Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

182 Billets

7 Éditions

Billet de blog 26 janv. 2022

Nantes Révoltée menacée de dissolution

Nantes Révoltée est un média militant qui a dix ans d’existence. Suivant la demande d’élus LREM et LR, Darmanin engage une procédure de dissolution. Une pétition est lancée pour la défense de la liberté d’expression et des médias indépendants.

Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous nous souvenons toutes et tous que sans les images de Nantes Révoltée, la vérité sur la mort de Steve Maia Caniço n’aurait jamais été établie. Voir ici, ce que je nommais en 2019 « Les trois cadavres de la Macronie ».

Aujourd’hui une nouvelle étape vient d’être franchie dans la fascisation de notre pays. Au moment où l’extrême droite, y compris la plus radicale, prend ses aises dans les médias et la politique, dans l’opinion publique et dans nos rues, où moment où elle agit en toute impunité et propage sa haine avec l’appui et les faveurs du pouvoir macronien, le même pouvoir lance une attaque majeure contre un média engagé et indépendant. Dans un article intitulé « En Marche et la droite demandent la dissolution de Nantes Révoltée au Ministre de l’Intérieur », la rédaction du journal fait ce constat, cinglant et vrai : « Le pouvoir asphyxie la moindre parcelle qui lui échappe encore, la moindre parole divergente, le moindre contre-pouvoir. »

Voici les faits en trois étapes. Le 24 janvier Christelle Morançais, présidente de la Région Pays-de-la-Loire, soutien de Sarkozy, proche de Fillon et porte-parole de Pécresse, demande dans un tweet la dissolution du « groupement de fait d’ultra-gauche ». Le même jour Laurence Garnier, sénatrice Les Républicains va sur le plateau de CNEWS, la chaine de l’ultra-droite raciste et haineuse, pour réclamer la dissolution de Nantes Révoltée. Le 25 janvier, répondant à la question d’une députée LREM de Loire-Atlantique, Valérie Oppelt, Darmanin annonce à l’Assemblée nationale qu’il lance la procédure de dissolution du média. 

L’opération, fort bien concertée entre des élu.es LR et LREM, n’est pas qu’une diversion électoraliste visant à renforcer un peu plus les droites extrêmes et montrant ainsi la collusion idéologique entre toutes les droites et le pouvoir. Elle est aussi et surtout une nouvelle tentative pour faire taire, par la violence de l’État, toute expression libre et toute critique d’un pouvoir liberticide. Que ce pouvoir s’en prenne aux antifascistes et aux médias indépendants, tout en laissant prospérer et en légitimant les acteurs de la fascisation de la société, en dit assez sur sa véritable nature.

Je relaie ci-dessous le texte d’une pétition qui mérite d’être lue et diffusée largement.

Pascal Maillard

PS : Voir aussi l'article de Camille Polloni ICI.

Signez la pétition !

CONTRE LA DISSOLUTION DE NANTES REVOLTÉE

En France, plus personne ne croit les médias dominants. Une étude révèle qu'à peine 30% de la population déclare encore «faire confiance aux médias». Un taux comparable à celui de la Slovaquie et la Hongrie. Dans notre pays, la quasi-totalité des journaux et chaines de télévision sont possédés par une poignée de milliardaires, majoritairement d'extrême droite. Dans ce contexte, un banquier mégalomane est propulsé au pouvoir. Un chroniqueur pétainiste monopolise le temps d'antenne. La femme d'un ministre anime une émission sur son propre mari. La police et l'extrême droite habitent quasiment sur les plateaux de télévision. On nous impose au quotidien des débats sur la possibilité de tirer sur les Gilets Jaunes, la façon la plus brutale de traiter les musulmans ou de laisser mourir les non-vaccinés, la manière la plus efficace de détruire ce qu'il reste de conquêtes sociales. Nous subissons, collectivement, une entreprise de conditionnement, un lavage de cerveau, un affaissement de nos imaginaires extrêmement violent.

Mais pour les tenants du pouvoir, cela n'est jamais assez. Il faut encore faire taire les voix, minuscules, qui tentent de faire vivre une information indépendante. De faire entendre d'autres paroles. Le ministre Gérald Darmanin annonce sa volonté de dissoudre Nantes Révoltée. En 10 ans d'existence, ce média indépendant a mené un travail quotidien de journalisme, réalisé des milliers d'articles, de reportages, d'analyses, publié dix revues. Nantes Révoltée documente avec sérieux les violences d'État, et joue un vrai rôle de contre-pouvoir local et national. Leurs articles sont lus par plusieurs millions de personnes chaque mois. Sans Nantes Révoltée, il n'y aurait sans doute pas eu d'affaire Steve, en 2019. Et puisque Nantes Révoltée donne la parole à celles et ceux qu'on n'entend pas, qu'on exploite, qu'on réprime, elle relaie aussi les appels à manifester. C'est sur ce point que le gouvernement veut dissoudre ce média.

Si relayer des appels à manifester est un motif de dissolution, alors le gouvernement va devoir dissoudre plusieurs dizaines d'organisations, syndicats, pages Facebook. Si s'opposer aux violences d’État comme le fait Nantes Révoltée est un motif de dissolution, il va falloir «dissoudre» aussi des centaines de journalistes, de pages Facebook, de médias qui travaillent sur ces questions. Et après ?

Un ministre accusé de viol, un député amateur de homard, un président banquier élu grâce au chantage électoral, une élue proche de l'escroc condamné François Fillon : voilà le pedigree des individus qui prétendent nous faire taire au nom de l'ordre et de la légalité. Cette procédure administrative vise à asphyxier les oppositions, les contre-pouvoirs. C'est une attaque en règle contre la liberté de la presse et la liberté d'expression de la part d'une minuscule caste qui ne représente plus qu'elle même.

En 2022, le régime politique semble avoir atteint un niveau d'illégitimité et de faiblesse si élevé qu'il se sent menacé par un petit média indépendant et local. En 24h, une poignée d'élus de droite et d'extrême droite auront obtenu du ministre de l'Intérieur une procédure de dissolution, formulée à l'Assemblée Nationale, et applaudie par des dizaines de députés. Nous avons une bonne nouvelle : un régime aussi faible, aussi fébrile, aussi grotesque, est un régime sur le point de tomber.

Nous, lecteurs et lectrices, médias indépendants, soutenons Nantes Révoltée et nous opposons à la dissolution de médias indépendants, et comptons bien faire bloc contre l'offensive autoritaire du gouvernement à l'égard des voix divergentes. 

Signez la pétition !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix