Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

611 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2021

« La puissance par l’image » - 3 questions à Christian Lequesne

Christian Lequesne est professeur de science politique à Sciences Po Paris. Directeur du Centre de recherches internationales (CERI) de 2009 à 2013, il répond à mes questions à l’occasion de la parution de l’ouvrage : « La puissance par l’image - Les États, leur diplomatie publique », rédigé sous sa direction, aux Presses de Sciences-Po.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous distinguez le soft power, qui ne découle pas d’une politique volontariste orchestrée par l’état, de la diplomatie publique…

Absolument. Le soft power décrit la puissance découlant de l’attractivité d’un pays. Mais il ne s’agit pas forcément d’un acte entièrement initié et contrôlé par l’Etat. Le soft power résulte souvent d’une addition de micro-actions provenant des acteurs sociaux. Le fait d’avoir des universités qui rayonnent, des artistes de qualité, une langue (comme l’espagnol) qui attire n’est pas uniquement le résultat de politiques volontaristes menées par les autorités politiques. En revanche, la diplomatie publique (que l’on appelle en France diplomatie d’influence) est le résultat d’une médiation pensée par l’autorité politique. Quand la France crée Campus France pour mieux attirer les étudiants étrangers, quand elles diminuent les coûts de scolarité des lycées au Liban pour continuer à accueillir les élèves des familles touchées par la crise, elle cherche à maintenir sa puissance par des politiques volontaristes. On comprend dès lors que la diplomatie publique renforce le soft power mais qu’elle n’est pas exactement son équivalent car la puissance d’un Etat ne se résume pas à la médiation d’un gouvernement.

Le soft power concerne aussi les régimes non-démocratiques…

Oui, bien sûr. À la différence de tout ce que les réalistes ont écrit sur le fait que les régimes non démocratiques ne s’intéressent qu’à la coercition. Empiriquement, il n’est pas difficile de démontrer que la Chine ou la Russie cherchent aussi à consolider leur rayonnement dans le monde par l’attractivité. Cela est mené en parallèle de l’exercice de la contrainte militaire ou de la diplomatie du bâton. Il faut se montrer généreux avec les pays d’Afrique, accueillir des étudiants étrangers avec des bourses, consentir à des prêts à investissements. Aucun État non démocratique ne peut aujourd’hui assurer sa puissance sur le seul modèle de la menace militaire. Cela s’explique par la temporalité de la politique. Les régimes non démocratiques tiennent autant que les régimes démocratiques à assurer leur pérennité ou, pour le dire plus simplement, à durer dans l’exercice du pouvoir. La coercition est souvent une manifestation de la puissance à court terme : on envahit un territoire (comme la Russie en Crimée), on envoie un message de menace (comme la Chine aux Philippines) à propos de l’accès aux voies maritimes. Mais l’attractivité du soft power stabilise la puissance à plus long terme.

Comment distinguer propagande et diplomatie publique ?

La frontière est poreuse mais le rôle des sciences sociales est justement de ne pas renoncer à éclairer les ambigüités. La diplomatie publique est un concept libéral au sens où elle recherche la puissance par l’attractivité librement consentie des acteurs. Elle évite aussi tout langage d’agressivité à l’égard de ceux qui n’adhèrent pas au message ou à l’image. La propagande cherche à imposer son message comme le seul valable et réagi violemment lorsqu’on la conteste. C’est sur ce point d’ailleurs que les régimes non démocratiques se font souvent piégés en croyant piéger par la propagande. Lorsque l’on n’adhère pas à leur message de propagande ou qu’on le conteste, ils réagissent par l’invective et l’insulte et font perdre toute crédibilité à leurs entreprises de diplomatie publique. Lorsqu’un ambassadeur de Chine traite un chercheur de « petite frappe », il commet des dégâts considérables pour l’image et donc la puissance de la Chine, en étant exactement persuadé du contraire. C’est là où l’on voit les limites des régimes autoritaires à l’égard du maniement du concept de soft power qui, une fois encore, reste fondamentalement libéral. On comprend aussi pourquoi les index de soft power de pays autoritaires sont dans l’ensemble très mauvais.

 Cet entretien est disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c