Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

679 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mai 2021

Afghanistan : 20 ans après

Biden a annoncé que le retrait américain de l’Afghanistan serait totalement effectif le 11 septembre 2021, date évidemment symbolique. C’est en réaction aux attentats du 11 septembre 2001 que les États-Unis étaient intervenus en Afghanistan à partir d’octobre, les talibans au pouvoir à Kaboul ayant refusé de leur livrer Ben Laden.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Biden clôt ainsi une guerre qui a duré 20 ans, la plus longue jamais menée par les États-Unis. Et elle ne se termine pas par une victoire, loin de là. Mais l’intervention aurait pu durer dix ans de plus et cela n’aurait rien changé, à l’exception du nombre de victimes supplémentaires. C’est une défaite stratégique pour les États-Unis, voire un échec cuisant. C’est également une défaite pour l’OTAN, la première au moment où l’on parle de nouveau d’un élargissement des missions de l’Organisation hors d’Europe. Le plus probable est désormais que les talibans ne tardent pas à revenir au pouvoir une fois le retrait américain achevé. Comment expliquer que l’ « hyperpuissance » américaine n’ait pas su triompher sur un pays si pauvre et sous-développé ? En effet, il y a eu au plus fort de la présence américaine 150 000 soldats déployés en Afghanistan. Et le coût totale de cette guerre représente 1 500 milliards de dollars, chiffre à peine inférieur au PIB actuel de la Russie ou... 75 années du PIB actuel de l’Afghanistan !

Les États-Unis vont continuer à verser à l’armée afghane une aide représentant 4,5 milliards de dollars par an, soit le quart du PIB du pays ou près de 30 fois les dépenses de l’Aide publique au développement annuel à l’échelle mondiale. Et tout ceci alors que l’autre source de revenus de l’Afghanistan est le trafic d’opium. Le bilan est le suivant : 20 ans après le début de l’intervention, les talibans sont de nouveau aux portes du pouvoir, et il n’y a pas eu de « Nation building » en Afghanistan.

Alors certes, le départ de l’armée américaine ne donnera pas lieu à une évacuation humiliante comme celle de l’ambassade américaine de Saïgon en 1975, et cette guerre a moins traumatisé les Américains dans la mesure où elle était menée par des militaires professionnels et non par des conscrits que l’on envoyait contre leur gré. Elle laissera cependant des traces profondes.

Bavures militaires, laisser-faire sur la corruption, accords passés avec les seigneurs de la guerre au comportement aussi répulsif que les talibans et surtout une méconnaissance profonde du pays, sans parler des blessés et mutilés de guerre… C’est avant tout la tentation de plaquer des schémas occidentaux sur une société radicalement différente qui explique cet échec. Les Américains étaient persuadés qu’ils réussiraient facilement là où les Soviétiques avaient échoué en leur temps.

Il n’en fut rien et le résultat c’est que l’Afghanistan est en guerre depuis 42 ans. Certes, Washington peut passer un accord avec les talibans pour que ceux-ci ne soutiennent pas le terrorisme international. Ils ont certes éliminé Ben Laden, mais Al-Qaïda n’est pas démantelée et Daesh est désormais présent et actif en Afghanistan.

Les Occidentaux doivent réfléchir aux conséquences de leurs opérations militaires extérieures. Leur immense supériorité technologique ne conduit pas nécessairement à une victoire militaire. Et encore moins à la mise en place d’une solution politique. Échec en Afghanistan alors que la guerre était, contrairement à celle d’Irak de 2003, initialement justifiée ; échec catastrophique en Irak ; échec en Libye, malgré l’onction juridique de la résolution 1973, l’objectif de la mission ayant été changée en cours de route pour passer de la responsabilité le protéger au changement de régime… Cette intervention en Libye est largement responsable de la déstabilisation du Mali et de l’ensemble de la région sahélienne. Si l’intervention française en 2013 a été initialement un succès, il y a depuis un enlisement qui suscite de plus en plus d’interrogations : combien de temps la France pourra-t-elle maintenir une présence militaire dans la bande sahélienne ? Une victoire est elle en vue ou s’agit-il d’une autre guerre enlisée ?

Cet article est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis