Pascal Santoni
Syndicaliste CGT, ancien directeur du Métafort d'Aubervilliers, lieu d'expérimentation des applications numériques aux projets artistiques et associatifs.
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2020

Marcel Trillat ou le défi aux puissants

Au moment où un projet de loi porte atteinte gravement à la liberté d’informer et d’être informés, il me paraît nécessaire de rappeler le parcours et la mémoire d’un journaliste à bien des égards exemplaire : Marcel Trillat.

Pascal Santoni
Syndicaliste CGT, ancien directeur du Métafort d'Aubervilliers, lieu d'expérimentation des applications numériques aux projets artistiques et associatifs.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Nous étions nombreux mardi 29 septembre au Père Lachaise pour dire adieu à Marcel Trillat.   Comme si ensemble nous voulions combler le vide que son décès brutal laissait en chacun de   nous. Ce journaliste symbole d’intégrité, de courage, d’engagement, cet humaniste sans   concessions aura marqué l’histoire de la télévision et le journalisme.

 « Il était une plume, et une voix, qui savait raconter le monde. Une "grande gueule" aussi, qui   n'hésitait pas à braver la censure et mettre des mots sur les maux de la société, un homme de   gauche qui prenait notamment la défense des mouvements ouvriers. » commente si justement   une  journaliste en voix off dans l’émission « Envoyé spécial »le 8 octobre dernier de France 2 en  hommage à Marcel Trillat.

Longtemps communiste, syndiqué et militant CGT, Marcel Trillat se trouvait toujours du côté de ceux qui peinent et qui luttent. Pour lui l’humanisme n’avait ni bornes ni frontières. Il a eu l'audace  de s’intéresser aux "invisibles" et de donner la parole à celles et ceux qui le plus souvent sont représentés en termes négatifs, voire insultants : les ouvriers, les employés, les syndicalistes, les réfugiés, les migrants….

Il suffit de parcourir les titres de ses réalisations pour mesurer la portée de ses engagements : 1er mai à Saint-Nazaire (1967), Étranges étrangers (1970 ), Guerre du peuple en Angola et A Luta continua (1975-1977), Les Enfants de la dalle (1988), Travailleurs fantômes (1994-1995), 300 jours de colère (2002), Les Prolos (2002), Femmes précaires (2005), Silence dans la vallée (2007), Des étrangers dans la ville (2013).

Documentariste exigeant et engagé Marcel Trillat fut un journaliste d'exception, d’une intégrité qui forçait le respect. Premier journaliste français à évoquer les noyades de manifestants algériens d’octobre 1961 aux informations télévisées en 1981, il fut également un des rares journalistes à dénoncer la mise sous tutelle par l’armée américaine des journalistes venus couvrir la guerre d’Irak.

Licencié au lendemain de mai 68, mis « au placard » à plusieurs reprises pour sa franche parole, il n’était pas homme à se laisser intimider. En 1979 il crée à la demande de la CGT une radio libre, ou plutôt une radio de lutte, pour accompagner la lutte des sidérurgistes : « Radio Lorraine cœur d’acier ». Une expérience fabuleuse et douloureuse aussi dont il parle avec émotion.

Mais Marcel Trillat c’était aussi un compagnon attentif et amical qui aimait la vie et qui espérait dans ce monde dévasté en des jours meilleurs. Il est parti mais ses réalisations, ses commentaires, ses écrits restent. Et comment oublier un homme pareil ?

Pascal Santoni

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky