Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

625 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 août 2017

Neymar, un salaire indécent?

L’arrivée de Neymar au PSG suscite un emballement médiatique. Une partie du débat concerne les sommes en cause. Y a-t-il trop d'argent dans le football ?

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je n'ai jamais entendu de récriminations à propos des sommes gagnées par George Clooney ou Julia Roberts. On n’a jamais organisé de débat à propos du scandale que représenterait les cachets de Placido Domingo. Les gains de Beyoncé ou les droits d’auteurs perçus par J.K. Rowling ne choquent personne. Mais lorsqu’on annonce que Neymar va être payé 30 millions d'euros par an, tout le monde s’offusque.  

Ce qui est considéré comme la juste reconnaissance du talent dans le cinéma, l'opéra, le show-biz ou la littérature est jugé indécent pour le football. Pourtant, tous sont des stars mondiales. En termes de notoriété et d'engouement, Neymar n’a pas à rougir face aux autres.

 Le football est à l’origine un sport populaire. Est-ce pour cette raison que beaucoup pensent qu'il est anormal d'être payé pour jouer ? C'était déjà le cas dans les années 80, alors que les sommes en jeu n’avaient rien à voir, ou encore dans les années 60, lorsque Raymond Kopa réalise un match moins abouti que d'habitude et que certains crient : "feignant, retourne à la mine ! ".

 D'autres vont dire que les sommes gagnées par Neymar sont disproportionnées par rapport à ce que peuvent gagner les PDG de grands groupes internationaux. C'est tout à fait discutable. D'abord notons que Neymar ne fixe pas lui-même son salaire contrairement au PDG qui s'arrangent avec leurs pairs. Deuxièmement, en termes d'émotion et de plaisir procuré, Neymar dépasse largement les PDG.

 Troisième différence, Neymar va créer des emplois en France, par l'argent qu’il va drainer, alors que souvent la rémunération des patrons de groupe est surement indexée aux délocalisations et aux emplois supprimés. Un footballeur aurait-il moins de responsabilités qu'un patron ? C'est également discutable. Tirer un penalty, dont va dépendre l'issue d’un match capital devant des dizaines de milliers de spectateurs et des centaines de millions de téléspectateurs, est bien plus stressant que d'arbitrer entre les différentes propositions de vos collaborateurs.

 Depuis 30 ans, les meilleurs joueurs français partent de plus en plus rapidement à l'étranger. L'arrivée de Neymar amène, dans le championnat français, l'un des trois meilleurs joueurs au monde et avec de surcroit beaucoup de potentiel, puisqu'il n'a que 25 ans. L'attractivité de la ligue, aussi bien en France qu'à l'étranger, va être surmultipliée. Ceux qui aiment le foot ne peuvent que s'en réjouir. Ce sont ceux qui n'aiment pas le foot qui le déplorent.

Faut-il rappeler que grâce à Michel Platini, l’UEFA a établi la règle du fair-play financier qui empêche un club d'avoir un déficit supérieur à 30 millions d’euros. Le Qatar ne peut donc pas mettre autant d'argent qu'il le souhaite dans le PSG. Cela lui permet simplement de concurrencer les grosses écuries européennes.

 Bien sûr c'est beaucoup d'argent. Mais c'est la loi du marché. Les footballeurs gagnent ce que le football rapporte. Les droits télévisés et les recettes de marchandising ont explosé. C'est pour cette raison qu'il y a des transferts plus coûteux et que les footballeurs gagnent toujours plus.

Il est important de rappeler que les sommes étaient bien plus faibles il y a quelques années. Mais le football est de plus en plus populaire et il s'est de surcroît mondialisé. C'est donc la loi de l’offre et de la demande qui s'applique. Ceux qui sont contre cette loi peuvent, en toute logique, être choqués par le salaire de Neymar. Mais ce qui se disent favorables à l'économie de marché et choqués par le salaire de Neymar sont tout simplement de gros hypocrites qui enrobent d'un discours moral leur mépris du football qui reste, quoi qu'il en soit, le sport populaire par excellence.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le fondateur de l’association Le Refuge et l’ex-directeur général mis en examen
Après les révélations de Mediapart en décembre 2021 sur les graves dysfonctionnements au sein de cette association LGBT, plusieurs plaintes avaient été déposées contre ses deux anciens dirigeants. L’ex-président Nicolas Nogier est mis en examen pour viol et agression sexuelle. Frédéric Gal, lui, est poursuivi pour deux faits de harcèlement sexuel.  
par David Perrotin et Youen Tanguy
Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal
TotalEnergies et Chevron se retirent de la Birmanie
Le groupe américain d’hydrocarbures Chevron et le géant français TotalEnergies ont annoncé vendredi leur retrait de Birmanie près d’un an après le coup d’État militaire. Les organisations de défense des droits humains avaient appelé les deux groupes à prendre une telle décision en raison des atteintes aux droits humains commis par la junte.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Éthiopie, de la guerre civile au nettoyage ethnique
Le sociologue Mehdi Labzaé et l’historien Paulos Asfaha dissèquent les mécaniques du conflit qui déchire le nord de l’Éthiopie depuis novembre 2020. Parti de désaccords sur la forme de l’État fédéral éthiopien, il a fait des dizaines de milliers de morts et conduit à un nettoyage ethnique visant les Tigréens.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie