Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

190 Billets

7 Éditions

Billet de blog 11 nov. 2019

Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

Message d’un étudiant immolé par le feu

Un étudiant de 22 ans s’est immolé par le feu ce 8 novembre devant le CROUS de Lyon. Brûlé à 90%, entre la vie et la mort, ce militant de Solidaires étudiant.e.s, a accompli un geste politique qui met le gouvernement face à ses responsabilités : comment une société peut-elle imposer précarité et misère pour autant de jeunes ? Manifestons ce mardi devant tous les CROUS de France !

Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

20% des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté. La précarité oblige près de la moitié d’entre eux à trouver un emploi afin de financer leurs études. Ces chiffres remontent à 2015, dans une enquête de l’IGAS. Il est à craindre que quatre ans après la situation des étudiants ne se soit encore aggravée. Les enquêtes de l’UNEF comme de la FAGE montrent chaque année des augmentations significatives du coût des études supérieures. Dans toutes les universités les services sociaux sont débordés par les demandes d’aides qu’ils n’ont pas les moyens d’accorder. Les bourses ne sont pas assez nombreuses, leurs montants insuffisants et les chambres d’étudiants font défaut, alors les prix des loyers flambent dans toutes les grandes villes et ne sont accessibles qu’à celles et ceux qui peuvent se faire aider par leur famille ou qui font le choix de s’endetter, ce que le gouvernement favorise pour satisfaire le lobby des banques. Le seul horizon de la jeunesse est-il, comme aux Etats-Unis, les 1600 milliards de dollars de la dette étudiante ?

C’est qu’aujourd’hui un seuil a été franchi, le seuil de l’inadmissible, que l’acte politique d’un étudiant désespéré de Lyon vient de mettre crument devant vos yeux. Aujourd’hui des centaines d’étudiants sont sans domicile, des milliers ne font qu’un repas par jour, des dizaines de milliers altèrent leur chance de réussir les études parce qu’ils sont contraints d’accepter des emplois précaires, mal rémunérés et épuisants. La prostitution des étudiant.e.s se développe. Dans une enquête conduite à Montpellier, 4 % des personnes interrogées déclaraient avoir été en situation de prostitution (63% de femmes et 37 % d’hommes) et 16% des étudiant.e.s disaient pouvoir envisager la prostitution pour financer leurs études (voir ici).

Tout cela, l’étudiant et militant de Solidaires le savait. Il se battait avec ses camarades contre cette misère insupportable. Il l’éprouvait tant qu’il n’a trouvé d’autre issue que de transformer sa désespérance en un acte de lutte, ultime. En lisant le message qu’il nous a laissé et que je reproduis ci-dessous, nous comprenons qu’il a voulu donner à son geste irréparable une dimension politique forte, en conformité avec ses convictions et ses combats. Il désigne ses cibles, il dénonce la survie, il rappelle les revendications de son syndicat, il construit un lien entre la montée du fascisme et le libéralisme et il appelle à continuer la lutte, « pour en finir définitivement avec tout ça ». Nous serons des milliers demain, devant tous les CROUS de France, à lui répondre que nous avons entendu son message, que nous avons compris, que son geste n’aura pas été vain. Parce que, pour lui et tous les autres qui sont broyés par le libéralisme, notre lutte sera sans fin.

Pascal Maillard

PS : Communiqué de Solidaires étudiant.e.s avec la liste des lieux et horaires de rassemblement

Message d’un étudiant immolé par le feu

Bonjour,

Aujourd'hui, je vais commettre l'irréparable, si je vise donc le bâtiment du CROUS à Lyon, ce n'est pas par hasard, je vise un lieu politique, le ministère de l'enseignement supérieur et la recherche et par extension, le gouvernement.
Cette année, faisant une troisième l2, je n'avais pas de bourses, et même quand j'en avais, 450€/mois, est-ce suffisant pour vivre ?

J'ai eu la chance d'avoir des personnes formidables autour de moi, ma famille et mon syndicat, mais doit-on continuer à survivre comme nous le faisons aujourd'hui ?
Et après ces études, combien de temps devrons nous travailler, cotiser, pour une retraite décente ? Pourrons nous cotiser avec un chômage de masse ?

Je reprends donc une revendication de ma fédération de syndicats aujourd'hui, avec le salaire étudiant et d'une manière plus générale, le salaire à vie, pour qu'on ne perde pas notre vie à la gagner.

Passons à 32 heures de travail par semaine, pour ne plus avoir d'incertitudes vis à vis du chômage, qui conduit des centaines de personnes comme moi chaque année à ma situation, et qui meurent dans le silence le plus complet.

Luttons contre la montée du fascisme, qui ne fait que nous diviser et créer du libéralisme qui crée des inégalités.
J'accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l'UE de m'avoir tué, en créant des incertitudes que l'avenir de tous-tes, j'accuse aussi le Pen et les éditorialistes d'avoir créé des peurs plus que secondaires.

Mon dernier souhait, c'est aussi que mes camarades continuent de lutter, pour en finir définitivement avec tout ça.

Vive le socialisme, vive l'autogestion, vive la sécu.
Et désolée pour l'épreuve que c'est.

Au revoir

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon