Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

669 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mai 2021

Afghanistan : 20 ans après

Biden a annoncé que le retrait américain de l’Afghanistan serait totalement effectif le 11 septembre 2021, date évidemment symbolique. C’est en réaction aux attentats du 11 septembre 2001 que les États-Unis étaient intervenus en Afghanistan à partir d’octobre, les talibans au pouvoir à Kaboul ayant refusé de leur livrer Ben Laden.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Biden clôt ainsi une guerre qui a duré 20 ans, la plus longue jamais menée par les États-Unis. Et elle ne se termine pas par une victoire, loin de là. Mais l’intervention aurait pu durer dix ans de plus et cela n’aurait rien changé, à l’exception du nombre de victimes supplémentaires. C’est une défaite stratégique pour les États-Unis, voire un échec cuisant. C’est également une défaite pour l’OTAN, la première au moment où l’on parle de nouveau d’un élargissement des missions de l’Organisation hors d’Europe. Le plus probable est désormais que les talibans ne tardent pas à revenir au pouvoir une fois le retrait américain achevé. Comment expliquer que l’ « hyperpuissance » américaine n’ait pas su triompher sur un pays si pauvre et sous-développé ? En effet, il y a eu au plus fort de la présence américaine 150 000 soldats déployés en Afghanistan. Et le coût totale de cette guerre représente 1 500 milliards de dollars, chiffre à peine inférieur au PIB actuel de la Russie ou... 75 années du PIB actuel de l’Afghanistan !

Les États-Unis vont continuer à verser à l’armée afghane une aide représentant 4,5 milliards de dollars par an, soit le quart du PIB du pays ou près de 30 fois les dépenses de l’Aide publique au développement annuel à l’échelle mondiale. Et tout ceci alors que l’autre source de revenus de l’Afghanistan est le trafic d’opium. Le bilan est le suivant : 20 ans après le début de l’intervention, les talibans sont de nouveau aux portes du pouvoir, et il n’y a pas eu de « Nation building » en Afghanistan.

Alors certes, le départ de l’armée américaine ne donnera pas lieu à une évacuation humiliante comme celle de l’ambassade américaine de Saïgon en 1975, et cette guerre a moins traumatisé les Américains dans la mesure où elle était menée par des militaires professionnels et non par des conscrits que l’on envoyait contre leur gré. Elle laissera cependant des traces profondes.

Bavures militaires, laisser-faire sur la corruption, accords passés avec les seigneurs de la guerre au comportement aussi répulsif que les talibans et surtout une méconnaissance profonde du pays, sans parler des blessés et mutilés de guerre… C’est avant tout la tentation de plaquer des schémas occidentaux sur une société radicalement différente qui explique cet échec. Les Américains étaient persuadés qu’ils réussiraient facilement là où les Soviétiques avaient échoué en leur temps.

Il n’en fut rien et le résultat c’est que l’Afghanistan est en guerre depuis 42 ans. Certes, Washington peut passer un accord avec les talibans pour que ceux-ci ne soutiennent pas le terrorisme international. Ils ont certes éliminé Ben Laden, mais Al-Qaïda n’est pas démantelée et Daesh est désormais présent et actif en Afghanistan.

Les Occidentaux doivent réfléchir aux conséquences de leurs opérations militaires extérieures. Leur immense supériorité technologique ne conduit pas nécessairement à une victoire militaire. Et encore moins à la mise en place d’une solution politique. Échec en Afghanistan alors que la guerre était, contrairement à celle d’Irak de 2003, initialement justifiée ; échec catastrophique en Irak ; échec en Libye, malgré l’onction juridique de la résolution 1973, l’objectif de la mission ayant été changée en cours de route pour passer de la responsabilité le protéger au changement de régime… Cette intervention en Libye est largement responsable de la déstabilisation du Mali et de l’ensemble de la région sahélienne. Si l’intervention française en 2013 a été initialement un succès, il y a depuis un enlisement qui suscite de plus en plus d’interrogations : combien de temps la France pourra-t-elle maintenir une présence militaire dans la bande sahélienne ? Une victoire est elle en vue ou s’agit-il d’une autre guerre enlisée ?

Cet article est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens