Pascal Santoni
Syndicaliste CGT, ancien directeur du Métafort d'Aubervilliers, lieu d'expérimentation des applications numériques aux projets artistiques et associatifs.
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2022

Emmanuel Macron, l’emmerdeur emmerdé

La phrase du président dans son entretien au Parisien n’est pas une maladresse. Il s’agit bien de désigner à la vindicte populaire un bouc émissaire, les non-vaccinés qui seraient responsables de la saturation des hôpitaux. Cela lui permet de dédouaner sa politique de démantèlement de l’hôpital public qu’il a bien l’intention de poursuivre. Il importe d’en comprendre les raisons.

Pascal Santoni
Syndicaliste CGT, ancien directeur du Métafort d'Aubervilliers, lieu d'expérimentation des applications numériques aux projets artistiques et associatifs.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On peut regretter que des personnes soient réfractaires à la vaccination, mais ce n’est pas en leur déniant leur qualité de citoyens et en les menaçant que l’on convaincra la très grande majorité de ceux qui, sans être « anti-pass » ne s’y sont pas encore résolus.

L’autoritarisme pour imposer une politique très contestée

La grossièreté et l’agressivité du propos présidentiel sont à la mesure de son embarras. Les non-vaccinés ne peuvent être tenus pour responsables de l’état d’asphyxie dans lequel se trouvent l’hôpital public et les services publics. Ce sont des décennies de réduction d’effectifs et de moyens qui ont désorganisé l’hôpital, l’éducation nationale, la recherche, les transports et Emmanuel Macron en est le parfait continuateur. D’où les incohérences de la gestion de la pandémie et la crise de défiance à l’égard de l’exécutif.

Avec l’apparition des virus et notamment depuis deux ans, il était évident qu’il fallait renforcer considérablement en moyens, en effectifs, en recherche et en formations notre système de santé. Rien ou presque n’a été fait depuis, au contraire. Les suppressions de lits se poursuivent même pendant la pandémie, 5700 en 2020 ! Les personnels soignants épuisés désespèrent aujourd’hui de trouver des renforts, la faiblesse des salaires et la dureté du métier étant particulièrement dissuasives. Résultat : l’hôpital est à bout de forces, les déprogrammations de soins jugés « non urgents » se multiplient.

Pourquoi une telle obstination ? 

L’austérité imposée aux soignants, aux enseignants, aux fonctionnaires et aux retraités, recommandée par la Commission européenne, a rendu les Etats incapables de faire face à la pandémie. Au point que l’Europe est le seul continent avec l’Afrique à ne pas trouver ni produire ses propres vaccins. Alors qu’un petit pays comme Cuba en produit cinq et a vacciné la quasi-totalité de sa population. La réduction des dépenses publiques demeure pourtant la ligne du gouvernement Macron, « quoi qu’il en coûte »…

L’explication n’est ni conjoncturelle ni anecdotique : c’est le cœur de la stratégie des grands groupes financiers et des multinationales, qui ont décidé de développer la privatisation et la marchandisation de la santé et de s’accaparer les dépenses qui lui sont consacrées. Emmanuel Macron a été porté au pouvoir pour poursuivre cette mission : décrédibiliser les services publics au nom de l’efficacité, affaiblir leurs syndicats et faciliter le transfert au privé de leurs secteurs les plus rentables. Après les télécoms, particulièrement juteux, voici venir le tour de la Santé.

Le marché de la santé, le nouvel eldorado des GAFAM
Mais ce n’est pas seulement la médecine classique qui est visée. La technologie appliquée à l'univers de la santé s’avère plus rentable encore que celui de la santé traditionnelle. Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), investissent massivement le marché de la santé américain, Google a même conclu un partenariat stratégique avec la fédération hospitalo-universitaire américaine pour « redéfinir la prestation de soins de santé » et « accélérer le rythme des innovations » à l'hôpital grâce à ses technologies. Désormais très présents en France via diverses applications, ils rassemblent et centralisent les données santé des utilisateurs de smartphones et autres objets connectés aux fins d’exploitation commerciale.

La crise sanitaire a familiarisé le grand public avec des services de télémédecine et les infos santé sur internet. Une belle opportunité pour les GAFAM. Et on peut parier que la réforme de l’hôpital que prépare très discrètement Emmanuel Macron pour l’après présidentielle leur facilitera la tâche.

Mais la crise sanitaire a aussi révélé les conséquences désastreuses des politiques et de l’idéologie néolibérale pour la santé, l’éducation, l’activité économique et la préservation de la planète. D’où l’urgence pour les tenants du libéralisme, d’Éric Zemmour à Emmanuel Macron en passant par Marine Le Pen et Valérie Pécresse, de trouver des boucs émissaires : les migrants, les musulmans, les non-vaccinés, les gilets jaunes, les retraités, les fonctionnaires, les syndicats, les Chinois et la liste n’est pas close…

La santé et le corps humain ne sont pas des marchandises

Demain, si nous laissons faire, pour se soigner et s’éduquer, pour se déplacer et communiquer, il faudra payer cher. Et comme le proclamait une pancarte dans une manif : « Quand tout sera privé, nous serons privé de tout ».

Ne pas laisser faire c’est agir partout pour maintenir et renforcer les services publics nationaux et régionaux de santé à commencer par l’hôpital, développer les services publics de proximité, développer la recherche et les industries françaises dans le secteur, de la fabrication des masques et des tests jusqu’aux prothèses et services médicaux, combattre la pénétration des GAFAM sur le marché français et européen, en réglementant strictement l’utilisation des données personnelles. Faisons partager cette idée de bon sens : la santé et le corps humain ne sont pas des marchandises !

Pascal Santoni
Vie nouvelle n°227

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine