Le combat pour l'égalité passe aussi par le "mariage pour tous"!

A l' heure ou les opposants au projet de " mariage pour toutes et tous " se déchaînent, pour tenter de contrecarrer le vote d' une loi historique en France, qui va permettre de donner de nouveaux droits à quelques milliers de couples homosexuels, il convient de s' interroger sur la fiabilité des arguments évoqués, ici ou là , dans le débat public.

A l' heure ou les opposants au projet de " mariage pour toutes et tous " se déchaînent, pour tenter de contrecarrer le vote d' une loi historique en France, qui va permettre de donner de nouveaux droits à quelques milliers de couples homosexuels, il convient de s' interroger sur la fiabilité des arguments évoqués, ici ou là , dans le débat public.

  Les opposants au mariage pour toutes et tous évoquent souvent la " tradition française " , héritée notamment du code civil napoléonien, contre une évolution européenne vers l' union des couples homosexuels ( mariage compris ), afin de  justifier une absence d' évolution vers l' égalité des droits . Pourtant un tel argument est sujet à caution : outre que la démocratie, même en France, ne s' est pas construite en un jour, il est tout de même périlleux de penser que la société se construit sur le maintien des conservatismes, et non pas sur la reconnaissance de nouveaux droits . En l' occurrence , ces nouveaux droits qui seraient accordés à des  couples homosexuels ne remet pas en cause le droit des couples hétérosexuels à vivre en famille selon leurs choix et leurs désirs .

  Si l' on fait le parallèle avec le droit des femmes, on se rend compte notamment, que ce combat là , notamment en France , loin d' être acquis d' avance , a été l' objet de nombreux soubresauts successifs, avant d' aboutir, dans les faits , à une égalité en droits , même si des progrès restent encore à accomplir . Pendant la Révolution Française, les pères fondateurs de notre République, "oublièrent" tout simplement d' inscrire, à côté des " Droits de l' Homme et du Citoyen " , " la Déclaration de la Femme et de la Citoyenne " , ce que Olympe de Gouges leur rappela , fort à propos, à cette époque là !  Et ce n' est que beaucoup plus tard, au cours de la 2e moitié du 20e siècle, que furent réactivés, pour les femmes, un certain nombre de droits essentiels pour l' accès à l' égalité : droit de vote et citoyenneté , liberté de disposer de son corps, de choisir ces vêtements, d' exercer certains métiers, de divorcer, etc . Un mouvement pour l' égalité des droits, initié en son temps , par un pays comme la Tunisie, aujourd' hui au coeur de la tourmente politique .

  Dès lors , pourquoi ne pas reconnaître aux couples de même sexe, ce même combat pour l' égalité des droits, qui passe notamment par le droit de se marier, de fonder une famille, après la reconnaissance de l' union civile, et précédemment , les années de dépénalisation ? N 'est-ce pas une manière de concevoir une forme d' universalité des droits, et une certaine conception du progrès social ? La République s' honorera  en s' engageant  définitivement dans cette  direction !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.