Séisme à Avignon : magnitude 29.63 sur l’échelle de rEchter !

Séisme à Avignon, le FN arrive en tête du 1er tour des élections municipales avec 29.63% des voix. Les médias n’ont jamais autant parlé de la cité des Papes. Mais à y regarder de plus près, que nous enseigne réellement ces résultats ?Mon pote Pierre a une analyse qui ne manque pas de pertinence : "En gros, ce qu'il s'est passé sur Avignon, c'est que la moitié de l'électorat UMP est passé au FN. Pas la grosse surprise quand on se rappelle du scandale Roig sur l'emploi fictif de son rejeton. Par contre, vu la proximité programmatique actuelle entre les deux partis, je ne suis vraiment pas sûr que cela est une réelle signification en termes de rapports de force idéologique."Cette analyse part du principe que les idées UMP/FN sont équivalentes ce qui n'est pas exactement vrai sur les sujets économiques (UE, protectionnisme), mais qui se vérifie largement sur bien d'autres questions plus sociétales (immigration, sécurité, dénigrement des personnes privées d’emplois, des fonctionnaires et des syndicats, dénonciation de ce qu’ils appellent l’assistanat, mariage pour tous…).

Séisme à Avignon, le FN arrive en tête du 1er tour des élections municipales avec 29.63% des voix. Les médias n’ont jamais autant parlé de la cité des Papes. Mais à y regarder de plus près, que nous enseigne réellement ces résultats ?

Mon pote Pierre a une analyse qui ne manque pas de pertinence :

 "En gros, ce qu'il s'est passé sur Avignon, c'est que la moitié de l'électorat UMP est passé au FN. Pas la grosse surprise quand on se rappelle du scandale Roig sur l'emploi fictif de son rejeton. Par contre, vu la proximité programmatique actuelle entre les deux partis, je ne suis vraiment pas sûr que cela est une réelle signification en termes de rapports de force idéologique."

Cette analyse part du principe que les idées UMP/FN sont équivalentes ce qui n'est pas exactement vrai sur les sujets économiques (UE, protectionnisme), mais qui se vérifie largement sur bien d'autres questions plus sociétales (immigration, sécurité, dénigrement des personnes privées d’emplois, des fonctionnaires et des syndicats, dénonciation de ce qu’ils appellent l’assistanat, mariage pour tous…).Mon pote Pierre est un scientifique donc il nous faut vérifier les chiffres.

Les votes additionnés du FN et de l'UMP font environ 49% aux municipales de 2014. En 2008, les résultats étaient 39% UMP et de 9% FN donc 48%. Aux dernières présidentielles, Nicolas Sarkozy recueillait 23% des suffrages et Marine Le Pen 20%. Enfin, aux législatives de 2012, l’UMP a scoré à hauteur de 23% et le FN a 20%. Soit un total de 43% pour ces deux élections. Les voix de droite réunies oscillent donc entre 43% et 49%.

Mettons ensuite en corrélation les résultats des forces dites de gauche. Résultats municipales 2014 :  le PS de Cécile Helle fait 29% , le Front de gauche d'André Castelli réalise 12%, soit 43% . Aux municipales de 2008 les résultats étaient les suivants : la liste PS menée par Michèle Fournier-Armand recueillait 21%, celle du PCF 14%, soit un total de 45 % et enfin les résultats des législatives de 2012, 28% pour le PS, tandis que le Front de gauche récoltait 16% des suffrages, ce qui nous donne un total de 44%. On constate qu’en pourcentage que ces partis réalisent leurs scores habituels dans un département qui traditionnellement vote à droite.

En fait, c’est un rééquilibrage des forces au sein de la droite entre deux partis qui idéologiquement sont très proches. C’est en plus le rejet de l'UMP local qui fait le gros score du FN.

En effet,  Bernard Chaussegros, le parachuté choisi par la Maire sortante, n’avait pas l’étoffe d’un 1er magistrat, et même pas d’un politique. La sortante justement parlons en. Marie Josée Roig est maire d’Avignon depuis 1995. 19 ans de mandat ! Députée, puis ministre de la famille et ministre déléguée à l’Intérieur. Sa sortie a été éclaboussée par le scandale d’emploi fictif de son fils embauché comme assistant parlementaire (et indemnisé par le chômage pour cet emploi fictif). En résumé, elle incarne tout ce qu’une partie de plus en plus massive des citoyens rejette : une politique de carrière privilégiant ses intérêts privés, à tout le moins partisans, au détriment de l’intérêt général.

Il ne faut pas nier la limite des raisonnements arithmétiques notamment car ils ne peuvent prendre en compte le climat brun et l'ambiance nauséabonde... Cela me rappelle un événement vécu fin février rue Guillaume Puy en plein centre-ville d’Avignon. Une voiture diffusait à fond la Marseillaise. Devant l’appartement d’une de ses connaissances, le conducteur et le passager en descendent scandant à tue tête l’hymne nationale. L’occupant de l’appartement sort à sa fenêtre et fait le salut nazi, gestes que les deux chanteurs reproduisent promptement, avant de repartir en chantant...

Alors, in fine la responsabilité du résultat historique du FN à Avignon porte-t-elle plus sur le gouvernement socialiste, appliquant une politique de droite, ou sur le précédent gouvernement de droite ayant appliqué une politique de droite extrême ?

Sur les deux, voir même sur les trois…

Les socialistes ont été élus pour mener une politique de gauche pour en finir avec les connivences avec les pouvoirs de la finance et celui du patronat. Ils font tout le contraire : acceptation sans changer une virgule du pacte Merkozy, signature de l’ANI sur la mobilité des salariés, reniement de la promesse sur les retraites, traitement identique de l’immigration, des Roms, refus du droit de vote aux étrangers, soumission aux banques et aux intérêts privés, négociation du grand marché transatlantique …

De l’autre côté, on ne peut que constater la proximité idéologique de l'UMP et du FN et l’application des idées du 2nd par le 1er. On se souvient tous de la droite populaire et la droite forte de Sarkozy conseillé par Besson, relayée par Hortefeux, Guéant…Bref, des éléments que tout le monde connait, mais que visiblement les analystes politiques feignent d’oublier. La responsabilité de l’UMP est immense dans la banalisation des idées d’extrême droite et dans les résultats du FN. Et ça il ne faut pas le taire…

Finalement, on rappellera utilement la dédiabolisation à grand renfort médiatique du FN présenté comme Républicain. On relèvera enfin que les villes qui voient la victoire du PCF face au PS dans la ceinture rouge, ou les bons résultats du Front de Gauche ou de l’alliance PG-EELV sont sous-médiatisées…

Le séisme avignonnais serait en réalité qu' une réplique des tremblements idéologiques ayant fait pencher toute la classe politique à droite. Espérons que la Mairie sera rose (pâle), car le brun risque d'engloutir Avignon dans une faille sismique...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.