«La mondialisation malheureuse» - 3 questions à Thomas Guénolé

Thomas Guénolé, politologue, enseigne la science politique à Sciences Po Paris et la démographie à Paris II. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de son ouvrage : «La mondialisation malheureuse : inégalités, pillage, oligarchie», aux Éditions First.

Pour vous, la mondialisation à laquelle nous assistons est avant tout une entreprise de prédation des ressources humaines et matérielles de la planète. Pouvez-vous développer ?

Ce que j’ai appelé « mondialisation malheureuse » est l’entreprise politique actuelle de pillage des ressources matérielles et humaines de la planète, au profit d’une infime minorité de l’humanité. Les prétextes affichés pour accomplir ce pillage varient d’un pays à l’autre. Lorsque le pays-cible est un pays pauvre, par exemple d’Afrique subsaharienne, c’est prétendument pour sortir les populations locales de la pauvreté. L’argument est alors néocolonialiste : c’est le même qu’à l’époque des colonies, lorsqu’on justifiait l’esclavage et le pillage des richesses par la « mission civilisatrice ». Lorsque le pays-cible est un pays émergent, c’est au nom de la modernisation de l’économie. Mais, concrètement, cela donne, sous l’égide du Fonds monétaire international (FMI), notamment dans l’Amérique du sud des années 1990, la vente à la découpe des biens collectifs et des entreprises publiques, la compression des salaires, et le recul des protections socio-économiques de la population active. Lorsque le pays-cible est un pays riche, c’est au nom de la « compétitivité », c’est-à-dire l’autodestruction du modèle de protection sociale au nom de la compétition globale par le coût du travail.

Toujours est-il qu’au bout du compte, ces politiques ne profitent qu’aux oligarques : les 0,1% les plus riches de la planète, caste hors-sol qui aspire les richesses collectives. On aboutit ainsi à ce que les soixante-deux personnes les plus riches du monde détiennent autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité, soit 3,5 milliards d’êtres humains ; pendant ce temps, l’économie-monde compte près de 36 millions d’esclaves – autant que la moitié de la population de la France – et un être humain sur neuf souffre de la faim.

J’insiste sur l’escroquerie intellectuelle qui accompagne ce programme : contrairement à ce qu’affirment ses partisans, ce n’est pas du libéralisme économique. Je montre en effet dans mon livre, citations à l’appui, que les pères fondateurs de cette pensée, en particulier Adam Smith et Léon Walras, n’ont jamais été des partisans du marché-roi et des privatisations tous azimuts. Les partisans de la « mondialisation malheureuse » ne sont donc pas des libéraux. Ce sont des oligarchistes – des partisans de l’oligarchie – qui usurpent le vrai libéralisme.

Vous écrivez qu’instaurer le revenu de base pour chacun est pertinent économiquement et socialement. Pourquoi les mentalités résistent-elles à sa mise en œuvre ?

Le revenu de base, ou revenu universel, est inconditionnellement garanti à tous, sans exception, de la naissance à la mort. Il repose sur l’idée que chaque être humain a droit, du simple fait qu’il est homme, à une part minimale incompressible de la richesse collective. Il a déjà été expérimenté : notamment au Canada, en Alaska, et dans des communautés rurales de l’Inde par le sociologue Guy Standing. Cela fonctionne. Contrairement aux préjugés, cela ne provoque pas un boom du chômage volontaire. Sa mise en place fait reculer la criminalité et améliore la santé publique. Il contribue en outre beaucoup mieux à la prospérité collective que des baisses d’impôts sur les très riches, car ces derniers épargnent leur surcroît de revenu alors que les plus pauvres, eux, le dépensent pour leurs besoins de base – et plus encore pour ceux de leurs enfants. Accessoirement, adopter le revenu de base, passer du besoin de travailler à l’envie de travailler, sont des évolutions rendues inéluctables par la robotisation massive que nous promet l’impression 3D.

Si les résistances sont néanmoins encore très fortes contre sa mise en place, c’est simplement une affaire de pouvoir, de domination. Partout où le revenu de base inconditionnel sera instauré, les couches dominantes ne pourront plus utiliser le chantage permanent au déclassement social et à la précarisation pour faire stagner les salaires et reculer les droits socioéconomiques des populations. A partir du moment où un revenu inconditionnel est assuré à chacun, ces mêmes couches dominantes devront mieux traiter les précaires pour pouvoir bénéficier de leur capacité de travail. Derrière les blocages anti-revenu de base, il y a donc simplement le refus des couches dominantes d’avoir à mieux payer ceux qui continueront à travailler. 

Comment, selon vous, la Chine va devenir la première puissance économique de la planète, tout en faisant le contraire de ce que les adeptes de la mondialisation attendent d’un État ?

La doctrine pro-« mondialisation malheureuse » exige des États qu’ils laissent le marché des changes fixer la valeur de leur monnaie : au contraire, la monnaie chinoise est arrimée au dollar, d’une façon qui empêche le marché des changes de spéculer sur elle en Bourse. Cette doctrine attend des États qu’ils ouvrent grand leur économie aux va-et-vient des capitaux financiers globalisés et qu’ils laissent les grandes firmes mondialisées y prendre pied librement : au contraire, la Chine pratique le contrôle des afflux et reflux de capitaux ; elle impose à toute firme étrangère de s’associer à des firmes chinoises pour s’implanter chez elle ; et, plus largement, l’économie chinoise est mixte entre un secteur public très puissant et le secteur privé. Cette doctrine demande aux États de comprimer leurs protections sociales et d’amoindrir le rôle du gouvernement dans l’économie : au contraire, la Chine accroît ces protections et pratique très régulièrement des relances keynésiennes, via la consommation des ménages et les grands travaux.

La Chine sera donc devenue la nouvelle première puissance économique de la planète en faisant exactement le contraire des préconisations du FMI, des économistes de la pensée dominante, et plus largement des avocats de la « mondialisation malheureuse », en matière de rôle économique de l’État. Ce devrait être une leçon à méditer pour toutes les puissances européennes qui s’obstinent à faire ce que leur dit le FMI. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.