Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

190 Billets

7 Éditions

Billet de blog 27 juin 2013

Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

Emploi public contre Fonction publique

Suite à des protestations vigoureuses et après une pétition de 17 000 signatures, l'article supprimant la qualification des enseignants-chercheurs a été retité de la loi Fioraso. En lien avec le débat ouvert par les écologistes, je publie un texte très éclairant de Bernard Friot, sociologue et économiste. Selon lui, les réformateurs, de droite comme de gauche, "veulent en finir avec la fonction publique d'Etat".

Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite à des protestations vigoureuses et après une pétition de 17 000 signatures, l'article supprimant la qualification des enseignants-chercheurs a été retité de la loi Fioraso. En lien avec le débat ouvert par les écologistes, je publie un texte très éclairant de Bernard Friot, sociologue et économiste. Selon lui, les réformateurs, de droite comme de gauche, "veulent en finir avec la fonction publique d'Etat".

A propos de la tentative de suppression de la qualification dans l'enseignement supérieur au nom de la valorisation du doctorat

Le doctorat est un diplôme et le diplôme ne vaut pas salaire. Le diplôme est de l'ordre de la certification et nous situe du côté de l'utilité sociale du travail. Le salaire est de l'ordre de la qualification et nous situe du côté de l'évaluation de la valeur économique du travail.

Or la qualification relève de deux procédures contradictoires qui sont aujourd'hui l'enjeu d'un affrontement décisif.

Soit c'est le poste de travail qui est qualifié (comme dans les conventions collectives) et on est sur le marché de l'emploi avec des employeurs qui pratiquent le chantage à l'emploi : c'est l'emploi qui est payé et entre deux emplois on est au chômage.

Soit c'est la personne même qui est qualifiée, il n'y a pas de marché du  travail, pas d'employeur et pas de chômage: c'est la grande conquête du statut de la fonction publique d'Etat avec Thorez en 1946 (dans la fonction publique territoriale, hélas les maires sont des employeurs). L'attribution de la qualification à la personne, c'est le grade: un fonctionnaire est payé pour son grade et non pas pour son poste. Dans la fonction publique d'Etat, le grade s'obtient par concours national. Ainsi, dans l'enseignement, l'agrégation (du secondaire ou du supérieur), le capes, le concours de professeur des écoles, ou alors une procédure en deux temps dont le premier est national (CNU) avant l'épreuve locale (comité de sélection).

Les réformateurs (le trio PS, CFDT, Verts en est la variante de gauche, et n'oublions pas le trio Medef, UMP-UDI, FN qui en est la variante de droite) veulent en finir avec la fonction publique d'Etat. Pour affirmer "l'emploi public" contre la fonction publique et faire des enseignants des cadres évoluant sur un marché du travail avec des employeurs et du chômage, il faut exalter le diplôme (qui ne qualifie pas, il certifie) et marginaliser le concours pour en finir avec le grade tout en transformant les chefs d'établissement en employeurs. C'est tout l'enjeu de la LRU/loi Fioraso: confier la masse salariale aux présidents, donner au CA croupion de la présidence le dernier mot en matière de recrutement, et autant que possible marginaliser le CNU et faire des CS des organes donnant des avis à la présidence. La première mouture de la LRU prévoyait de faire du CNU un simple organe consultatif, il a fallu la grande grève de 2009 pour rétablir son caractère délibératif, mais les réformateurs n'abandonnent jamais et tentent à nouveau leur coup de force contre le concours fondateur du grade, donc contre le CNU, au nom (bien sûr) de la "valorisation du doctorat".

Il se passe la même chose avec la mastérisation qui prépare la marginalisation du capes et de l'agreg dans le secondaire.

Les enseignants sont la composante principale de la fonction publique d'Etat. Faire sauter les concours d'enseignement fondateurs du grade des enseignants, leur substituer le couple diplôme/entretien d'embauche sur un emploi, est l'enjeu essentiel des réformateurs. S'ils gagnent, il y aura du souci à se faire pour la fonction publique et ce qu'elle représente comme subversion du marché du travail et affirmation du salaire à vie, une anticipation émancipatrice qui pourrait être, si nous la promouvions pour tous les salariés, l'anticipation du salaire à vie pour tous et, pour tous, de la disparition des employeurs. Nos adversaires, eux, n'arrêtent jamais de mener la lutte de classes.

Bernard Friot, Université Paris Ouest Nanterre, IDHE-CNRS, Institut européen du salariat (ies-salariat.org), 24 juin 2013

Je remercie Bernard Friot de m'avoir autorisé à reproduire son texte. Celui-ci a initialement circulé sur la liste de l'ASES (Association des sociologues enseignants du supérieur).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne interne de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Migrations
Un Syrien menacé d’expulsion, victime d’un engrenage infernal
Mediapart a rencontré un Syrien de 22 ans enfermé en rétention près de Roissy. Alors que les relations diplomatiques sont rompues avec le régime Assad, des contacts ont été pris en vue de son renvoi, d’après nos informations. Son « obligation de quitter le territoire français » a été validée par la justice. 
par Céline Martelet
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Le Conseil européen a finalement adopté un texte de compromis. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP