Paco Tizon
Blogre
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 mai 2018

Paco Tizon
Blogre
Abonné·e de Mediapart

Titres de films traduits en anglais : un exercice du pouvoir colonial

En faisant pour le films de cinéma comme pour n’importe quel produit à marketer, les distributeurs de films assument que les titres traduits en français, c'est nul. L'idée qui perdure est que la culture dominante anglo-saxonne est la seule qui vaut.

Paco Tizon
Blogre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Asghar Farhadi, après plusieurs films iraniens, fait un film hispanique. Les acteurs parlent espagnol et le titre est Todos lo saben. Titre traduit en français par… Everybody knows.

Fatih Akin réalise un film allemand titré Aus Dem Nicht ("sorti de rien"). Traduit en français par In the fade ("dans le flou").

Ryusuke Hamaguchi réalise une série japonaise, Happî awâ — un titre qui joue sur la prononciation japonaise de Happy hour. Traduit en France par Sense 5.

 Spielberg réalise un film sur l’épisode historique d’un grand quotidien, le Washington Post, et le titre traduit le symbole que représente ce journal : The Post. Titre traduit en français par… Pentagon papers !?

En 2010 déjà, le site Slate, s’interrogeant sur les raisons de ces choix, pointait une logique de marketing. On pourait aussi parler de cette même logique qui règne dans l’ensemble du monde marchand, et que l’ARPP avait déjà dénoncée dans la publicité : Une logique qui pousse Sony à promettre « make believe », Nespresso, filiale du groupe suisse Nestlé, à afficher « What else ? », et les boutiques Apple à s’appeler Apple Store.

En faisant comme pour n’importe quel produit à marketer, les distributeurs de films assument que le cinéma français, les titres à la française, ça sonne mal et c'est ringard, et que l'anglais est plus vendeur. Pour tous les consommateurs-spectateurs, l'idée qui perdure c'est que la culture dominante anglo-saxonne est la seule qui vaut.

L’anglais est la langue du pouvoir en France, comme le français s’est imposé en Afrique de l’ouest et l'espagnol en Amérique du sud, comme le mandarin s’impose jusqu’en Afrique du sud ou le russe en Ukraine. Mais, on ne leur a pas dit, aux distributeurs français, que la grandeur d'Hollywood sur le pauvre cinéma du reste du monde, c'est un mythe ? Si ils voulaient revendiquer leur culture et leur langue, ils laisseraient simplement tomber l’anglais.

Chaque peuple peut se réapproprier sa langue, pour mieux en accepter l’histoire et la richesse culturelle, au lieu de la brader aux pouvoirs ou aux puissances coloniales.


Article complet sur le site : https://unefiguedanslavitrine.blogspot.fr/2018/05/la-betise-des-titres-traduits-en.html

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar