pascal b
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 août 2021

Liberté? Le vaccin pour toutes et tous et partout!

La décence ordinaire nous oblige. Il est des choses qui ne se font pas au risque de mettre la vie ou la liberté des autres en danger : conduire à gauche ou ne pas se faire vacciner si on le peut. Les solidarités et l’altruisme perdurent en dépit du consumérisme ambiant.

pascal b
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le vaccin, pour tous et toutes et partout, permet de défendre les libertés

https://reve86.org/tribune-libre-pour-la-vaccination-de-tous-te-toutes-dans-le-monde-si-vous-voulez-signer/

La décence ordinaire nous oblige. Il est des choses qui ne se font pas au risque de mettre la vie ou la liberté des autres en danger : conduire à gauche ou ne pas se faire vacciner si on le peut. Les solidarités et l’altruisme perdurent en dépit du consumérisme ambiant.

Des réticences existent et les difficultés d’accès aux soins s’accroissent en raison de l'impéritie du gouvernement pour faire face à la pandémie et plus généralement en raisons du délabrement et de la dématérialisation des services publics, des inégalités sociales et territoriales, et d’une défiance importante envers le personnel politique, les médias et, dans une moindre mesure, les sciences.

Chacun pour soi ?

Au nom du libéralisme même, le chacun pour soi est toujours inacceptable. La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 stipule dans son article 4 que « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ».  Cependant, il est des droits qui restent, plus ou moins, lettres mortes (comme l’égalité dans tous les domaines, ou le droit à l’emploi et à l’asile) car l’interprétation néo-libérale — pour qui le profit capitaliste doit primer  —  l’emporte trop souvent sur le bien commun. C’est le cas avec le passe sanitaire. Le gouvernement se défausse de ses responsabilités sur les citoyen·e·s en les incitant à se vacciner, ou pas (en passant les tests, en payant), et en contraignant les acteurs économiques, sociaux, culturels, etc. à les contrôler. Si la pandémie flambe à nouveau ce sera de leur responsabilité ... Les manifestant·e·s vont donner raison au gouvernement.

Les pouvoirs publics se doivent de faire preuve de prévoyance, de constance, de pédagogie et surtout de se donner les moyens d’aller au plus près des personnes à risques, exclues, isolées, etc, et de les accompagner pour les convaincre. Mais le dogme néolibéral est tenace.

La pandémie du Covid-19 existe !

Il faut le redire, la pandémie est une réalité qui a officiellement provoqué le décès de plus de 4 millions de personnes dans le monde — et sans aucun doute directement et indirectement de très nombreuses autres —,  ainsi que des souffrances et des séquelles innombrables et durables. Avec les nouveaux variants, la situation est extrêmement tendue en France et catastrophique dans de nombreux pays. La vaccination reste toujours fortement inégalitaire entre pays riches et pays pauvres. Tout cela est abondamment documenté, voir par exemple les données mondiales agrégées et les données nationales sur les sites CovidTrackers.

Levée des brevets et solidarité internationale

Il ne sera possible de sortir rapidement de cette situation qu’avec la levée des brevets et des licences afin d’augmenter drastiquement la production de doses et la généralisation de la vaccination à l’échelle mondiale. Un autre verrou néolibéral est  à faire sauter.  

Contre le passe sanitaire

Il s’agit de s’opposer au passe sanitaire pour de bonne raisons. Nous ne sommes pas en dictature, et les libertés et les droits sociaux sont attaqués depuis longtemps. Les comparaisons avec le nazisme et l'apartheid sont odieuses pour toutes les victimes. Les véritables problèmes concernant le passe ont été soulignés par les associations et les syndicats. Ils concernent principalement l’arbitraire des mesures prises : les salariés en contacts avec les publics doivent être vacciné·e·s, mais la police est exempte de cette obligation, l'accès devient aléatoire dans les hôpitaux et dans les Ephad. Les atteintes touchent principalement au droit du travail, à l'égalité et à l'interdiction des discriminations, au respect de la vie privée, au droit à la protection sociale et de la santé publique.

Prendre soin de toutes et tous

Il n’est pas possible au nom de la seule liberté individuelle de nier le danger de la pandémie et de refuser de prendre collectivement soin de la santé de toutes et tous.

Poitiers, le 6 août 2021
Thierry Pasquier,

Pascal Boissel, Sophie Le Mô, Guy Aubarbier, Sylvie Ha Cosseau, Pascal Canaud

Si vous souhai­tez vous asso­cier à cette tribune, la soute­nir et éven­tuel­le­ment la cosi­gner publique­ment, merci de lais­ser vos coor­don­nées sur ce formu­laire en ligne.

https://framaforms.org/le-vaccin-pour-tous-et-toutes-et-partout-permet-de-defendre-les-libertes-1628260706

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat