Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

728 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2022

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

France - États-Unis : alliés stratégiques, rivaux économiques

Emmanuel Macron vient d'achever une visite d'État aux États-Unis dont chacun se félicite, tant du côté américain que français, du succès. Certains sujets fâcheux ont néanmoins été au programme, notamment sur le plan économique.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Emmanuel Macron vient d'achever une visite d'État aux États-Unis dont chacun se félicite, tant du côté américain que français, du succès. Dans l'entourage du président français, on met en avant qu'il s'agissait d'une visite d'État, donc d’une importance première dans l’ordre protocolaire. La France met également en avant qu’il s’agissait de la première visite d'État d'un chef d'État étranger aux États-Unis depuis l'élection de Biden, démontrant la bonne relation entre les États-Unis et la France. Mais il est toujours gênant de constater que les pays européens se vantent systématiquement d'être le favori de Washington, quand jamais les États-Unis ne se vantent d’entretenir de bonnes relations avec un pays européen. Cela témoigne d’une reconnaissance, de la part de Washington, du statut périphérique des pays européens par rapport aux États-Unis.

Somptueux dîner dans les jardins de la Maison-Blanche, visite réussie à la Nouvelle-Orléans pour mettre en avant la francophonie, célébration de l'unité face la Russie en Ukraine… Certains sujets fâcheux ont néanmoins été au programme, notamment sur le plan économique. Il a en effet été question du plan américain baptisé Inflation Reduction Act d’un montant de 370 milliards de dollars visant à soutenir le verdissement de l’économie américaine, qui, selon les termes mêmes d'Emmanuel Macron, est « hyperagressif ». On ne peut que se féliciter que les États-Unis verdissent leur économie. D'ailleurs, dans un premier temps, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a félicité les États-Unis de s’être lancé dans un tel plan. Mais très vite, la France, l’Allemagne et les pays européens de manière générale se sont aperçus que ce plan risquait d’avoir des conséquences extrêmement négatives sur une industrie européenne déjà mal en point. En effet, les industriels, quelle que soit leur nationalité, peuvent récupérer jusqu’à 40% de leur investissement s’ils investissent aux États-Unis ou dans des pays qui ont des accords de libre-échange avec ces derniers, à savoir le Mexique et le Canada. La grande crainte des Européens, exacerbés par le fait que le continent connaît déjà une crise économique du fait de la hausse des coûts de l'énergie, de l'inflation et d'une industrie qui de manière générale ne se porte pas très bien, repose sur le fait que les industriels américains présents en Europe puissent repartir aux États-Unis pour bénéficier de cette aide, et plus encore que des industriels européens lâchent leurs investissements en Europe pour les diriger vers les États-Unis. Quelques grands noms de l’industrie européenne, notamment allemande, ont déjà menacé de le faire, du fait aussi du coût extrêmement attractif de l'énergie aux États-Unis. Emmanuel Macron a fait des déclarations très musclées sur ce sujet avant sa visite. Celle-ci lui aurait, selon ses dires, permis d’être entendu par le président américain. Entendu d’accord, mais il n'est pas sûr qu'il ait été écouté. Joe Biden a en effet déclaré que les États-Unis ne s'excusent pas, qu’il ne s’excuse pas. Il n’a pas fait de concessions aux demandes des responsables politiques européens. Emmanuel Macron n'est revenu avec aucun résultat tangible. Dans l’interview qu’il a accordée au Parisien dimanche 4 décembre dans l'avion qui le ramenait à Paris, Emmanuel Macron déclarait que les responsables américains lui avaient signifié que leur objectif n'était pas d'affaiblir l'industrie européenne. Si l'objectif n'est pas celui-ci, il pourrait en être le résultat. Espérons que ce voyage aura a minima permis de réveiller les consciences européennes face à ce danger pour leurs économies.

À nouveau, les Européens ont un temps de retard par rapport aux décisions américaines. Emmanuel Macron déclarait que pour le moment aucune voix européenne ne s’était élevée face à cette loi américaine. Il a raison, mais il faut désormais passer à l’action et ne pas se contenter de bonnes paroles, comme ce fut le cas après l'affaire AUKUS. Joe Biden avait alors assuré à Macron lors d'une rencontre de réconciliation à Rome que les Américains ne recommenceraient pas. La France, qui avait rappelé son ambassadeur à Washington, l’avait alors renvoyé sur place. Il ne s’était alors pas passé grand-chose. La France et l’Europe ne peuvent se contenter simplement de mots réconfortants, voire anesthésiants, de la part des Américains s'ils ne sont pas accompagnés de gestes concrets et de résultats positifs. En réalité, les États-Unis défendent leurs intérêts nationaux, ils ont raison de le faire. N'agissant pas de la même manière, parce que divisée et tétanisée, ce sont les Européens qui sont en tort. Il n'y a pas un « Buy European Act » comme il y a un Buy American Act. La Chine d'un côté, les États-Unis de l'autre défendent réellement leurs intérêts, l’Europe ne le fait pas. Lorsque la France évoque l’idée de défendre l'intérêt national contre les États-Unis, Paris est rapidement accusé d'anti-américanisme. En revanche, les États-Unis ne se voient pas accuser d'antieuropéisme lorsqu’ils défendent leur intérêt national face à l’Europe. Joe Biden est en passe de réaliser ce que voulait faire Donald Trump, mais il le fait en douceur. Donald Trump tapait sur la table, menaçait et insultait, Joe Biden parle d'une voix douce et posée et assure les Européens de son amitié.

On a souvent entendu qu'il était temps de sortir de la naïveté concernant la Russie ou la Chine. Il est peut-être aussi temps de le faire à l’égard des États-Unis parce qu’à travers une telle législation, ils ne traitent pas l’Europe comme un allié. Si l’alliance stratégique transatlantique est indéniable, notamment face à l'agression russe en Ukraine, la relation reste, d’un point de vue commercial et économique, une compétition. Avec ce plan, cette compétition n'est désormais plus tout à fait juste de la part des États-Unis. Il est essentiel d’en prendre conscience en Europe. D’un point de vue stratégique, les Européens sont tétanisés par la menace militaire russe, ils pensent que seuls les États-Unis peuvent les défendre contre cette menace et que cela vaut quelques concessions. Mais dans les faits, il n'y a pas de menace militaire russe majeure à l’égard des pays membres de l’Union européenne. En effet, la Russie se révèle incapable de conquérir le Donbass dans son ensemble, et ne parvient pas à contrôler les territoires qu'elle a annexé de façon illégale. Cela rend la perspective d’une attaque envers l'Europe de l'Ouest difficilement envisageable. La menace militaire russe est donc certainement à relativiser. Il ne s’agit pas de le faire concernant les intentions agressives de Vladimir Poutine, mais de mesurer cette menace d’un point de vue capacitaire. Si cette menace militaire est plus supposée que réelle, cela n’implique donc pas de négliger les intérêts économiques et commerciaux européens pour bénéficier de la protection américaine. Emmanuel Macron a donc lancé un cri d'alerte. Il faut désormais passer aux actes.

Cet entretien est également disponible sur mon blog.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade