représentait un espoir après le printemps arabe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse