Non aux démolitions à Étouvie (Amiens)

La CRUE, Commission Rénovation Urbaine d’Étouvie à Amiens, s'élève contre la signature le 10 octobre 2019 d'une convention entre Amiens-Métropole et l’ANRU prévoyant la démolition de 232 logements, malgré l’opposition des représentants des locataires.

Non aux démolitions à Étouvie

Malgré l’opposition des représentants des locataires de la SIP, Amiens-Métropole signe le 10 octobre 2019 une convention avec l’ANRU prévoyant la démolition de 232 logements à Étouvie.

La très grande majorité des locataires des bâtiments concernés a exprimé son opposition à cette démolition.
Brigitte Fouré, maire d’Amiens, n’a pas respecté l’engagement de renoncer à certaines démolitions qu’elle a pris en réunion publique le 21 mars 2018.

Les arguments pour la démolition ne tiennent pas la route face au coût de ce projet et à ses conséquences humaines.
Une réhabilitation ambitieuse des bâtiments d’habitation est préférable et possible.

Les locataires ne s’avouent pas vaincus et poursuivront jusqu’au bout la lutte contre ce projet de démolition.
Ils n’acceptent pas les concertations « bidon » et les projets qui se font sans eux.

Halte au mépris de l’avis des habitants par les décideurs !
Il faut que demain une loi interdise les démolitions de logements HLM sans l’accord de la majorité des locataires concernés.

La CRUE (Commission Rénovation Urbaine d’Étouvie) invite les habitants d’Étouvie à en débattre lors de la fête d’automne samedi 12 octobre de 10h à 17h30 place des Provinces Françaises.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.