Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

669 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 févr. 2022

« Repenser les choix nucléaires » - 3 questions à Benoit Pelopidas

Benoît Pelopidas est fondateur du programme d'étude des savoirs nucléaires de Sciences Po (anciennement chaire d’excellence en études de sécurité au CERI) et chercheur associé à l’Université Stanford (CISAC). Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de son ouvrage « Repenser les choix nucléaires » aux Presses de Sciences Po.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon vous, ce que vous appelez le « paradigme de la prolifération » vient occulter les stratégies de sécurité nationale qui ne s’appuient pas sur les armes nucléaires…

Le paradigme de la prolifération (horizontale) décrit une façon de penser le problème des armes nucléaires. J’utilise l’expression de paradigme parce que la communauté des experts de la prolifération aspire à une validité scientifique de ses affirmations, et que les postulats dont nous allons parler déterminent le cadre dans lequel la recherche se mène. Ce paradigme désigne à la fois l’énigme scientifique et le problème politique à résoudre. Il s’appuie sur trois postulats : la tendance principale de l’histoire nucléaire serait l’augmentation du nombre d’acteurs dotés d’armes nucléaires au fil du temps, les arsenaux existants seraient contrôlables, et les armes nucléaires a priori désirables.

En France, cette approche se retrouve dans les discours gouvernementaux, chez les experts et dans la presse. Je le documente en détail. Si la prolifération est inévitable, alors le désarmement est impossible. Et pour que le problème des armes nucléaires puisse se réduire à la prolifération, il faut croire en la contrôlabilité parfaite des armes existantes et en l’efficacité de la dissuasion nucléaire. Les tenants de ce paradigme écrivent donc comme si le désarmement et les explosions nucléaires non désirées étaient impossibles, et que les seules politiques possibles étaient des politiques de non-prolifération, de dissuasion nucléaire et de maîtrise des armements. L’ouvrage montre que les trois postulats dudit paradigme sont inexacts en passant en revue l’histoire globale de l’âge nucléaire à partir d’entretiens, d’archives et de la littérature sur le sujet en français et en anglais.

Manquerait-il un espace de chercheurs indépendants sur les questions nucléaires en France ?

Il est rare qu’un producteur de discours ne se proclame pas indépendant. Afin d’éviter les protestations stériles, je définis donc la recherche indépendante comme une série de pratiques vérifiables: la non-réappropriation des catégories du langage officiel comme catégories analytiques, une pleine conscience des effets d’autocensure liés à l’utilisation des catégories de la pensée nucléaire, le refus strict du conflit d’intérêts qui se traduit par un financement exclusif sur la base du mérite académique, et un travail interdisciplinaire, conceptuel et empirique, qui permet de poser en toute rigueur les questions que la supposée performativité du discours officiel empêche de poser. À partir de cette définition, oui, il manquait un espace de chercheurs indépendants sur les questions nucléaires en France. L’ouvrage détaille les pratiques contraires courantes. C’est pourquoi nous avons trop longtemps tenu pour vraies des affirmations fausses qui produisaient l’illusion d’une inévitabilité de notre politique nucléaire et de l’absence d’alternatives : l’inévitabilité de la prolifération, l’absence de rôle de la chance dans l’issue des crises nucléaires passées ou son caractère impossible à mesurer, l’existence d’un consensus en France quant à la politique française de dissuasion nucléaire ou celle d’un débat expert satisfaisant qui aurait informé le choix. Il aura suffi d’un refus strict de tout financement porteur de conflits d’intérêts, car issu d’acteurs défendant une politique nucléaire particulière – ministère des Armées, CEA, Industries ou militants antinucléaires – et d’une interdisciplinarité rigoureuse soumise aux standards internationaux de la recherche, pour découvrir que ces idées sont fausses. C’est en ce sens que je me permets de dire que cet espace manquait. Il faut donc développer une recherche académique rigoureuse et indépendante sur les phénomènes nucléaires.

Vous remettez en cause l’idée qu’il puisse y avoir un consensus sur la question de la dissuasion nucléaire en France…

Si l’on se pose la question au niveau des principaux partis politiques, la notion de consensus entendue comme absence de proposition alternative est pertinente. Mais l’idée que l’on entend fréquemment chez les experts et qu’on lit dans un rapport du Sénat de 2017 suggère qu’une telle approbation qualifie adéquatement les attitudes des Français vis-à-vis de la politique de dissuasion nucléaire. Dans une démocratie libérale, le consensus suppose que des citoyens soient en mesure de donner leur consentement à un choix politique sur la base de connaissances à tout le moins disponibles et d’alternatives clairement présentées. Aucun de ces critères n’est réuni. Dans l’ouvrage, je le montre à partir d’une analyse précise des fautes méthodologiques qui ont présidé à l’élaboration du sondage de la DICOD supposé établir l’existence du consensus. J’y ajoute deux sondages inédits de 2018 et 2019 sur un échantillon représentatif de la population, conduits à l’aide du même institut de sondage que celui de la DICOD (l’IFOP) puis d’un autre (Yougov) afin d’éviter tout biais lié au panel utilisé par un institut en particulier. Ces sondages produisent des résultats stables et incompatibles avec la thèse du consensus. Ils permettent de distinguer plusieurs attitudes possibles et mettent en lumière que, plutôt qu’un soutien, les politiques menées ont surtout généré une mise à distance de la population vis-à-vis des politiques liées aux armes nucléaires. Enfin, des données d’archives mettent à mal l’idée d’un consensus qui se serait érodé avec le temps. Je me permets de signaler au lecteur que les sondages inédits présentés dans l’ouvrage concernent également le Royaume-Uni, les 5 États hôtes d’armes nucléaires en Europe (Allemagne, Belgique, Italie, Pays-Bas, Turquie), la Pologne et la Suède. 

Cet entretien est également disponible sur mon blog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart