Où est Amélie Poinssot ?

Mais où est Amélie Poinssot, la spécialiste de l’Europe du l’Est ? L’ukraine glorifie des collaborateurs du 3ème Reich, fait du jour de leur naissance un jour férié, des descentes au flambeau s’y organisent, une histoire négationniste est réécrite, les actes antisémites augmentent, les fascistes agressent en pleine journée sans craindre la justice.

Le centre Wiesenthal critique sévèrement la décision du Parlement ukrainien de faire du jour de l’anniversaire du collaborateur nazi Bandera un jour férié

Le Centre Simon Wiesenthal a sévèrement critiqué aujourd’hui la décision récente du Parlement ukrainien de faire du 1er janvier, jour de l’anniversaire de Stepan Bandera (voir photo) collaborateur ukrainien pendant la guerre, un jour férié.

Efraim Zuroff, Directeur des affaires de l’Europe orientale au Centre Wiesenthal, et Mark Weitzman, Directeur des Affaires gouvernementales du Centre, ont aujourd’hui souligné la participation active de membres de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), placés sous le commandement de Bandera, dans l’assassinat massif de juifs au cours des premières semaines de l’invasion de l’Union soviétique par les nazis en juin 1941.

« Glorifier la personne dont les hommes ont commis d’innombrables crimes odieux est une insulte aux victimes et une déformation inconcevable de l’histoire du génocide le plus horrible au monde », a déclaré le Dr Zuroff.

« Malheureusement, ces dernières années, l’Ukraine a été l’un des principaux propagateurs d’une version déformée de l’histoire de l’Holocauste qui cherche à dissimuler ou à minimiser les crimes commis par les nationalistes ukrainiens », a-t-il ajouté.

Weitzman a ajouté: « Il est clair que l’Ukraine choisit de réhabiliter l’antisémitisme et de censurer l’histoire ». Il a ajouté que, parallèlement à la fête nationale de Bandera, la région ukrainienne de Lviv annonçait que 2019 serait « l’année Stepan Bandera » et qu’un livre étudiant les mesures antisémites de l’homme politique Simon Petlioura, qui a dirigé les pogroms de 1919 contre les Juifs, était interdit.

« En se joignant à d’autres pays qui réécrivent l’histoire, l’Ukraine montre à quel point elle a peu appris des tragédies du passé. Ces actions sont une confirmation scandaleuse du passé le plus sombre de l’Ukraine et un rejet absolu des valeurs démocratiques », a conclu Weitzman.

Rejoignez le Centre sur Facebook, www.facebook.com/simonwiesenthalcenter, ou suivez @simonwiesenthal pour les mises à jour envoyées directement à votre fil Twitter.

Le Simon Wiesenthal Center est l’une des plus grandes organisations juives internationales de défense des droits de l’homme comptant plus de 400 000 familles membres aux États-Unis. C’est une ONG appartenant à des agences internationales telles que les Nations Unies, l’UNESCO, l’OSCE, l’OEA, le Conseil de l’Europe et le Parlement latino-américain (Parlatino).

Source : Simon Wiesenthal Center, 27-12-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

ukraine-csw-768x391

 

 

capture-d-ecran-2019-01-15-a-17-12-11

Source : https://www.les-crises.fr/le-centre-wiesenthal-critique-severement-la-decision-du-parlement-ukrainien-dhonorer-le-collaborateur-nazi-bandera/

——-

 

Source : Twitter, Eduard Dolinsky, 29-01-2019

Les captures d’écran proviennent d’unkie sélection des derniers tweets du compte Twitter d’Eduard Dolinsky @eDolinsky, directeur du Comité juif ukrainien, basé à Kiev.

 





 

Source : Twitter, Eduard Dolinsky, 29-01-2019

https://www.les-crises.fr/ukraine-l-antisemitisme-se-developpe-en-ukraine-avec-le-soutien-de-certaines-autorites/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.