Pablita Faust
Juriste
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juil. 2012

Pablita Faust
Juriste
Abonné·e de Mediapart

L'impérialisme par la cartographie ...(avec les cartes !)

J’ai aujourd’hui 27 ans. J’ai suivi l’enseignement public classique : primaire, collège, lycée. Et il y a quelques jours, je viens de me rendre compte que l’on m’a imposé une vision erronée de la géographie de notre planète, sans jamais que l’on m’informe sur la réalité des dimensions du monde. Jamais un professeur de géographie ne m’a mise en garde sur le trucage des cartes du monde que l’on nous présente habituellement.

Pablita Faust
Juriste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai aujourd’hui 27 ans. J’ai suivi l’enseignement public classique : primaire, collège, lycée. Et il y a quelques jours, je viens de me rendre compte que l’on m’a imposé une vision erronée de la géographie de notre planète, sans jamais que l’on m’informe sur la réalité des dimensions du monde. Jamais un professeur de géographie ne m’a mise en garde sur le trucage des cartes du monde que l’on nous présente habituellement.

Bon, j’aurais pu m’en rendre compte avant surtout que je suis consciente depuis quelques années déjà, que l’on nous présente l’histoire et l’actualité d’une vision partielle, partiale et idéologiquement orientée. Mais je n’avais jamais pensé à la géographie ou plus précisément à la cartographie. Surement parce que on m’a toujours dit que la cartographie, c’est une science exacte au même titre que les mathématiques. Comme 2 + 2 font 4, il me paraissait incontestable que la distance à vol d’oiseau entre Paris et Marseille est de 663 kilomètres = aucune vision politique ou idéologique ne peut le changer. Alors j’ai naïvement cru - je m’étais même jamais posé la question-, que les dimensions de la carte de géographie que l’on nous présente à étudier et à apprendre par cœur, obéissaient aux règles de la science exacte.

Déjà j’avais été surprise, lorsque vers 13-14 ans pour la première fois, j’ai vu une carte du monde centrée que l’Amérique. « Quoooi ? L’Europe n’est pas le centre du monde ? Ouai c’est ça ouai ! C’est les ricains qui ont modifié la carte pour faire croire que c’est eux les plus fort. Mais tout le monde sait que c’est nous ! »

  Puis récemment lors d’un voyage en Asie du Sud Est, la vision d’une carte centrée sur cette partie du monde, m’avais rappelé l’ethnocentrisme narcissique et géopolitique de l’Europe.

 Revenons sur la projection de Mercator, nom de la carte « officielle » que l’on nous donne à étudier durant notre cursus scolaire. Mercator est un géographe flamand qui publia en 1569 une carte de l’ensemble du monde à l’usage des navigateurs. Selon le procédé qu’il a utilisé les méridiens sont espacés à intervalle régulier alors que les latitudes sont de plus en plus espacées au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’équateur. Du coup, les surfaces éloignées de l’équateur sont exagérément grande.

 Voici une reproduction de la projection Mercator que l’on nous donne à étudier et qui s’imprime dans nos esprits comme la réalité du monde.

  Sauf que si l’on compare cette carte avec les réalités des superficies des pays ou continents, il apparait clairement qu’elle est disproportionnée.

 L’exemple le plus flagrant d’exagération des surfaces éloignées de l’équateur est le Groenland.

Celui-ci a une superficie de 2 160 000 km². Sur la carte conventionnelle, il apparaît aussi grand que l’Afrique. Néanmoins, le continent africain mesure 30 200 000 km² soit environ15 fois plus grand !

 Le Cameroun semble avoir la même grandeur que la Suisse alors qu’en réalité, le Cameroun est 11 fois plus grand que la Suisse.

 La Finlande et tous les pays scandinaves semblent plus grands que l’Inde alors qu’en réalité, l’Inde avec ses 3.287.263 km² est 10 fois plus grande que la Finlande avec ses 338.424 km2.

 La France semble avoir la même dimension que le Mali. Pourtant, le Mali a une superficie double de celle de la France qui n’en compte que 670 922 km².

L’Europe semble plus grande que la Chine alors qu’en réalité, la Chine est plus du double de l’Union Européenne.

Dernier exemple, l’UE mesure 3 979 952 km² et l’Afrique 30 415 813 km². Il en résulte que si l’Afrique mesurerait 100, l’UE mesurerait 13 ou si l’UE mesure 100, l’Afrique mesurerait 764 ! Alors que sur la carte le rapport est d’environ 1/4 ...

Bigre mais pourquoi donc nous donne-t-on a étudié une carte fausse ? Pour que nous soyons conscients de la grandeur de l’Europe et du monde occidental. Pour qu’inconsciemment les pays dominés acceptent leur domination. Pour qu’inconsciemment nous acceptons la domination historique des pays du Nord pendant le temps de la colonisation et actuellement au niveau politique (car économiquement, pour les américains nous sommes le nouveau tiers-monde cf livre de Michael Lewis Europe : voyage dans le nouveau tiers-monde).etc...

Le G20 est composé de 19 pays et de l’Union Européenne dans son ensemble. Un seul pays d’Afrique, l’Afrique du Sud en est membre. Ce seul pays du continent africain qui en compte 54, représente à lui seul 1/3 de la superficie de l’UE.

 Pourtant dès 1855, James Gall un astronome écossais réalisa un carte du monde avec des dimensions justes. En 1973, le cartographe allemand Peters reprit le travail de Gall et critiqua fermement la projection de Mercator arguant qu’elle surreprésentait les pays riches occidentaux au détriment des pays pauvres du tiers monde et que cela contribuait à leur domination économique et politique. Il publia donc une carte respectant les dimensions réelles des pays et continent.

 Oui, l’Afrique domine le monde !

Oui l’Amérique du Sud est plus grande que l’Amérique du Nord !

 Mais lorsqu’il a fallu choisir entre ses deux représentations les dirigeants des pays occidentaux n’ont pas hésité. Conscient de l’impact politique de la représentation du monde, ils ont délibérément choisi de nous mentir et d’entretenir une fausse vision de la réalité plutôt que de rétablir la vérité dans une science exacte. Ils ont délibérément choisi que cette représentation injuste influence notre perception du monde et continue à asseoir notre domination.

 Il faut préciser que selon les analystes cartographiques, même si les superficies sont respectées, les formes des continents ne le sont pas. La perfection n’est pas de ce monde mais au moins avec un peu de volonté la justice peut l’être !

  Maintenant que notre perception du monde est bouleversé pourquoi donc s’en tenir aux cartes convenues par les impérialistes dominateurs, soit disant explorateur mais avant tout colonisateur!

La terre tourne sur elle-même alors pourquoi le nord est-il toujours en haut. De plus, moi-même je suis mobile, alors en fait dans l’espace il n’y a pas de sens. Lorsque je regarde la mer du haut de Notre-Dame de la Garde à Marseille, le nord est derrière moi, l’Afrique juste devant moi, un peu comme ça :

 Ce choix de l’orientation de la carte du monde avec le nord en haut est aussi le résultat d’une décision arbitraire de quelques-uns devenus la représentation conventionnelle. C’est ce que le géographe australien Mac Arthur contesta en publiant cette carte qui a eu beaucoup de succès dans l’hémisphère sud. Cela bouleverse complètement notre vision du monde. Nous sommes représentés enfin comme ce que nous sommes réellement, un petit bout de terre résiduel dans un coin.

 De plus, dans un monde hiérarchisé comme le nôtre ce qui est en haut à plus de valeur que ce qui est en bas de l’échelle. Les pays du « Sud » représentés dans les cartes conventionnelles ont donc moins de valeurs que les pays du Nord riches et industrialisés.

 La science cartographique doit prendre en compte notamment: la superficie, les formes et la direction. La projection de Fuller apparue en 1946 semble être celle qui soit le plus neutre possible en écartant les ambigüités politiques et impérialistes.

   Ici pas de sens, pas de trucage des superficies, pas de hiérarchisation. On conserve les superficies, les formes des continents. Serait-ce une lecture universelle de la cartographie du monde ?

 C’est cette logique qui semble avoir été adopté par l’ONU  dans son drapeau officiel de 1947.

Néanmoins, la forme et la superficie des continents ne sont pas totalement respectées pour tout le monde. L’Océanie est méconnaissable, l’Afrique et l’Amérique du Sud difforme. De plus, la vue est orientée depuis le pôle nord. Pourquoi ne pas avoir pris depuis le pôle sud ?

 Toutes les polémiques ne sont pas clauses avec cette représentation. En effet, la première version du drapeau onusien a été modifiée. Adopté en 1945, cette ancienne version présenté l’Amérique du Nord au centre du monde, ce qui en était gênant d’un point de vue symbolique.

 Voilà en quelques lignes où m’a menée ma découverte de cette supercherie géographique. Mieux vaut tard que jamais. J’espère qu’un jour prochain nous étudierons toutes ses cartes en cours de géographie, ceux qui permettra de nous situer à notre juste place dans ce monde et contribuera à corriger les inégalités criantes entre le Nord et le Sud. Enfin vu qu’il n’y a pas vraiment de sens nord-sud, entre les pays riches dominateurs et impérialistes jusque dans les sciences exactes, et les pays pauvres.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn