Nos corps ne sont pas vos champs de bataille

Nous citoyens et citoyennes des quartiers et d'ailleurs sommes à nouveau contraints de répondre aux attaques virulentes faites à une partie de la société qui ne demande qu’à vivre en paix.

Dans l'affaire Décathlon, qui nous oblige à vous rappeler que le droit s'applique à tous dans notre France, la laïcité est une fois de plus dévoyée et comme ce n'était pas suffisant, les lobbys ont foulé du pied le principe de liberté du commerce et de l'industrie. Normal, quand il s’agit des femmes musulmanes tout est permis dans la tête de bon nombre d’hommes et de femmes politiques.

Tout comme la loi de 2004, c'est un traitement d'exception que vous appliquez aux femmes qui portent un foulard. En faisant pression violemment sur Décathlon pour empêcher la vente de « hijab de sport », vous entravez à la liberté de milliers de femmes qui n’ont pas fait vos choix et qui s’assument pleinement. Vous portez atteinte à leur liberté de pratiquer leur religion et à se vêtir comme bon leur semble.

Vous portez atteinte à la dignité de ces femmes dans cette affaire tout comme les multiples tentatives d’interdiction d’accompagner leurs enfants lors des sorties scolaires, à travailler, à étudier, à entrer en centre de formation, à faire du bénévolat, à accéder aux équipements sportifs, à faire du sport, à arbitrer des matches, etc...

Nous rappelons fermement que l’État est censé garantir la liberté des tous et toutes (Cf : Loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de L’État).

Les grandes démocraties aujourd’hui rient au nez de la France, pays des droits de l’Homme.

Faut-il rappeler le palmarès sportif et intellectuel de ces nombreuses femmes qui portent un foulard et qui font la fierté de leurs concitoyen.ne.s à travers le monde ?

Le scandale du silence face aux agressions physiques qui leur sont faites témoigne du peu de cas que l’on fait de la dignité de ces femmes dans cette France qui ne dit pas son nom. C'est une insulte aux valeurs d'égalité et de justice au moment où l’on se soulève contre l’ignominie du racisme et de ses conséquences.

Ces femmes qui exercent leur libre arbitre construisent au quotidien la paix sociale, le vivre ensemble et souhaitent vivre leur citoyenneté dans une France qui a des enjeux sociaux et des défis de transition écologique beaucoup plus urgents à traiter que le « hijab » de Décathlon. Elles sont dans tous les champs professionnels, que cela vous plaise ou non, quels que soient leur niveau d’étude et leur niveau de créativité, elles sont là et revendiquent leurs droits à exister socialement.

Il nous faut à nouveau vous rappeler que les droits humains et fondamentaux qui régissent notre France vous sont aussi applicables quelles que soient les fonctions que vous occupez dans cette société : nos corps ne sont pas vos champs de bataille.

La Coordination nationale Pas sans Nous appelle à la raison pour construire une France ensemble, tolérante, multiculturelle et prête à affronter les véritables défis de l’avenir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.