Pascal EYCHART
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2015

Pascal EYCHART
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

la turquie responsable de l'attaque au gaz de la Ghouta ?

Un premier gros doute était apparu quelques mois plus tard lorsque le prestigieux MIT de Boston avait remis en cause la thèse bancale des chancelleries occidentales en démontrant que les attaques chimiques avaient été lancées depuis une zone tenue par les rebelles. Maintenant, ce sont des députés turcs qui dénoncent ... et finissent en prison.

Pascal EYCHART
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

source : http://chroniquesdugrandjeu.over-blog.com/2015/10/le-sultan-du-sarin-la-turquie-derriere-l-attaque-chimique-de-la-ghouta.html

 Je rajoute un lien vers le blog de JPM2 qui a traité aussi l'information mais avec plus de sources 

https://blogs.mediapart.fr/jpm2/blog/190316/le-gaz-sarin-de-lattaque-de-la-ghouta-venait-de-turquie

Le sultan du sarin : la Turquie derrière l'attaque chimique de la Ghouta

24 Octobre 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus

Si la culpabilité turque se confirme, et c'est bien parti pour, ça en dit long, très long, sur l'état de décadence morale, éthique et politique de l'Occident qui, pour protéger un allié membre de l'OTAN et faire tomber Assad, s'est vautré dans le mensonge le plus sordide.

Les attaques chimiques de la Ghouta d'août 2013 avaient, on s'en souvient, créé un choc dans les opinions publiques occidentales, déjà patiemment travaillées depuis des mois par les habituelles officines et leurs relais médiatiques. Bachar massacre son peuple [alors que la guerre chiite-sunnites dure depuis des siècles en Syrie et que la moitié des morts du conflit actuel appartient au camp loyal au régime], Bachar assassine la démocratie [alors qu'à côté des vrais manifestants pacifiques sont apparus presque immédiatement des groupes sunnites fondamentalistes financés depuis des années par l'Arabie saoudite et le Qatar]. Et maintenant Bachar gaze son peuple ?! C'en est trop, bombardons le boucher de Damas !

Sauf que...

Un premier gros doute était apparu quelques mois plus tard lorsque le prestigieux MIT de Boston avait remis en cause la thèse bancale des chancelleries occidentales en démontrant que les attaques chimiques avaient été lancées depuis une zone tenue par les rebelles. Etude de missiles, d'ogives, calcul des trajectoires, du volume de gaz etc., la conclusion s'imposait : les missiles avaient été lancés à moins de 2 km, alors que l'armée syrienne était au bas mot à 10 km. A l'époque, seul le Point avait courageusement relayé l'information dans l'omerta généralisée de la mafia médiatique (notons tout de même les contorsions acrobatiques de l'article qui finit par conclure que, oui, les attaques ont été lancées depuis une zone rebelle, mais c'est quand même l'armée de Bachar qui l'a fait. Que voulez-vous, les consignes sont les consignes...)

Une analyse détaillée de l'un des plus grands journalistes d'investigation américains, Seymour Hersh, très bien introduit dans la communauté du renseignement, venait quelques temps plus tard confirmer ces doutes : les analyses du laboratoire de la défense de Porton Down montraient que le gaz sarin utilisé à la Ghouta ne correspondait pas à celui que possédait l'armée syrienne. Déjà la piste turque était pointée du doigt via les groupes djihadistes qu'Ankara supportait, dont un certain Al Nosra... La manipulation était vieille comme le monde : blâmer Assad de l'attaque chimique et provoquer l'intervention militaire américaine, Obama ayant promis de bombarder le régime en cas de dépassement de la "ligne rouge". On connaît la suite : les gouvernements américain et français ont présenté en quatrième vitesse des "rapports" caviardés des agences de renseignement pour justifier les bombardements sur Assad avant que le "non" du parlement britannique vienne mettre le holà à ce délire. Poutine offrit une échappatoire à Obama avec l'accord sur le désarmement chimique de Damas. Le plan d'Erdogan, le sultan du sarin, avait fait long feu...

Car on est maintenant à peu près sûrs de la responsabilité d'Ankara dans ce massacre. Il y a trois jours, deux députés du principal parti d'opposition, le CHP, ont accusé, détails à l'appui, le gouvernement turc d'avoir fourni aux djihadistes le gaz sarin utilisé en août 2013 à la Ghouta. Le parquet de la province d'Adana a en effet ouvert une enquête que tente de freiner des quatre fers Erdogan. Ce sont les éléments de cette investigation que reprennent nos deux députés : dossier, enregistrements audio... Ils démontent, avec noms, dates et adresses, la filière utilisée. Avec la parfaite complicité des renseignements turcs, la Turkish Mechanical and Chemical Industry Corporation, a procuré au responsable local d'Al Nosra, Hayyam Kasap, le gaz sarin utilisé pour faire porter le chapeau à Assad.

Turquie, Arabie Saoudite, Qatar, dirigeants occidentaux, Al Qaeda, Daech : manipulations sordides, alliances inavouables et maintenant false flag ignoble... le conflit syrien fait ressortir l'hydre de Lerne des temps modernes.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt