Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

679 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 févr. 2022

« Le déclassement français » - 4 questions à Christian Chesnot et Georges Malbrunot

Christian Chesnot et Georges Malbrunot sont grands reporters et spécialistes du Moyen-Orient, respectivement à France Inter et au Figaro. Ils répondent à mes questions à l’occasion de la parution de leur ouvrage « Le déclassement français » aux éditions Michel Lafon.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans ce « déclassement français » que vous décrivez sur l’ensemble de la zone Monde arabe/Proche-Orient, quelle est la part due aux évolutions stratégiques régionales et celles dues à l’action d’Emmanuel Macron ?

Ce déclassement français au Maghreb et au Moyen-Orient a commencé en fait à la fin du mandat de Jacques Chirac dans les années 2005-2007 lorsque, obsédé par la crainte d’une fracture de la communauté internationale dans la foulée du « non » français à l’invasion américaine de l’Irak, il a entrepris un lent rapprochement avec les Etats-Unis, mais aussi au Moyen-Orient avec Israël. Le recul s’est accentué sous Nicolas Sarkozy et prolongé sous François Hollande. La France perdit alors sa voix originale dans cette région du monde. En 2017, élu, Emmanuel Macron a cherché à enrayer ce déclassement. Il s’est fortement impliqué en Algérie, au Liban, notamment, mais aussi dans le Golfe, multipliant les voyages, et marquant son début de mandat par un volontarisme, un pragmatisme qui pouvaient augurer un retour de la France au Moyen-Orient et au Maghreb. Hélas, son volontarisme ne s’est pas traduit par des résultats très probants. Il y a eu certes le Covid qui n’a pas facilité les échanges. Mais plus fondamentalement, ses tentatives d’en finir, comme il l’avait dit en juillet 2017, avec la pensée néoconservatrice ont échoué. Que ce soit en Algérie ou au Liban, son diagnostic était bon, mais la forme a laissé à désirer. Sa méthode fut probablement trop brutale. Nous dévoilons ses injonctions aux dirigeants libanais, et ses reproches extrêmement virulents au président Bouteflika et au chef d’état-major le général Gaïd Salah, par exemple.

Au Liban, son volontarisme aurait-il pu réussir ?

Il aurait pu réussir s’il avait vraiment été disruptif c’est-à-dire s’il avait par exemple mis à exécution sa menace de sanctionner les dirigeants libanais. Mais comme on le raconte dans le livre, peut-on sanctionner certains de nos alliés historiques comme Saad Hariri ? Il y a une part d’inceste dans nos relations avec le Liban. Il aurait pu aussi aller moins vite, prendre le temps d’associer les Européens à son initiative d’août 2020 et de se couvrir avec l’Iran. C’était très bien, parce que marqué par le réalisme, d’inviter le Hezbollah à ses discussions à la résidence des Pins, mais il fallait mettre l’Iran dans la boucle. Or ce travail préparatoire n’a pas été fait. Emmanuel Macron a été trop pressé d’engranger des résultats. Depuis Nicolas Sarkozy, la politique extérieure est trop vue comme un levier pour améliorer des positions en politique intérieure. On recherche trop les coups médiatiques. Or la diplomatie requiert du temps. Au Liban, Emmanuel Macron a pris les vagues engagements des dirigeants libanais comme des assurances que ceux-ci se résignaient aux réformes qu’il leur demandait. Or il n’en a rien été. Il a cru leur tordre le bras. Mais c’était méconnaitre la rouerie des zaïms – ces chefs de clans – qui trustent les maroquins depuis 30 ans. Ses conseillers auraient dû le mettre davantage en garde. Finalement, il s’est beaucoup investi, avec courage, mais sans résultat, ce qui, d’une certaine façon dégrade quelque peu, la parole présidentielle.

Vous décrivez Emmanuel Macron comme brillant et intellectuellement au-dessus du lot, mais trop solitaire dans l’exercice du pouvoir ?

C’est l’un des reproches qui lui est fait par certains diplomates ou ex-diplomates qui ont travaillé avec lui. Emmanuel Macron comprend avec fulgurance les problématiques complexes du Moyen-Orient. Il travaille beaucoup. Il parle bien l’anglais. Mais il a tendance à penser qu’il peut faire beaucoup de choses tout seul. Il n’écoute probablement pas assez, nous ont dit plusieurs diplomates qui ont travaillé avec lui. Sur la Libye, le témoignage de Ghassan Salamé l’envoyé spécial de l’ONU est, de ce point de vue, éloquent, quand il nous décrit ses rencontres avec Angela Merkel et Emmanuel Macron. Deux styles bien différents. D’autre part, le chef de l’Etat estime qu’en bousculant ses interlocuteurs, il fera bouger les lignes. Il a essayé avec l’Iran et Hassan Rohani avec lequel il avait construit une bonne relation après de nombreux appels téléphoniques, mais cette bonne relation a été ternie par des initiatives malheureuses comme celle en marge de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2019 où Emmanuel Macron a voulu forcer Rohani à parler au téléphone avec Donald Trump. C’était une illusion de croire que Rohani pouvait s’affranchir de l’aval du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, farouchement hostile à ce type de contact avec l’ennemi américain. Encore une fois, ces erreurs sur la forme sont regrettables, car sur le dossier iranien, Emmanuel Macron avait affiché un pragmatisme intéressant. Enfin, il a encore renforcé la présidentialisation de la politique étrangère française, marginalisant le Quai d’Orsay.

La nature de nos débats de politique intérieure a-t-elle également joué ?

Le débat - voire l’obsession de certains responsables politiques vis-à-vis de l’islam, associé à tort à l’islamisme – dégrade l’image de la France au Moyen-Orient et au Maghreb. Les musulmans de ces régions – dont certains plutôt conservateurs – se disent souvent que les Français ont un problème avec l’islam. Emmanuel Macron avait pourtant bien commencé son mandat en prenant soin de faire le distinguo entre islam et islamisme. Mais en administrant une leçon sur « l’islam en crise » à 1,7 milliard de musulmans lors de son discours aux Mureaux après l’assassinat du professeur Samuel Paty, il en a heurté de très, très nombreux à l’étranger. Si sur le fond il n’avait pas tort, il n’avait pas à le dire ainsi. Pour la première fois depuis de nombreuses années, des portraits d’un président de la République ont été brûlés au Pakistan, en Libye ou dans la bande de Gaza. Au final, notre recul n’est pas que diplomatique, il est aussi économique et commercial, et passe aussi par le recul de la pratique du français dans des bastions comme le Liban, par exemple.

Cet entretien est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef