Pas sans Nous
Coordination Nationale « Pas Sans Nous »
Abonné·e de Mediapart

66 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2016

Non, madame la ministre nous ne participerons pas à cette nouvelle mascarade

Pas sans Nous
Coordination Nationale « Pas Sans Nous »
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bien qu’invités à cette journée d’échanges des associations de proximité, appelée « Rentrée citoyenne », organisée par le secrétariat d’État à la ville, nous n’y participerons pas. 

Comment pouvez-vous, Madame la ministre, intituler cette journée « de rencontres et d’échanges des associations de proximité » alors que bon nombre d’entre elles n’ont pas été invitées ? Comment et sur quels critères certaines associations sont sélectionnées et invitées et d’autres évitées ?

Encore une fois, cette journée incarne la politique gouvernementale de la division et du soupçon vis-à-vis de tous ceux qui veulent affirmer l’autonomie et l’indépendance des associations.

À l’heure de la participation citoyenne, pourquoi éviter d’entendre les femmes et les hommes de la société civile autonomes qui s’investissent dans les associations de proximité au quotidien ? Ces associations, libres dans leur pensée, affranchies de toute tutelle et/ou d’allégeance politique, construisent pourtant au quotidien la France du « faire ensemble » trop souvent galvaudé !

Comment pourrions-nous participer à cette « rentrée citoyenne des associations de proximité » alors que bon nombre d'entre elles sont mises en difficulté dans les territoires ?

·       Comment accepter que certaines associations, notamment les plus petites, n’aient pas encore perçu leurs subventions le 15 octobre, parfois même pas reçu leurs notifications ?

·       Comment accepter que des associations qui touchent 2000 € de subventions par an soient destinataires d’audit à l’issue duquel le seul reproche qui leur soit fait soit l’absence d’une comptabilité analytique ?

·       Comment accepter que certaines associations soient contraintes de signer une charte de la laïcité pour obtenir une subvention alors que cette charte est discriminatoire puisqu’elle ne s’applique qu’aux seules associations subventionnées au titre de la politique de la ville ?

·       Comment accepter que certaines associations de proximité, au prétexte qu’elles ne sollicitent pas de subventions, soient constamment oubliées des projets stratégiques locaux, des diagnostics territoriaux ou des projets de quartiers alors que leurs actions sont reconnues par les habitants et qu'elles sont mises à contribution par les pouvoirs publics dès qu’il y a des difficultés sur un territoire ?

Comment participer à des ateliers « liberté, égalité, fraternité » et « associations partenaires indispensables des pouvoirs publics » alors que depuis plus de trente ans, les habitants des quartiers populaires subissent des politiques publiques qui ne font qu’aggraver les inégalités, les stigmatisations, les discriminations… ?

Dans leur rapport « Pour une réforme radicale de la politique de la ville » fait à la demande de votre ministère, Marie-Hélène Bacqué et Mohamed Mechmache dénonçaient les conditions de financement des associations qui ne faisaient que favoriser le clientélisme. Ils vous ont fait des propositions :

·       La création d’une fondation pour la solidarité sociale

·       La création d’un fonds pour la démocratie d’initiative citoyenne

Aucune de ces propositions n’a été retenue !

Alors, NON, Madame la ministre, nous ne participerons pas à cette nouvelle mascarade !

Nous appelons tout-e-s les habitant-e-s et tout-e-s les acteurs associatifs qui interviennent de près ou de loin dans les quartiers populaires à se lever et à se mobiliser pour une véritable justice sociale.

Nous n’attendrons pas un énième plan Marshall, il y a urgence pour les quartiers !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement