Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

625 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mai 2019

Corée : au-delà de l’enjeu régional, un enjeu global (2/3)

Les tirs de missiles de courte portée effectués par la Corée du Nord samedi 4 mai montrent que les espoirs sur une prochaine dénucléarisation de la Corée du Nord sont loin d’être réalisés. Ils montrent également les limites de la stratégie de Trump. La Corée du Sud fait son maximum pour en limiter les conséquences négatives.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Axe du mal fait échouer une occasion historique

Il faut se rappeler que Madeleine Albright - secrétaire d’État de Bill Clinton entre 1997 et 2001, peu susceptible d’être considérée comme une naïve colombe - était revenue de son spectaculaire et surprenant voyage à Pyongyang en 2000 confiante dans la perspective d’une dénucléarisation de la Corée du Nord. La priorité accordée à Camp David et à la question israélo-palestinienne n’ont pas permis à Bill Clinton de se saisir du dossier avant la fin de son mandat pour conclure le deal. Mais chacun pensait qu’Al Gore – dont il paraissait évident qu’il allait succéder à B. Clinton - allait finir le travail. Et déjà, selon M. Albright elle-même, le complexe militaro-industriel s’élevait contre une dénucléarisation qui allait priver de légitimité le programme de défense antimissile.[1]

M. Albright a cherché à attirer l’attention de l’équipe Bush, après son élection, sur cette possible avancée majeure, sans succès. Pire encore, en janvier 2002, G.W Bush, certainement pour montrer qu’il ne visait pas que des pays musulmans, incluait la Corée du Nord dans la liste des pays constituant l’« Axe du mal ». Pas de quoi inciter Pyongyang à des concessions.

Chacun a au contraire pu constater qu’alors que l’Irak déclarait n’avoir pas d’armes nucléaires et acceptait les inspections internationales, G.W Bush a mis en place une solution militaire pour régler le problème. À l’inverse, alors que Pyongyang se vantait d’avoir un arsenal nucléaire et balistique et refusait toute inspection (et dont le dirigeant insultait copieusement les dirigeants américains), les États-Unis se sont gardés de toute intervention armée, plaidant pour l’effort diplomatique.

Le sort de Saddam Hussein et de Kadhafi n’a pu que conforter la certitude de Kim Jung-il et Kim Jong-un, selon laquelle la possession de l’arme nucléaire, dont ne disposaient pas les leaders libyen et irakien, était l’assurance vie parfaite pour leur régime, mais aussi pour eux-mêmes.

Une occasion historique venait d’être gâchée. Alors que la dénucléarisation du « Royaume ermite » était à portée de main, la radicalisation des néoconservateurs américains – dont la réelle priorité était le Proche Orient – a entrainé la radicalisation de Pyongyang. La guerre d’Irak a également eu des répercussions négatives dans la péninsule coréenne.

L’ironie de l’histoire, la malchance stratégique, le mauvais sort a voulu qu’il y ait toujours une disjonction entre les présidents sud-coréens et américains, dont l’attitude vis-à-vis de la Corée du Nord a trop souvent divergé. Kim Dae-jung et ses successeurs de gauche se sont heurtés à Georges Bush, Obama, intellectuellement ouvert au dialogue de façon structurelle à Lee Myung-bak et Park Geun-hye, à l’esprit faucon. Trump et Moon Jae-in sont aujourd’hui tout autant dissociés. La priorité de Moon est aujourd’hui d’éviter d’être entrainé contre son gré dans une politique de confrontation que Trump pourrait mettre en place pour prouver sa force à ses électeurs et au monde.

[1] Cf Madeleine Albright, « Madame le secrétaire d’État », Albin Michel _ Chapitre XXVII « Au cœur du royaume ermite ».

Cet article est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon