Les tribulations de voyages avec la SNCF

Comment on a aimé le train et comment la SNCF veut nous en dégoûter !

Je voulais vous raconter une double histoire étonnante.

J’avais réservé, le 6 juin, deux billets pour aller le 24 juillet de Bergerac (Dordogne) à Bram (Aude) ; puis, le 27 juillet, de Carcassonne (Aude) à Embrun (Hautes-Alpes). J’ai eu confirmation de ces réservations par un mail en date du 6 juin.

Le premier voyage –Bergerac jusque Bram- s’est bien passé.
Pour ce qui est du deuxième, c’est une autre paire de manche.

Il devait normalement se dérouler le 27 juillet. Le départ était prévu avec un TGV à 8 h 24. Ensuite, à Valence, je devais prendre un TER qui m’amenait à Embrun à 15 h 31.

Je reçois un sms le 25 juillet indiquant que le train TGV du 27 ne circulera pas en raison d’un mouvement social local.
Je décide donc de raccourcir mon séjour dans la région de Carcassonne et réserve pour le 26 juillet un train en partance de Carcassonne. Il était prévu ceci :

Montant de la réservation : 65,30 € (payé sans attendre)

26/07 à 15 h 33 : Carcassonne ; intercités

17 h 24  à Montpellier ; TGV

19 h 53 à Valence TGV ; TER ; arrivée à Embrun prévue à 23 h 06.

Ce fameux TER est parti à l’heure mais est arrivé avec trois heures de retard ; soit à 2 heures du matin. Notamment parce qu’il a fallu attendre une correspondance à Valence Ville ; puis laisser le passage d’un train Intercités à Die.
Entretemps, j’ai lu, en gare de Valence ville, un nouveau sms m’indiquant que j’étais attendu le lendemain (samedi 27 juillet) pour le TGV de 8 h 24 ! Donc, deux sms, l’un m’annonçant qu’un train était supprimé, l’autre qu’il n’était pas annulé !

Bien sûr, le feuilleton allait rebondir quelques jours plus tard.

Ce rebondissement nouveau a eu lieu lors du voyage suivant programmé le lundi 29 juillet depuis Embrun jusque Grenoble.
Au départ, je devais être en gare d’Embrun à 12 h 37 ; prendre le train pour arriver à Veynes à 13 h 32 ; ensuite partir à 13 h 37 en autocar pour arriver à Clelles à 14 h 32 ; puis, à 14 h 43, prendre un train qui aurait dû permettre d’arriver à Grenoble à 15 49.

Cela ne s’est évidemment pas passé ainsi. Je suis arrivé avec 30 minutes d’avance en gare d’Embrun. Il était donc 12 h 07. Rien n’était indiqué sur le panneau au sujet du train qui devait partir à 12 h 37. L’employé de la gare –heureusement il y en avait un- indique qu’il y a eu un incendie dans une gare ; la conséquence était que le train était supprimé et remplacé par un bus … qui partait à 12 h 20. J’avais l’impression d’avoir de la chance parce que j’étais arrivé un peu avant l’heure de départ du bus de remplacement.

J’ai donc eu un nouveau billet avec un parcours décomposé ainsi :

12 h 20 Embrun ; départ en autocar pour arriver à Gap à 13 h 05.

Changement d’autocar à Gap ; départ 13 h 12 ; arrivée à Clelles à 14 h 32

Puis TER depuis Clelles ; départ à 14 h 43 pour arriver à Grenoble à 15 h 49.
Cela ne s’est pas passé ainsi ! Arrivé à Gap, je descends du premier bus et demande où se trouve l’arrêt pour le prochain bus ; je n’avais que 7 minutes pour assurer la correspondance. Le chauffeur m’indique un abri presqu’en face de la gare. Je m’y rends … et vois passer le bus de 13 h 12 ! Pourquoi ? Parce que, en si peu de temps, il fallait trouver le bon emplacement  qui était situé … à côté de la gare et non en face.

Je suis donc allé au guichet. On m’a indiqué que le prochain départ aurait lieu à 17 h 35 ; cela m’a amené à Grenoble –sans changement !- à … 20 h 16 ! Soit presque 4 h 30 après l’horaire prévu.

Comme je me doutais que j’allais avoir affaire avec plusieurs directions, j’ai envoyé le message expliquant mes tribulations à :

  • Direction SNCF Occitanie
  • Direction SNCF Clermont
  • Région Auvergne-Rhône-Alpes
  • Direction TGV Paris

J’ai cru comprendre que les retards en TER n’étaient pas remboursés par la SNCF ; par contre la région obtenait une compensation de la part de la SNCF pour retard important. Il serait assez logique que les régions dédommagent les particuliers !

 

J’ai donc écrit pour plusieurs raisons :

  • Comment faire pour que le remboursement du parcours « Carcassonne-Embrun » payé le 26 juillet ? Ceci d’autant que je me suis fié à un premier sms pour changer mon horaire ?
  • Comment me dédommager pour les 3 heures de retard lors de ce parcours ?
  • Comment me dédommager pour les ennuis occasionnés durant le parcours Embrun-Grenoble ?

 

J’ai envoyé ces courriers le 19 août.

Sans avoir indiqué mon adresse-courriel, j’ai reçu une réponse-courriel rapide de SNCF Occitanie et SNCF Clermont : mail classique indiquant qu’ils prennent en compte ma demande mais qu’ils sont débordés !

Depuis, plus rien : aucune nouvelle des quatre courriers envoyés.

 

J’appréciais beaucoup jusque maintenant la SNCF. Je déchante  beaucoup … surtout quand je vois, dans ma région, comment cela se passe avec les TER.

 

Pierre ROSE, 62490 QUIERY LA MOTTE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.