Personne ne pourra nous séparer !

En 2015, Manuel Valls et François Hollande avaient besoin d’une pomme de discorde dans leur lutte fratricide pour le pouvoir. Ils ont alors ressorti sans vergogne le fantasme de la déchéance de nationalité pour les binationaux en cas de récidive afin de déchainer les passions les plus sombres de la République, alors qu’ils savaient très bien que le droit français s’accommode mal d’une « double peine » pour un même délit.  Au même moment, l’obligation faite aux associations recevant des crédits de la politique de la ville – et seulement à elles – de signer une « charte de la laïcité » avait commencé à fleurir sur le territoire. Là aussi, l’État de droit s’en trouvait contrarié : le principe d’équité n’était pas respecté. La Coordination nationale Pas sans Nous s’était élevée contre ces décisions contraires aux lois de la République.

Le discours d’Emmanuel Macron, le 2 octobre 2020, nous renvoie avec plus de violence encore à l’héritage colonial de la France. Est-ce le rôle d’un Président de la République de désigner une religion, l’Islam, et les musulmans comme ennemis intérieurs ? et une partie de la population : les habitant·es des quartiers populaires ? Au nom de la laïcité, le Président énonce ainsi un tri des populations, c’est-à-dire un séparatisme social.

Nous ne sommes pas dupes de cette manœuvre électoraliste qui sacrifie avec cynisme les plus exclus de notre société pour en faire un réservoir de boucs émissaires. Méthode connue pour faire oublier l’échec d’une politique publique visant l’égalité et l’accès aux droits. Ce discours indigne de la France est assorti du retour généralisé de la charte dite « de la laïcité ».

Nous, habitant·es et/ou acteurs·rices des quartiers populaires, refusons toute tentative du gouvernement pour nous séparer. Nous resterons uni·es, déterminé·es et solidaires pour que toutes et tous jouissent pleinement de leurs droits et qu’être un étranger en France ne soit plus un parcours du combattant.

Nous appelons toutes et tous à dire haut et fort : « Personne ne pourra nous séparer ! »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.