Pas sans Nous
Coordination Nationale « Pas Sans Nous »
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2016

Pas sans Nous
Coordination Nationale « Pas Sans Nous »
Abonné·e de Mediapart

Trop, c'est trop !

Suite aux propos tenus par différents responsables politiques, la Coordination nationale Pas sans Nous élève ici ses plus vives indignations sur les amalgames qui ne cessent d’être portés à l’encontre des quartiers populaires et de leurs habitants.

Pas sans Nous
Coordination Nationale « Pas Sans Nous »
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les événements tragiques survenus à Bruxelles, qui ont endeuillé des dizaines de familles (aussi bien belges qu’étrangères), nous ont plongés dans l’émoi et dans la douleur. Ces attentats, comme ceux de novembre dernier et de janvier 2015 appellent à un élan de solidarité et de réflexion collective. Malheureusement, ce n’est pas ainsi que certains l’entendent et les amalgames et caricatures fusent de toutes parts.

Ici, c’est un ministre de la République qui pointe un doigt accusateur sur la Belgique en prétendant lui donner des leçons sur son manque de vigilance, voire sa naïveté ;  ailleurs, c’est un responsable syndical de la police qui dit « Des Molenbeek, il y en a partout en France » faisant des quartiers populaires et de leurs habitants le cœur du terrorisme ; ensuite, c’est un député de la majorité gouvernementale qui appelle le gouvernement à« lutter contre les Molenbeek qu'il y a chez nous », transformant ainsi « Molenbeek » en nom commun pour désigner les quartiers populaires ; c’est enfin le ministre de la Jeunesses et des sports et de la ville qui affirme qu’une « centaine de quartiers en France » présentent « des similitudes potentielles avec Molenbeek ». Ces déclarations simplistes sont dangereuses et irresponsables car elles manient la peur et la tension sociale et ethno-raciale. 

Nous ne dirons rien des propos réactionnaires et haineux des responsables politiques de droite. Que pouvions-nous en attendre ? Mais, pour autant, faut-il rappeler au ministre en charge de la politique de la ville que sa mission est de travailler à la solidarité et à la justice spatiale pour les quartiers populaires et leurs populations qui vivent au quotidien les injustices sociales et économiques et non de les montrer du doigt, de les présenter comme des coupables potentiels et des creusets du terrorisme ? Faut-il rappeler que combattre ces actes terroristes appelle à en comprendre les racines, autrement plus complexes, sous peine de s’engager plus avant dans la spirale de la violence ?

Trop, cest trop !

La Coordination nationale Pas sans Nous élève ici ses plus vives indignations sur les amalgames qui ne cessent d’être portés à l’encontre des quartiers populaires et de leurs habitants.

Déjà, au lendemain des attentats contre Charlie Hebdo, nous faisions une lettre au Président de la République, François Hollande, pour lui faire part de notre inquiétude sur « les amalgames et la montée des tensions sociales, du racisme et de lintolérance, de l'islamophobie et de l'antisémitisme ».

Quelques semaines plus tard, nous disions sur Médiapart notre colère : « Nous sommes particulièrement choqués des raccourcis qui consistent à assimiler les déficits de citoyenneté aux quartiers populaires, et inquiets dun certain nombre de mesures qui ne conduiront qu’à accentuer encore la stigmatisation des plus pauvres.  

Aujourd’hui, nous disons à la fois notre solidarité avec tous les habitants des quartiers populaires, injustement montrés du doigt et notre profonde colère : les seules réponses du gouvernement sont « état durgence et déchéance de nationalité » ! En ne prenant pas la mesure de la situation, en jouant avec la peur et en inventant des coupables, le gouvernement prend une lourde responsabilité.

Trop, cest trop !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal