Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

686 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2022

« Guerres cachées : les dessous du conflit russo-ukrainien » - 3 q° à Marc Endeweld

Marc Endeweld est journaliste d’investigation. Il est l’auteur de « L’Ambigu Monsieur Macron », « Le Grand Manipulateur. Les réseaux secrets de Macron » ou encore « L’emprise - La France sous influence ». Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de son ouvrage « Guerres cachées : les dessous du conflit russo-ukrainien » aux éditions du Seuil.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le gaz a joué un rôle majeur dans la guerre…

Depuis bientôt vingt ans, Russes et Ukrainiens se sont retrouvés régulièrement en confrontation sur le dossier du gaz. Dans l’esprit des Russes, les gazoducs Nord Stream, dont le premier a été mis en service dès 2012 (et qui connecte directement la Russie avec l’Allemagne via la Baltique), visent à contourner le gazoduc qui passe par l’Ukraine et qui permet à l’État ukrainien de toucher des revenus conséquents. On l’a remarqué avant la déclaration de guerre, Poutine a su manier l’arme du gaz dans son rapport à l’Ukraine et aux Européens. D’autant plus que sur l’énergie, les Européens ne sont d’accord sur rien et se sont retrouvés divisés. En 2011, le patron de Gazprom expliquait d’ailleurs aux Européens : « Surmontez votre peur des Russes, ou manquez de gaz ».

Au final, cette division européenne a fait le jeu des Russes et… des Américains. Car depuis 2014, les Américains sont devenus à bas bruit exportateurs, grâce à l’exploitation du gaz et pétrole de schiste par la technique de la fracturation hydraulique, et l’utilisation de méthaniers permettant de transporter du gaz naturel liquéfié (GNL). Ce « big bang » du GNL a amené les Russes à réagir, et ils ont commencé à exporter du GNL venant de la Sibérie avec l’aide cruciale (et les milliards d’investissements) du français Total auprès du russe Novatek comme je le raconte dans mon livre.

Pour autant, cette guerre du gaz n’a pas été à mon sens l’élément central dans la survenue de la guerre, même si le Donbass et les eaux territoriales ukrainiennes dans la mer Noire renferment de grandes réserves de gaz et de pétrole de schiste. Cette guerre du gaz est davantage un terrain d’affrontement en arrière-plan entre Russes et Américains. Et si le gaz a d’abord été un outil de pression pour Poutine, les Américains ont finalement bien profité de la guerre en Ukraine en poussant les Européens à acheter leur « freedom gas », comme ils l’appellent. Cette stratégie offensive dans le gaz fait aujourd’hui partie intégrante de leur doctrine de défense.

Dans mon ouvrage, je décortique cette stratégie gazière et pétrolière de long terme impulsée par les Américains depuis bientôt dix ans, notamment sous le mandat de Trump qui, dès 2018, s’opposait à Merkel en déclarant : « À quoi sert l’OTAN si l’Allemagne paie à la Russie des milliards de dollars pour le gaz et l’énergie ? ».

Ensuite, dans les mois qui ont précédé la guerre, ce terrain d’affrontement sur le gaz est devenu paradoxal à plus d’un titre : tout le monde l’a oublié mais à l’été 2021, lors de leur rencontre à Genève, Biden et Poutine se sont mis d’accord sur la mise en route de Nord Stream 2 à certaines conditions (compensations financières pour l’Ukraine, ouverture de terminaux GNL en Allemagne). Les Ukrainiens et Zelensky étaient alors furieux à l’égard de l’administration Biden. À la même période, Gazprom réduisait discrètement ses exportations de gaz aux pays européens, ce qui faisait monter les prix du gaz dès la fin de l’été 2021… Une forme d’avertissement aux Européens tentés par le gaz américain ? 

Mais Poutine craignait également un rapprochement entre l’Ukraine et les États-Unis dans le domaine nucléaire…

De fait, la guerre en Ukraine n’est pas uniquement territoriale et ne se limite pas au Donbass. Vladimir Poutine a de multiples buts de guerre derrière ses déclarations tonitruantes et médiatiques sur la « dénazification » de l’Ukraine. À travers cette guerre, le président russe a surtout voulu mettre un coup d’arrêt à la volonté de souveraineté énergétique du président Zelensky dans un domaine particulièrement sensible, celui du nucléaire, qui est, comme on le sait, une technologie duale, civile et potentiellement militaire. Ceci explique pourquoi les troupes russes, dès le 24 février, foncent sur la centrale de Tchernobyl, dont les réacteurs sont à l’arrêt, mais où sont entreposés de nombreux déchets nucléaires, et prennent le contrôle de la plus grande centrale d’Europe, celle de Zaporijia. Les Ukrainiens n’ont cessé ces dernières années de se rapprocher des États-Unis dans le domaine nucléaire, tant pour leur approvisionnement en combustible que pour la construction de futures centrales. À l’été 2021, la société américaine Westinghouse signe pour plus de 30 milliards de contrats avec les Ukrainiens.

Pour Poutine, c’est un véritable crime de lèse-majesté, une « provocation » pour reprendre les termes d’un dirigeant français de l’énergie interrogé à travers mon enquête. Depuis la chute de l’Union soviétique, la Russie avait en réalité la haute main sur le parc nucléaire ukrainien (hérité de l’Union soviétique), tant pour la fourniture de combustibles, que pour la maintenance, la sûreté, la gestion des déchets et la coopération internationale sur les questions de prolifération à travers l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

En tant que journaliste, je travaille depuis de nombreuses années sur l’industrie du nucléaire et ses composantes géopolitiques. Dans mon précédent ouvrage, l’Emprise, je m’étais notamment intéressé aux liens entre EDF et la Chine. Ces dernières années, il était commun de dire que les Américains avaient délaissé le nucléaire civil, une énergie contestée par leur opinion publique depuis l’accident de Three Mile Island en 1979 et considérée comme peu rentable. J’ai pourtant découvert que l’administration Trump avait engagé un grand programme de relance du nucléaire civil américain depuis 2020, pour contrer tant la Russie que la Chine dans un contexte d’augmentation des tensions internationales. Au sein de cette offensive américaine dans le nucléaire en Europe, l’Ukraine est clé. À travers mon enquête, j’ai récupéré de nombreuses informations confidentielles concernant ces projets.

Ce dossier nucléaire civil était ainsi une priorité du président Zelensky depuis son accession au pouvoir en 2019, creusant un fossé béant de défiance entre Kiev et Moscou. En coulisses, le volontarisme ukrainien sur le nucléaire a aussi provoqué des tensions entre l’administration Biden et Zelensky. C’est un débat crucial totalement ignoré en France, mais depuis l’annexion par les Russes de la Crimée en 2014, de nombreuses voies en Ukraine se sont élevées pour rétablir le statut d’État nucléaire (militaire) de leur pays. Les Ukrainiens regrettent aujourd’hui d’avoir renvoyé à Moscou, au milieu des années 1990, les milliers d’ogives nucléaires soviétiques, dont Moscou détenait les codes d’utilisation) qui se situaient alors sur leur territoire. À l’époque, cet engagement avait été formalisé à travers le Mémorandum de Budapest signé en 1994, entre l’Ukraine et la Russie, mais également avec les autres puissances nucléaires que sont les États-Unis, la Grande-Bretagne, auxquels se sont jointes par la suite la Chine et la France. En contrepartie du transfert de ces armes à Moscou et de la signature du Traité sur la non-prolifération des Armes nucléaires (TNP), les puissances nucléaires s’engageaient à respecter l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Mais aucune disposition n’obligeait chacune des parties à venir en aide à l’Ukraine en cas d’attaque, d’où les regrets et la rancœur des Ukrainiens aujourd’hui, y compris vis-à-vis des puissances occidentales. Lors de la conférence de sécurité de Munich, le 18 février, six jours avant l’invasion russe, Zelensky a ainsi expliqué dans son discours : « Nous n’avons pas cette arme, nous n’avons pas la sécurité ».

Vous citez à la fin de votre livre Kennedy qui pendant la crise de Cuba avait dit : « Nous devons avant tout nous demander pourquoi les Russes ont agi ainsi et d’ajouter qu’il était nécessaire de laisser une porte de sortie à Khrouchtchev. Dressez-vous un parallèle avec la situation actuelle ?

Oui, car comme on le voit, la guerre en Ukraine comprend incontestablement une composante nucléaire au niveau des enjeux. Que Vladimir Poutine mette en alerte ses forces nucléaires ou que la Biélorussie abandonne dans sa Constitution son statut « d’État non nucléaire » entre novembre 2021 et février 2022, montre que la situation de la sécurité collective en Europe n’est plus assurée. Une situation en réalité ancienne, peu reconnue par nos responsables politiques face aux opinions publiques. En annexant la Crimée en 2014, Vladimir Poutine a ouvert la boîte de Pandore en bafouant le Mémorandum de Budapest. Cette année-là d’ailleurs, Ban Ki-moon, alors secrétaire général des Nations Unies, avait lancé l’alerte : « les implications sont profondes tant pour la sécurité que pour l’intégrité du régime de non-prolifération nucléaire ». Récemment, l’ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères polonais, Radoslaw Sikorski a déclaré que la Russie avait violé le mémorandum de Budapest et que, par conséquent, l’Occident pouvait « offrir » des ogives nucléaires à l’Ukraine afin « qu’elle puisse défendre son indépendance ». Quand Poutine souhaite imposer une « démilitarisation » de l’Ukraine, il a en tête le maintien de son statut d’État non nucléaire militaire.

C’est d’ailleurs ce qu’il a dit à Emmanuel Macron au téléphone quatre jours avant l’invasion sans que le président français ou ses équipes ne le relèvent, comme on a pu le découvrir la semaine dernière en visionnant le reportage « embarqué » de Guy Lagache sur France 2 sur les initiatives diplomatiques de la présidence française entre Russes et Ukrainiens. C’est bien parce que la diplomatie française, et l’Elysée en particulier, s’est concentrée en priorité sur les accords de Minsk (et leur non-application) que la France n’a pas réussi à éviter la guerre. Si la France était garante de ces accords, elle l’était pourtant tout autant du Mémorandum de Budapest. On pouvait se demander en début d’année si notre pays avait réellement les moyens de maintenir la paix, mais on voit bien que nos dirigeants n’avaient pas forcément les bons arguments (et les bonnes analyses) pour convaincre Poutine de ne pas engager une invasion massive de l’Ukraine.

De fait, par plusieurs aspects, la situation pour l’Europe est même plus dangereuse aujourd’hui que du temps de la guerre froide historique. Ces dernières années, on a bien assisté à une fragilisation des mécanismes internationaux de non-prolifération et de l’efficacité de la dissuasion entre puissances nucléaires. Sous Donald Trump, les États-Unis sont ainsi sortis de trois traités dans ce domaine. À bas bruit, tant les Russes que les Américains ont relancé un réarmement nucléaire notamment en construisant des ogives de « faible puissance », dites « tactiques », que certains experts ou généraux, aux États-Unis comme en Russie, souhaitent désormais utiliser sur les champs de bataille, une doctrine ouvrant pourtant la voie à une éventuelle escalade. En février 2020, lors d’un discours à l’École de guerre, Emmanuel Macron s’était opposé à une telle évolution.

Cet entretien est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre