Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

679 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 févr. 2022

« Guerres d'influence_Les États à la conquête des esprits », questions à F. Charillon

Professeur en science politique à l’Université Clermont Auvergne, à l’ESSEC, Sciences Po et l’ENA, ancien directeur de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Frédéric Charillon répond à mes questions à l’occasion de la parution de "Guerres d'influence - Les États à la conquête des esprits" qui parait chez Odile Jacob.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous distinguez influence, Soft Power et lobbying…

Partons d’un constat : L’influence est aujourd’hui un concept très utilisé, très cité, mais peu défini. Il m’a donc semblé utile de commencer par quelques éléments de définition, pour savoir de quoi l’on parle, de quoi est faite cette notion, ou de quoi elle est un faux synonyme. L’influence est une pratique qui consiste à faire changer le comportement d’un acteur tiers (un décideur, un responsable d’entreprise, un leader d’opinion, mais aussi un groupe, une opinion publique, des électeurs…), sans utilise la contrainte, sans menacer d’utiliser la force physique. Braquer un révolver sur quelqu’un ou menacer un État d’invasion, ce n’est pas de l’influence… Si l’on veut obtenir de ce tiers qu’il fasse quelque chose qu’il n’aurait pas fait tout seul, restent alors deux méthodes : lui laisser entrevoir une rémunération en guise de récompense, ou bien le convaincre, par la persuasion, la séduction, de voir les choses autrement. Les deux méthodes pouvant être combinées. Le soft power, tel que décrit par Joseph Nye, exclut la rémunération, pour se concentrer sur la persuasion/séduction : il diffère donc de l’influence, et Nye l’écrit d’ailleurs lui-même. Quant au lobbying, il s’agit d’une pratique plus ponctuelle, qui se concentre sur un seul enjeu : obtenir un marché, faire passer une loi… On pourrait ajouter d’autres termes à cette liste des faux synonymes : l’influence n'est pas non plus la « diplomatie publique » (qui vise à convaincre de la justesse de sa politique étrangère, grâce à un récit flatteur. En revanche il y a plusieurs façons d’exercer l’influence : les démocraties libérales cherchent à séduire par leur modèle de société (y compris par la culture populaire, comme Hollywood), et à attirer les élites ; les régimes autoritaires cherchent plutôt à déstabiliser l’autre, à faire douter sa population ; on trouve également une variante qui combine croyance religieuse et manne financière, pour faire avancer ses intérêts via des réseaux religieux et des communautés : on en trouve des exemples dans le Golfe. Ce sont ces trois modèles que j’ai tenté de distinguer.

Pour vous, le concept d’influence conserve une connotation péjorative…

Pour moi non, mais pour beaucoup de gens, oui ! plusieurs raisons à cela. D’abord on y voit souvent un autre synonyme encore : celui de propagande. Ce qui est faux : l’influence fait appel à des démarches rationnelles, là où la propagande cherche au contraire à susciter des réflexes automatiques. Ensuite, on estime que l’influence est une intrusion : quand la Russie, la Chine ou les États-Unis incitent des journalistes ou des hommes politiques à défendre leur cause, quand la Turquie ou un pays du Golfe tentent de peser sur les comportements de diasporas ou de communautés de croyants dans un pays tiers, on y voit une immixtion inacceptable. Je ne défends pas ces pratiques. Mais j’insiste sur deux choses :

  • Il fut une époque où plutôt que de tenter d’influencer des réseaux, on intervenait militairement : personne ne regrettera que l’on ait trouvé plus subtil (même si, attention, une stratégie d’influence peut être le préparatif d’une action plus violente).
  • Ce jeu de l’influence est devenu la règle de la compétition internationale. Ne pas voir cela et se contenter de le regretter, pour dénoncer ceux qui excellent à ce jeu, c’est se condamner à l’impuissance. Mieux vaut en être conscient, et se donner les moyens de se protéger, comme de riposter. Entrons dans la compétition pour l’influence ! Et pour l’heure, l’Europe reste bien timide, à quelques exceptions près.

Vous expliquez la montée en puissance de la recherche d’influence par la multiplication des acteurs des relations internationales.

Oui, car plus il y a d’acteurs, plus les stratégies indirectes (et la stratégie d’influence en est une) sont possibles. Convaincre, sensibiliser, mobiliser des groupes, créer des allégeances ou se faire des alliés est plus facile dans un monde où l’on peut, en temps réel, intervenir dans des médias globaux, poster des contenus sur les réseaux sociaux, contacter des ONG, mobiliser des communautés, que lorsqu’il fallait attendre la conclusion du Congrès de Vienne, connaître personnellement un ambassadeur, ou écrire à la main au courrier des lecteurs… Désormais, même de simples citoyens sont des acteurs, commentateurs, témoins, arbitres des compétitions internationales. En tant qu’électeurs, consommateurs, touristes, lecteurs, manifestants, « youtubeurs » ou « influenceurs », ils sont mobilisables. Cela offre des possibilités infinies aux stratégies d’influence.

Vous définissez une notion d’« identité compétitive ». Qu’entendez-vous par là ?

On parle aujourd’hui aussi de « nation branding », qui consiste à vendre l’image d’un pays autour de quelques référentiels (« le pays des droits de l'homme », « Cool Japan », la « nation start up », ou jadis « la patrie des travailleurs », par exemple). Il y a une compétition entre des « marques » nationales, y compris entre partenaires : l'Allemagne joue la carte d’une puissance responsable, sobre, antinucléaire et tentée par une sorte de priorité commerciale politiquement consensuelle, qui « gesticule » moins que la France et représenterait l’avenir de la puissance en Europe ; la France elle-même insiste à l’inverse sur ses prises de responsabilité sur la scène mondiale (contrairement à l'Allemagne). Le Royaume-Uni, après avoir été un modèle ultralibéral dans les années Thatcher, puis avoir proposé une « troisième voie » sous Tony Blair, se cherche aujourd’hui une marque post-brexit (le « Global Britain » ?). On voit aussi comment la Turquie concurrence l’Arabie Saoudite pour s’afficher comme principale puissance protectrice des musulmans, et comme puissance de légitimité historique pour la représentation de l’islam. Se construire une image favorable ou mobilisatrice aide considérablement à rallier à sa cause, à trouver des relais et des avocats. C’est cet ensemble, parfois complexe à élaborer, qui forge une stratégie d’influence.

Cet entretien est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire