Pascal Santoni
Syndicaliste CGT, ancien directeur du Métafort d'Aubervilliers, lieu d'expérimentation des applications numériques aux projets artistiques et associatifs.
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2022

Ukraine. Aux origines du conflit

Face aux conséquences dramatiques de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, il nous faut en identifier les fondements afin d’assurer, après l’arrêt au plus tôt de l’agression et le retrait de l’armée russe, les conditions d’une paix durable et de la sécurité en Europe.

Pascal Santoni
Syndicaliste CGT, ancien directeur du Métafort d'Aubervilliers, lieu d'expérimentation des applications numériques aux projets artistiques et associatifs.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce conflit, entre la Russie et l’Ukraine, a pris une forme violente depuis 2014 à l’Est de l’Ukraine, au Donbass, et après l’annexion de la Crimée. Il trouve son origine lors du démantèlement de l’Union soviétique en 1991. Quoiqu’on pense des causes de ce conflit, rien ne peut justifier l’agression et l’invasion meurtrière de l’Ukraine décidées par Vladimir Poutine.

En identifier les causes profondes expose à l’accusation de chercher des excuses à la Russie de Vladimir Poutine. Mais s’il est l’unique responsable de la guerre et de ses atrocités, on ne peut ignorer que les responsabilités sont multiples, sous peine de voir resurgir ce conflit à l’avenir.

Lucide, Edgar Morin le dit à sa manière : « Poutine est bien sûr un dictateur que nous condamnons. Je pense cependant que cette histoire est aussi la résultante de deux dynamiques. D’une part, l’Otan sous la coupe des Américains, a voulu avancer le plus possible vers la Russie. Cette dernière a de son côté voulu reconstituer l’ancienne Russie (…) On peut défendre l’Ukraine sans être aveugle. Attention à l’hystérie liée à la guerre qui ne nous fait voir qu’un seul aspect de la réalité souvent plus complexe. »

Un engagement resté lettre morte

Au début, il y a un engagement non tenu, pris en 1991 par les principales puissances de l’époque : l’URSS, les États-Unis, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Il s’agissait de mettre fin à la guerre froide et de réunifier l’Allemagne après la dislocation de l’URSS. Le Président de cette dernière, Mikhaïl Gorbatchev, avait obtenu l’assurance que l’Otan cesserait son extension sur les frontières de l’URSS. « Pas un pouce de la juridiction militaire actuelle de l’Otan ne s’étendra en direction de l’Est », avait déclaré à Gorbatchev le secrétaire d’État du Président Bush, James Baker. Une déclaration non écrite, mais confirmée par Roland Dumas, ministre français des Affaires étrangères et par les documents déclassifiés de l’Otan.

Les Soviétiques, puis les Russes n’ont cessé depuis de réclamer l’établissement d’un accord assurant la sécurité pour tous les pays européens, dans le cadre de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe. Les États-Unis et les dirigeants européens n’ont pas donné suite à ce qui aurait pu être une occasion historique de mettre un terme à la guerre froide et d’assurer la sécurité collective de tout l’espace européen.

La reconstitution de blocs ?

Au contraire, en 2001, Georges Bush demandait que les pays issus de l’ex-URSS, notamment l’Ukraine et la Géorgie, adhèrent à l’Otan avant même d'adhérer à la Communauté européenne. La République tchèque, la Pologne et la Hongrie en sont devenues membres en 1999, puis la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, en 2004, l’Albanie et la Croatie, en 2009.

Seules la Biélorussie et l’Ukraine n’en font pas partie et demeurent les derniers États-tampons entre les pays membres et la Russie. Le Parlement de l’Ukraine avait adopté un statut perpétuel de neutralité, en 1990, mais des pressions de plus en plus fortes s’exercent, depuis, sur l’Ukraine pour qu’elle rejoigne l’Otan.

La deuxième guerre en Europe

Or, l’Otan ne se contente pas d’assurer la défense de ses pays membres. La guerre du Kosovo, en 1999, avait déjà suscité les inquiétudes de la Russie : 13 pays de l'Otan, dont la France, lançaient, sans mandat de l’ONU, une campagne de bombardements aériens contre la Yougoslavie et sa capitale, Belgrade, avec des prétextes qui, pour la plupart, ont été contestés par la suite.

À cette dynamique d’insécurité pour la Russie, s’ajoute la volonté de Vladimir Poutine de tenter, non pas de reconstituer l’Union soviétique, la Russie actuelle n’est pas une République socialiste, mais un empire capitaliste autoritaire et dominant en Europe.

La paix et la sécurité en Europe, à quel prix ?

Il est difficile, au plus fort du conflit, d’imaginer quelle peut être la suite de cette guerre meurtrière. L’urgence est d’obliger Vladimir Poutine à stopper l’invasion et à négocier une issue acceptable pour l’Ukraine.

L’urgence est à la paix et à la solidarité avec le peuple ukrainien et les pacifistes russes.

Ce qui est moins urgent, mais le deviendra rapidement, c’est d’assurer, hors des projets militaristes de l’Otan, la sécurité de chacun des pays européens, Russie et Ukraine comprises, pour garantir une paix durable sur le continent.

Pascal Santoni

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre