Pascal Santoni
Syndicaliste CGT, ancien directeur du Métafort d'Aubervilliers, lieu d'expérimentation des applications numériques aux projets artistiques et associatifs.
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 déc. 2020

Activités essentielles. Pour qui, pour quoi ?

Il est des activités essentielles qui vont de soi : se nourrir, se soigner, travailler, s’instruire, se loger. Mais pour le néo-libéral Emmanuel Macron ces activités ne sont indispensables que dans les limites des besoins du marché et de sa crédibilité.

Pascal Santoni
Syndicaliste CGT, ancien directeur du Métafort d'Aubervilliers, lieu d'expérimentation des applications numériques aux projets artistiques et associatifs.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comment comprendre les incohérences des politiques suivies depuis que le gouvernement de la France s’est plié aux exigences des maîtres de la finance ?

La santé

Les précédentes épidémies : H1N1, Ebola, Chikungunya, Zika, MERS, les Coronavirus, et les alertes répétées des scientifiques et des épidémiologistes auraient dû permettre d’anticiper celle du Covid 19. Bien au contraire, les politiques néo-libérales à l’œuvre dans les pays européens, aux USA, Chili, Brésil…ont démantelé les systèmes de santé publique pour livrer aux marchés ses segments les plus rentables, réduit les effectifs, les moyens et les formations des personnels soignants. Elles ont dégradé les statuts de ces personnels, bloqué leurs salaires, rendant ces professions si vitales aujourd’hui de moins en moins attractives.

La consommation

La consommation est un des ressorts essentiels du marché, mais pas au point que la France, 6e puissance du monde, soit en mesure de nourrir toute sa population. Il y a 10 millions de pauvres dans notre pays qui peinent à se nourrir. Une majorité des autres faute de revenus suffisants, consomment des produits alimentaires industriels souvent nocifs pour leur santé. Et l’action contre les pesticides dans l’industrie agro-alimentaire ne fait pas partie des priorités du gouvernement Macron. La préservation de notre environnement non plus, malgré les dangers que révèlent le réchauffement climatique et les effets des atteintes à la biodiversité végétale et animale.

L'éducation

Notre système éducatif et universitaire a subi les mêmes agressions. L’objectif inavouable : un système à deux vitesses, l’un très coûteux et le plus souvent privé, produisant une caste de gestionnaires d’entreprises et d’économistes acquis à l’idéologie du marché-roi. L’autre de plus en plus démuni pour délivrer le minimum de savoirs nécessaires pour faire tourner la machine économique.

Le travail

Le travail s’est peu à peu réduit au strict respect des besoins du marché et de ses critères de compétitivité à l’échelle mondiale. La mise en compétition des salariés conduisant aux délocalisations et à la désindustrialisation du pays, pour obtenir des salaires au prix le plus bas, nous rendent dépendant d’autres pays pour des productions aussi essentielles que les médicaments.

Le logement

L’immobilier est une valeur très prisée, mais là encore les politiques de logement privilégient la solvabilité haute des locataires et propriétaires. Que la France s’avère incapable de donner un toit aux 300 000 SDF, selon les calculs de la Fondation Abbé-Pierre, aux 185 000 personnes vivant en centres d'hébergement, aux 100 000 hébergés dans les lieux d'accueil pour demandeurs d'asile et aux 16 000 personnes dans les bidonvilles, est un véritable scandale. Le gouvernement vient au contraire de réduire les aides personnalisées au logement…

La culture

Les activités artistiques et culturelles, elles, sont jugées d’emblée non-essentielles. Elles représentent pourtant 8 milliards de richesses, sans parler des richesses intellectuelles et culturelles et près de 300 000 emplois. Mais elles n’intéressent pas les grandes places financières sauf pour les spéculations sur les œuvres déjà reconnues et si ces activités basculent dans les plateformes virtuelles. Le confinement est ainsi instrumentalisé pour inciter les créateurs, les artistes et les musiciens à alimenter gratuitement et au mieux à « se vendre » sur les plateformes des Youtube, Facebook, Instagram…La grande majorité des acteurs et techniciens du spectacle vivant est vouée à la précarité ou à changer de métier…

Une logique implacable

Cette sélection entre ce qui est profitable au marché, ce qui l’est moins et ce qui ne l’est pas du tout explique bien des politiques qui nous gouvernent. Sous leurs apparentes incohérences se dessine une logique économique et financière implacable comme l’est le marché mondialisé, où la seule ambition qui semble animer ses acteurs soit la perspective d’accumuler des biens et des richesses, aux dépens et au mépris de l’intérêt général.
Voilà le système auquel on nous somme de nous adapter « quoiqu’il en coûte » à notre santé, nos conditions de travail et de retraite, notre vie quotidienne, l’avenir de notre planète et des générations qui vont en subir la dégradation.

Résister et agir dans l’intérêt de tous

Le bon sens est de s’opposer partout à ces politiques mortifères et de construire avec les intéressés eux-mêmes des solutions novatrices et transformatrices. La CGT avec 18 organisations s’est engagée dans cette construction. Les retraités CGT se mobilisent pour que se constitue un puissant mouvement des retraité.e.s capable de défendre leurs conditions de vie à la retraite.

Pascal Santoni

Signons massivement la pétition des 7 organisations de retraité.e.s

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Dans le Béarn, des jeunes empêchés de s’installer en maraîchage bio
La communauté de communes de Pau a lancé un projet de « Ceinture verte » : l’installation d’une dizaine de paysannes et paysans par an autour de l’agglomération. Mais six jeunes sont actuellement suspendus au bon vouloir de la Safer, qui privilégie l’agrandissement des fermes existantes.
par Amélie Poinssot
Journal — France
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné