Alerte aux habitants du Pas-de-Calais

Pour quelles raisons le département 62 serait-il isolé durant quatre week-end ? Le « métro-boulot-dodo » va-t-il laisser la place au « boulot (quand il y en a)-confinement » ? Va-ton laisser faire ce gouvernement qui n’excelle pas dans les analyses adéquates ?

Allons-nous nous laisser confiner pendant quatre semaines ?

Il n’en est pas question.

Attention : ce qui suit provient d’une personne complotiste et certainement islamo-gauchiste.

Le PdC est un « grand  département agricole », d’après le mensuel socialiste du conseil départemental « l’écho du Pas-de-Calais ».

Castex, la voix de son maitre, a le culot de dire qu’il entrevoit la fin du tunnel (dixit « le monde ») ; mais il n’y aura un assouplissement qu’après le 15 avril … si tel est le bon vouloir du Prince.

Quand on compare le département 62 et le 93, il parait qu’il y aurait des situations plus graves dans le 93 que dans le PdC. Mais on confine seulement dans le PdC, sûrement parce que la nature est très propice à des transports de virus !

Que font les élus ?

De ce côté-là, on n’est pas aidé du tout.

Le maire d’Arras, par ailleurs président de la communauté urbaine d’Arras, et président des maires du PdC … (j’en oublie certainement beaucoup), intervient à la télé pour dire son accord avec la politique macronienne : il cherche sûrement une place dans un prochain gouvernement. Il a oublié de soutenir Madame Morel, cette Dame de 84 ans qui s’est battue contre une facture d'EDF trop  importante à cause du compteur Linky… et qui a gagné contre Enedis.

La maire de Calais, ancienne sénatrice, vice-présidente de région, s’exprime tellement bien à la télé qu’on ne comprend rien à ce qu’elle dit. Le confinement va la soulager pendant quatre semaines parce qu’elle ne verra pas déambuler les migrants dans « sa » commune.

Dans la région d’Hénin-Beaumont, les élus préfèrent s’occuper de l’extension de la plateforme multimodale qui occasionnera des pollutions supplémentaires et artificialisera encore plus les sols.

Dans le secteur Hénin-Lens-Douai-Vitry, on s’intéresse plus à l’implantation des antennes 5G. On ne s’occupe pas des nuisances que cela occasionnera.

On n’entend pas beaucoup non plus les élus du département (députés, maires, conseillers …) ; ils ne s’occupent pas de la politique sanitaire ; ils ont autre chose à faire, bien plus important : les élections de juin 2021 ! Que c’est triste.

Qu’a fait le gouvernement sur le plan sanitaire  depuis un an ?

Rien … ou presque.

Il a distribué des médailles au personnel soignant qui le voulait. Il n’a pas revalorisé ces métiers. Il n’a pas –au contraire- augmenté le potentiel humain. Ce qui fait que de nombreuses personnes soignantes se sont trouvées en burn out ; d’autres ont démissionné. Il faut aussi savoir que, dans certains hôpitaux, quand on manque de personnels, on fait appel à des volontaires. Ce qui fait que, par exemple, dans un hôpital de l’Avesnois, un médecin remplaçant a obtenu en une journée un salaire équivalent à un mois pour un médecin titulaire !

Par ailleurs, on reporte des interventions chirurgicales. Ce qui fait que –autre exemple- une personne qui a cassé son « clou » à la hanche en octobre attend en souffrant depuis ce temps-là pour avoir une prothèse. C’est même pire : l’intervention devait se faire le 23 février ; elle a été annulée car un confrère avait piqué la prothèse prévue pour cette personne. Cela se passe au centre hospitalier de Douai. La presse locale n’en parle pas ; il y a d’autres priorités, notamment la covid !

Il faut se souvenir que, en avril 2020, Macron disait que les masques ne servaient à rien. Bien entendu, Sibeth NDyae et Olivier Véran ont dit la même chose. Maintenant, les masques sont obligatoires.

Laissons de côté l’utilité des masques : c’est un autre problème.

Pour ce qui est des vaccins, -utiles, nécessaires, pas utiles ?- dans un premier temps, on n’a pas insisté pour vacciner car il n’y avait pas de vaccins ! Maintenant, on insiste plus pour pousser à la vaccination … même s’il manque beaucoup de vaccins et même si les promesses ne seront pas tenue dans ce domaine aussi. On propose par exemple à une personne habitant près de Cambrai d’aller se faire vacciner à Boulogne !

Demain, quand il y aura eu beaucoup de personnes vaccinées, on dira que le vaccin sera obligatoire et que certaines activités ou certains déplacements ne pourront se faire que si l’on a un certificat de vaccination. A défaut de carte de fidélité, il faudra se balader avec une carte de vaccination !

Cette politique gouvernementale n’est pas réfléchie ; elle se fait au coup par coup. Souvent, Castex –le bras droit de qui vous savez- vient en conférence de presse pour dire qu’il n’a rien à dire. Maintenant il veut prendre le taureau par les cornes : et ce serait les habitants du PdC qui devraient subir les défauts de cette politique incohérente, au coup par coup ?

Bien entendu, les médias vont dans ce sens puisque chacun sait que le gouvernement fait tout à la perfection et que c’est l’indiscipline des français qui explique que ce satané virus perdure.
Il ne faut tout de même pas oublier que ce pouvoir liberticide tient un discours basé sur la peur. Il profite de cette période pour renforcer ses pouvoirs, avec la loi sécurité globale, aves ses projets en matière de retraites, avec les plans sociaux qu’il accepte d’autant plus facilement que le prétexte du virus lui sert d’argumentaire. Par ailleurs, cela fait presqu’un an qu’il a donné carte blanche aux opérateurs pour qu’ils installent à profusion des antennes 5G. Cela se voit sur le paysage !

D’autre part, cela l’arrange de museler les gilets jaunes. Manifester devient maintenant un délit, puni d'une amende sans verbalisation... Amnesty International s'émeut de cette situation.

Les « gardiens de la paix » sont tout de même plus cools en ce moment : ils ne cognent plus autant qu’avant le confinement de l’an dernier ; ils verbalisent plus : c’est bon pour l’Etat.

Par ailleurs, ce pouvoir fait semblant d’être écolo avec son projet de loi « climat et résilience »

Bien entendu, tout est mis en œuvre pour faire comprendre qu’on ne peut s’en sortir qu’en revenant aux fondamentaux : la croissance

Globalement, ce pouvoir se fout des vieux et des jeunes. Avec cette politique qui pousse à vouloir tout informatiser et tout individualiser, les jeunes n’ont plus beaucoup de rapports avec leurs semblables ; cela nous prépare une bonne période d’après covid. Par ailleurs, on met tellement de contraintes que cela devient infernal et il n’y a pas de quoi s’étonner que la jeunesse se planque pour se réunir et échapper au cauchemar qu'on lui fait subir.

Pour ce qui est des vieux, ils coûtent trop chers à la société. On ne peut plus les exploiter. Il faut qu’ils comprennent qu’ils ne servent à rien.

La compassion gouvernementale envers les problèmes des jeunes et des vieux est vicieuse : elle s’accompagne d’une petite volonté de s’occuper de ces problèmes … pour, en même temps, mieux les ignorer.

La perspective serait donc pour l’habitant du PdC : bosse puis reste confiné ! Attends que le gouvernement te dise que cette période difficile est finie !

On va se laisser faire ?

On est tout de même dans une situation ubuesque : demain, samedi 7 mars, les personnes qui vont partir de Douai, emprunter la voie rapide en direction de l’autoroute pour aller à Lille vont changer de département et occuper momentanément le Pas-de-Calais. Auront-ils le droit ? Et nous, les habitants du département montré du doigt, on va les regarder passer depuis notre fenêtre ?

Autre problème : samedi 20 mars, aura lieu un grand rassemblement à Bruxelles pour l’arrêt du déploiement de la 5G. Les pasdecalaisiens ne pourront pas y aller ? Ou ils devront partir la veille … et revenir le 22 mars ? Grotesque !

On ne peut pas laisser faire ! Pour ma part, je désobéirai en jouant au con finement. Comme j’habite à 3km du département libre du Nord, je vais me promener le long de la frontière départementale  et je la franchirai éventuellement quand le danger arrivera avec une ou des voitures bleues.

Même pas peur !

Quand va-t-on se révolter ?

 « Le monde »  prétend que nous sommes résignés.

Va-t-on prouver le contraire ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.