Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

686 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2020

À propos de « La révolution antiterroriste » de François Thuillier

François Thuillier a exercé de nombreuses responsabilités dans le monde du renseignement et de la lutte antiterroriste. Sur un sujet où il y a beaucoup de spécialistes autoproclamés dont l’expertise et parfois inversement proportionnel à leur disponibilité médiatique, il possède une connaissance réelle et intime.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais on peut se demander si les portes du débat public lui seront grandement ouvertes tellement son livre va à l’encontre de la façon dont le terrorisme y est traité. Ce n’est pas pour des raisons morales ou politiques que François Thuillier critique l’actuel politique antiterroriste et la façon dont elle est débattue en France, mais pour des motifs de réalisme. Selon lui, ce qui est fait est contre-productif et revient à faire le jeu de nos ennemis.

Il propose « d’opposer au bruit des attentats le silence monacal de la connaissance ». Trois forces selon lui jouent en sens contraire : la fascination pour la violence d’un Occident globalement pacifié ; La libéralisation des médias qui donne libre cours à l’information business ; L’instrumentalisation de la lutte antiterroriste par des régimes en crise d’autorité comme ultime moyen de créer de la cohésion nationale. Le terrorisme représente un formidable effet d’aubaine pour des pouvoirs devenus faibles et qui trouvent là un moyen immédiatement disponible pour remonter sur leur trône. Les médias amplifient donc les messages des terroristes en y ajoutant uniquement une parole d’expert dont l’expertise laisse parfois songeur.

L’auteur est aussi sévère avec les « juges d’instruction spécialisés souhaitant à eux seuls incarner la politique antiterroriste de tout un pays ». Il déplore que « la spécialisation de notre chaîne pénale a accordé aisément au terroriste ce qu’il attendait : un traitement de faveur » car « le terrorisme se nourrit avant tout de l’attention qui lui est réservée ». Il rappelle que le 9 décembre 1893, quand Auguste Vaillant lance une bombe dans l’hémicycle et cause de nombreux blessés, le président de la chambre des députés, Charles Dupuis, est lui-même atteint au cuir chevelu et se fait soigner sur place pour, au bout de quelques minutes, reprendre son siège au perchoir et déclarer de manière imperturbable : « Messieurs, la séance continue. Passons aux points suivants de l’ordre du jour ». Aujourd’hui, à l’inverse ce sont les terroristes qui semblent dicter l’agenda. Et cela, pour lui correspond au « besoin d’une classe politique, concurrencée par la force des marchés, de montrer qu’elle pèse encore sur l’histoire et garde intacte sa légitimité au travers de sa mission de protection, tout comme celui d’un milieu journalistique plongé dans un environnement concurrentiel dans lequel la course à l’audience ne s’embarrasse guère de formalités ».

« La France est en guerre ». Ses premiers mots prononcés par François Hollande le 16 novembre 2015 devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles n’ont pu que raisonner agréablement aux oreilles des cadres de Daech, enfin traités en égaux. Le 23 décembre 2017, le président de la République déclare : « la France est en guerre contre un nommé Iyad Ag Ghali ». François Thuillier note que « ce n’est pas faire injure à Monsieur Iyad Ag Ghali, par ailleurs chef de guerre Touareg ifoghas de son état, au contraire, que d’interpréter comme un bel hommage le fait d’être considéré par la cinquième puissance mondiale comme un adversaire à sa hauteur ».

La lutte contre la radicalisation est pour lui un concept erroné, importation irréfléchie de pratiques étrangères à notre tradition politique, recours précipité à de faux experts par copinage, communication contre-productive et absence d’étude d’impact en amont et d’évaluation en aval…

Par ailleurs, l’auteur déplore que la concentration de l’attention sur le terrorisme détourne l’attention d’autres attaques tout aussi, voire plus sérieuses. « Les entreprises de déstabilisation économique, écologique, sanitaire, idéologique et notre souveraineté politique passe le plus souvent sous les radars de l’information qui leur préfère les bonnes grosses violences physiques plus facile à mettre en scène. » Il note « le curieux paradoxe de voir le terrorisme finalement occuper une place marginale dans le paysage des violences sociales mais une place à part dans la hiérarchie des dangers ».

Bref, il reproche au système actuel d’être plus guidé par l’émotion, souvent instrumentalisé, que par la raison. Et cela n’est pas seulement gênant d’un point de vue intellectuel, c’est contreproductif par rapport au résultat recherché. Je plaide moi-même depuis longtemps pour une réflexion commune (politiques, médias, experts) de la façon dont on doit traiter le terrorisme, pour satisfaire les désirs légitimes du public d’être informé, sans pour autant servir de caisse de résonance au terrorisme.

Il ne faut, face à la menace terroriste, ni être dans le déni, ni dans l’alarmisme paniqué qui nourrit son agenda. Le livre contribue utilement à une réflexion sur la meilleure façon de relever ce défi.

Cet article est également disponible sur mon blog. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan