Pas sans Nous
Coordination Nationale « Pas Sans Nous »
Abonné·e de Mediapart

66 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2022

Commission « Contrat de ville » : Pas sans Nous portera la voix des habitant·es

La Coordination nationale Pas sans Nous a été conviée à la commission « nouvelle génération Contrat de ville », bien décidée à porter la voix des habitant·es sans servir de faire-valoir.

Pas sans Nous
Coordination Nationale « Pas Sans Nous »
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Coordination nationale Pas sans Nous a été conviée à la commission « nouvelle génération Contrat de ville », initiée par Madame Jacqueline GOURAULT, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et Madame Nadia HAI, ministre déléguée, chargée de la Ville.

Les membres de cette commission, élu·es locaux·ales, parlementaires et associations sont donc chargé·es de réfléchir à la nouvelle mouture des contrats de ville, prolongés jusqu’en 2023, à compter de novembre 2021 jusqu’en mars 2022.

Si la Coordination nationale Pas sans Nous a accepté d’apporter sa contribution à cette commission, c’est pour faire entendre la voix des habitant·es, pour qu’elles soient prises en compte. Nous resterons vigilants quant à ce qui sera concrètement retenu... Nous ne sommes pas des faire-valoir et nous affirmerons nos exigences comme nous l’avait fait lors de la remise du rapport « Pour une réforme radicale de la politique de la ville », de Marie-Hélène Bacqué et Mohamed Mechmache à François Lamy, alors ministre de la Ville, à l’occasion de la « Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine » de 2014 et lors de la préparation du rapport « Plan de bataille pour une relance de la politique de la ville » de Jean-Louis Borloo en avril 2018.

Encore aujourd’hui, la Coordination nationale Pas sans Nous entend bien porter la voix des habitant·es des quartiers populaires et faire entendre toutes leurs préoccupations : pour la justice sociale, la lutte contre les discriminations, contre l’islamophobie, pour un renouvellement urbain et un droit au logement dignes des habitant·es, pour un financement des associations des quartiers populaires, pour des conditions sociales dignes : école, santé, mobilité …

Ces contributions auront aussi pour enjeu de lutter contre les discours nauséabonds et haineux, chargés de mépris, de stigmatisation à l’encontre des habitant·es des quartiers, contre les injustices et les inégalités dans l’accès aux droits et de défendre des mesures visant à réduire les fractures sociales et la précarité qui ont été renforcées par la situation sanitaire.

Pas sans Nous s’appuiera sur les témoignages des habitant·es, des collectifs et des associations rencontré·es à l’occasion de son Tour de France « Nos quartiers ont de la gueule » qui a démarré le 29 octobre 2021 et qui se poursuit jusqu’à son étape finale le 12 mars 2022 à Paris.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française