Les anti-GCO annoncent une grève de la faim

A l’occasion d’une nouvelle manifestation, qui a rassemblé plus de 1000 personnes, le collectif opposé au Grand contournement ouest de Strasbourg a dévoilé ce 6 octobre l’action radicale que certains de ses membres entendent conduire si l’Etat refuse un moratoire. Publication du très beau discours du psychanalyste Dominique Jacques Roth, lu en ouverture de la manifestation.

La mobilisation contre l'autoroute de contournement de Strasbourg ne faiblit pas. Après l'évacuation de la ZAD du moulin à Kolbsheim (voir ICI le reportage de Christophe Gueugneau), après le gazage de la population et d'élues de la République et du Parlement européen (voir ICI), après le massacre de la forêt de Vendenheim (voir les billets de Jean-Claude Meyer), après le rejet par le Tribunal administratif du recours contre l'arrêté environnemental et la condamnation de deux manifestants à des peines avec sursis, les membres du collectif CGO-NON MERCI s'insurgent contre un droit dévoyé et appellent à la révolte citoyenne. Michel Dupont, ancien collaborateur de José Bové, a annoncé que le comité de pilotage du collectif avait décidé collégialement d'entreprendre une grève de la faim, si l'Etat n'accepte pas d'appliquer un moratoire et de mettre en place une commission de médiation.

Il convient de saluer le courage de la dizaine de militants qui vont s'engager dès la semaine prochaine dans cette épreuve. Car il y a peu de chances que le gouvernement cède rapidement : les centaines de millions d'euros que le projet va rapporter à Vinci comptent infiniment plus, au yeux de politiques sous perfusion du capital et des lobbys, que la cause de l'écologie ou la santé de quelques citoyens engagés.

Je publie ci-dessous, avec l'accord de son auteur, le discours du psychanalyste Dominique Jacques Roth, prononcé en ouverture de la manifestation. Lutter contre "l’Etat Vinci", c'est, selon lui, "mettre le projecteur sur la manière dont la norme est désormais définie par le secteur privé, à la place de l’Etat". Et de souligner que "dans ce dossier, la confusion entre « ordre public » et « bien public » atteint son paroxysme". Il dénonce également "la rapacité complice et criminelle d’élus inféodés à la raison du Marché". A la vidéo du discours de Dominique Jacques Roth, j'ajoute celle de l'annonce de la grève de la faim par Michel Dupont. Le combat citoyen contre l'écocide alsacien se radicalise. Macron et son gouvernement décomposé pourraient très bien être confrontés à un nouveau Notre-Dame-des-Landes.

Pascal Maillard

PS :

- Pour une prise de connaissance rapide du projet, on peut consulter cette page.

- Sur la manifestation de ce jour voir ICI le reportage de Jean-Claude Meyer pour La Feuille de chou.

- Je rappelle le lien vers la pétition et un autre pour faire un don à l'association GCO NON MERCI.

 -----------------------

Rassemblement anti-GCO-Discours de Dominique Jacques Roth © Maillard Pascal

Chers sympathisants, chers amis,

Nous sommes réunis pour témoigner d’un réel traumatique. C’est-à-dire qu’il y a du trou. Il y a des trouées dans les forêts de Kolbsheim et de Vendenheim. Il nous faut donc proposer une bordure symbolique à ces trous béants, à cet impensable qui se déploie sous nos yeux médusés!

On a pu lire récemment, qu’en Alsace 6700 hectares de zones agricoles ont été perdus en 12 ans au profit du béton que les forestiers lancent un cri d’alarme car la gestion des zones boisées ne cesse de se dégrader, que les véhicules trop polluants seront bannis et malgré cela, un quarteron d’élus entend sacrifier 300 hectares supplémentaires pour une autoroute payante, qui ne soulagera en rien le trafic pendulaire vers Strasbourg, qui ne favorisera en rien les nouvelles mobilités, qui ne diminuera en rien la pollution, mais transformera la plaine d’Alsace en un corridor à poids lourds qui nous asphyxiera.

Après le rejet du référé intenté par Alsace Nature, notre rassemblement est une manifestation d’indignation et de révolte citoyenne contre un arbitraire qui sévit sous les oripeaux d’un droit dévoyé !

A ce jour tous les moyens de résistance citoyens, pacifiques et légaux ont été mobilisés.

Face à cela, nous avons récolté le mépris d’une administration qui demande aux gendarmes mobiles de gazer la population et des élus.

Les avis consultatifs émanant d’instances étatiques et les expertises, ont été balayés d’un revers de main.

Alors que les juges ont explicitement reconnu qu’il y a « un doute sérieux quant à la légalité de l’arrêté contesté », ils ont aussi considéré que la suspension des travaux porterait « une atteinte d’une particulière gravité à l’intérêt général », « l’exécution des travaux préparatoires s’accompagnant de troubles à ordre public",  estimant que le motif d’illégalité, pouvait être « aisément régularisable par l’administration » même si les compensations envisagées, ont été jugées notoirement insuffisantes !

Comment ne pas voir là un jugement d’opportunité faisant fi du processus démocratique ?

Le principe de séparation des pouvoirs se trouve foulé aux pieds et la raison d’Etat, dans ce dossier, se confond avec la raison du Marché et nous pousse, une fois de plus… à troubler l’ordre public.

Vouloir le GCO suppose de l’ambition et des mensonges, mais refuser l’information toxique exige des vertus. Est-ce donc cela qui porte atteinte à l’ordre public ?

N’est-ce pas plutôt la destruction d’espèces protégées  qui trouble l’écosystème et menace la biocénose ?

Outre l’abattage d’arbres deux fois centenaire, mis à terre avec une rare sauvagerie, notre lutte contre l’Etat Vinci, met le projecteur sur la manière dont la norme est désormais définie par le secteur privé, à la place de l’Etat.

Dans ce dossier en effet, la confusion entre « ordre public » et « bien public » atteint son paroxysme.

Comme hier en l’île de la Réunion sous la houlette du Préfet Marx, notre résistance est provoquée par un projet néfaste dont l’intérêt public majeur se trouve contesté par des instances que le Gouvernement a créées lui-même… pour s’en passer !

GCO funeste que Monsieur Ries, signataire de l’infâme placard paru un jour avant l’audience publique dans les DNA, juge lui-même insuffisant pour remédier aux embouteillages sur l’A35, quand il existe de multiples solutions alternatives plus douces qui, même s’il les reconnaît, n’ont jamais été instaurées, alors qu’il avait autorité pour le faire !

Dans ces sombres moments où le droit est instrumentalisé, on en viendrait presque à regretter Louis XIV faisant embastiller Fouquet pour avoir osé rivaliser avec la puissance de l’Etat. Ainsi passe la gloire du monde car ce n’est certes pas le Président Macron, champion des Tartuffe de la Terre, qui fera enfermer Monsieur Huillard, PDG de Vinci.

Dans quel Etat vivons-nous quand la justice elle-même se renie en privatisant l’intérêt public majeur à titre exceptionnel ?

LA politique est le champ de la tyrannie du profit et de la dictature des marchés avec son cortège de violences légales.

Mais LE politique est ce qui se construit les mains nues, avec la seule ressource de notre parole.

Jamais nous ne cautionnerons la rapacité complice et criminelle d’élus inféodés à la raison du Marché et si par malheur cet ouvrage devait se faire, nous dresserons un Monument de la honte à Kolbsheim, non loin de la sépulture de Jacques Maritain, pour que jamais les générations à venir n’oublient l’ignominie de ceux qui porteront la responsabilité de ce désastre.

Contre la stupidité morbide, réunis pour manifester notre dégoût d’un néolibéralisme ravageur, nous redonnons ici à la conscience publique sa place légitime.

Ce rassemblement élève à la dignité d’une lutte de citoyens informés et lucides, la défense d’un enjeu public majeur, pour restaurer la raison des Lumières dans son sens originel.

Merci de votre écoute ! Merci de votre présence, merci de votre soutien !

 

Dominique Jacques Roth

Psychanalyste et auteur

---------------

CGO NON MERCI : Annonce de la grève de la faim par Michel Dupont © Maillard Pascal

Rassemblement anti-GCO-Strasbourg-06/10/18 © Pascal Maillard Rassemblement anti-GCO-Strasbourg-06/10/18 © Pascal Maillard






































Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.