Pas sans Nous
Coordination Nationale « Pas Sans Nous »
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juil. 2022

Abrogerez-vous la loi séparatisme ?

Adresse aux nouveaux député.e.s : abrogerez-vous la loi séparatisme et le contrat d'engagement républicain afin de restaurer les libertés associatives ?

Pas sans Nous
Coordination Nationale « Pas Sans Nous »
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis 1901, la liberté d'association constitue l'un des piliers essentiels de notre pacte républicain. Après vingt années de débats parlementaires, menés notamment par Waldeck-Rousseau, les députés de la IIIe République ont défini un cadre législatif instaurant une relation de confiance entre les autorités publiques et les citoyens décidant de s'organiser librement en association afin de poursuivre collectivement un but commun, un "objet", tantôt politique, culturel, sportif ou tout cela à la fois.

Cette liberté d'association s'adossait aux autres grandes libertés républicaines concédées à cette époque : la liberté d'expression, d'opinion, de réunion et de manifestation également protégées par notre Constitution. C’est précisément ce cadre qui a été abîmé lors de la dernière législature, dans un contexte de prolifération de lois liberticides affirmant une tendance autoritaire et sécuritaire. Le sens des relations entre associations et pouvoirs publics a été profondément inversé : dorénavant la défiance domine. À l'heure où les immenses défis écologiques et sociaux demandent l'engagement de toutes les forces citoyennes, cette situation nous semble extrêmement délétère et l'une des tâches les plus urgentes est d'y remédier.

Expression récente et symptomatique de cette nouvelle culture de la défiance, la « Loi confortant le respect des principes de la République » d’août 2021, et tout particulièrement le Contrat d’engagement républicain, ont concentré toutes les critiques :

  • celles des organismes indépendants comme le Haut Conseil à la Vie Associative, la Défenseure des Droits et la Commission nationale consultative des droits de l'Homme.

  • celles du monde associatif dans sa vaste majorité et toute sa diversité (voir notamment cette prise de position collective de La Coalition pour les libertés associatives).

  • celles des partis politiques de gauche qui, sans ambiguïté, se sont clairement prononcés pour son abrogation lors des dernières échéances électorales (voir le document du Mouvement associatif qui en atteste).

Les critiques contre le Contrat d’engagement républicain, dans le cadre du débat parlementaire, n'auront reçu aucune forme d'écoute sérieuse de la part du ministère de l'Intérieur qui pilotait à la fois la rédaction de la loi et les votes d'une majorité aux ordres. Osons le dire, cette loi constitue un camouflet terrible pour nos organisations rompues au plaidoyer parlementaire car, malgré nos efforts conjoints, nous n'avons pas réussi à infléchir un texte touchant au cœur les libertés associatives.

Le paravent usé de cette loi anti-association a été la lutte contre les séparatismes et la menace du terrorisme islamiste. Résultat ? Au nom de cette loi, l’association départementale du planning familial participant à la défense des droits des femmes, a été interdite de manifestation publique à Chalon-sur-Saône car l'édile de la ville, Gilles Platret, s'offusquait d'une affiche où apparaissait, parmi d’autres, la silhouette d'une femme portant un foulard... Il aura fallu saisir un juge pour faire casser cette décision abusive, détournant l’énergie et les fonds de l’association de sa mission d’intérêt général.

Les entraves à l'action associative sont multiples et répandues, comme en a fait la démonstration l'Observatoire des libertés associatives. La plus grave est la dissolution administrative d'une association, une pratique facilité par les nouvelles dispositions législatives et qui se banalise dangereusement sous la férule de G. Darmanin. Cette « loi séparatisme » est ainsi venue mettre un voile de légalité sur l'arbitraire et les atteintes aux libertés associatives dans leur ensemble.

C’est pourquoi, au nom des principes de la République et des libertés associatives, mesdames et messieurs les nouveaux députés à l’Assemblée nationale, nous vous posons cette question directe : abrogerez-vous la
« loi confortant le respect des principes de la République » et le Contrat d’engagement républicain ? Ce faisant, vous poseriez une première pierre pour reconstruire une relation constructive entre les associations et les institutions de la République.

Paris, le 18 juillet 2022

Ps : le front républicain restant bien réel du côté du monde associatif et syndical, ce courrier n'a pas été envoyé aux députés du Rassemblement national et affiliés

A l’initiative de la Coalition pour les libertés associatives : www.lacoalition.fr Signatures :
Action droits des Musulmans, Les Amis de la Terre, Alternatiba, L’Anafé, Anticor, ANV-COP21, Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie, Association France Palestine Solidarités, Le Collectif des associations citoyennes, La Cimade, Le Comede, Le Comité pour le respect des libertés et des droits de l'Homme en Tunisie, Coordination nationale Pas sans nous, Le CRID, Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s Égalité (FASTI), Fédération nationale de la Libre Pensée, La Fédération syndicale unitaire (FSU), Fédération des tunisiens citoyens des deux rives, Fondation Copernic, Greenpeace France, Le Groupe accueil et solidarité, Le Gisti, IPAM, La Ligue des Droits de l’Homme, Mémorial 98, Le MRAP, La Quadrature du net, Le Planning familial, L’union syndicale Solidaires, Le Syndicat des avocats de France, Le Syndicat de la magistrature, Tous Migrants, VoxPublic

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier