Pascal EYCHART
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 févr. 2019

Pascal EYCHART
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

Où est Amélie Poinssot ?

Mais où est Amélie Poinssot, la spécialiste de l’Europe du l’Est ? L’ukraine glorifie des collaborateurs du 3ème Reich, fait du jour de leur naissance un jour férié, des descentes au flambeau s’y organisent, une histoire négationniste est réécrite, les actes antisémites augmentent, les fascistes agressent en pleine journée sans craindre la justice.

Pascal EYCHART
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le centre Wiesenthal critique sévèrement la décision du Parlement ukrainien de faire du jour de l’anniversaire du collaborateur nazi Bandera un jour férié

Le Centre Simon Wiesenthal a sévèrement critiqué aujourd’hui la décision récente du Parlement ukrainien de faire du 1er janvier, jour de l’anniversaire de Stepan Bandera (voir photo) collaborateur ukrainien pendant la guerre, un jour férié.

Efraim Zuroff, Directeur des affaires de l’Europe orientale au Centre Wiesenthal, et Mark Weitzman, Directeur des Affaires gouvernementales du Centre, ont aujourd’hui souligné la participation active de membres de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), placés sous le commandement de Bandera, dans l’assassinat massif de juifs au cours des premières semaines de l’invasion de l’Union soviétique par les nazis en juin 1941.

« Glorifier la personne dont les hommes ont commis d’innombrables crimes odieux est une insulte aux victimes et une déformation inconcevable de l’histoire du génocide le plus horrible au monde », a déclaré le Dr Zuroff.

« Malheureusement, ces dernières années, l’Ukraine a été l’un des principaux propagateurs d’une version déformée de l’histoire de l’Holocauste qui cherche à dissimuler ou à minimiser les crimes commis par les nationalistes ukrainiens », a-t-il ajouté.

Weitzman a ajouté: « Il est clair que l’Ukraine choisit de réhabiliter l’antisémitisme et de censurer l’histoire ». Il a ajouté que, parallèlement à la fête nationale de Bandera, la région ukrainienne de Lviv annonçait que 2019 serait « l’année Stepan Bandera » et qu’un livre étudiant les mesures antisémites de l’homme politique Simon Petlioura, qui a dirigé les pogroms de 1919 contre les Juifs, était interdit.

« En se joignant à d’autres pays qui réécrivent l’histoire, l’Ukraine montre à quel point elle a peu appris des tragédies du passé. Ces actions sont une confirmation scandaleuse du passé le plus sombre de l’Ukraine et un rejet absolu des valeurs démocratiques », a conclu Weitzman.

Rejoignez le Centre sur Facebook, www.facebook.com/simonwiesenthalcenter, ou suivez @simonwiesenthal pour les mises à jour envoyées directement à votre fil Twitter.

Le Simon Wiesenthal Center est l’une des plus grandes organisations juives internationales de défense des droits de l’homme comptant plus de 400 000 familles membres aux États-Unis. C’est une ONG appartenant à des agences internationales telles que les Nations Unies, l’UNESCO, l’OSCE, l’OEA, le Conseil de l’Europe et le Parlement latino-américain (Parlatino).

Source : Simon Wiesenthal Center, 27-12-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Source : https://www.les-crises.fr/le-centre-wiesenthal-critique-severement-la-decision-du-parlement-ukrainien-dhonorer-le-collaborateur-nazi-bandera/

——-

Source : Twitter, Eduard Dolinsky, 29-01-2019

Les captures d’écran proviennent d’unkie sélection des derniers tweets du compte Twitter d’Eduard Dolinsky @eDolinsky, directeur du Comité juif ukrainien, basé à Kiev.

Source : Twitter, Eduard Dolinsky, 29-01-2019

https://www.les-crises.fr/ukraine-l-antisemitisme-se-developpe-en-ukraine-avec-le-soutien-de-certaines-autorites/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Italie : l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en Italie en sièges cache une stabilité de son électorat. L’Italie n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame