Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

624 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juil. 2016

Un Euro réussi

Voilà. L'Euro 2016 est terminé. Félicitations à l’équipe du Portugal qui mérite sa victoire. Quelques conclusions peuvent être tirées de cette compétition.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout d'abord, en termes de sécurité : mis à part les débordements de quelques hooligans d'extrême droite, venant de Russie et de quelques pays de l’est, le tout s'est formidablement bien passé. Rappelons-nous que certains demandaient à ce que il n'y ait pas de « fan zones » quand d'autres exigeaient que les matchs se déroulent à huis clos. Quelle image la France aurait donnée d’elle-même ? Il aurait fallu abandonner l'espoir d'accueillir les Jeux olympiques (JO) de 2024. La parfaite organisation de l’Euro vient renforcer la crédibilité de la candidature de Paris. L’absence de « fan zones » aurait entravé l’image d’une destination touristique à vocation mondiale. Au contraire, des millions d'étrangers sont venus dans de bonnes conditions en France et ont été touchés par l’accueil reçu. Sur 2 500 000 billets vendus pour les 51 matchs, 1 500 000 ont été achetés par des visiteurs étrangers, et on estime à 7 millions le nombre de visiteurs étrangers. Tous sont repartis avec une image positive de la France.

L'idée de Michel Platini d’un Euro à 24 pays, très critiquée à l'époque, a également été un franc succès. Cela a permis aux pays qui ordinairement ne participent pas à la compétition de créer de très belles surprises sportives, à l'image du Pays de Galles, de l’Irlande du Nord et de l'Islande. Leurs magnifiques supporters ont fait partie du spectacle et ont enchanté le pays.

Enfin, on a retrouvé l’histoire d'amour entre la France et son équipe de football. Palpable dès le début de l’Euro, cette passion est montée en flèche au fur et à mesure de la compétition. De plus, le fait que les matchs de poule ne se soient pas très bien passés en début de compétition a ajouté à l'enthousiasme. Mais il faut rappeler d'où on venait après avoir été battu le 15 novembre 2013 2-0 par l’Ukraine en match de barrage pour la qualification de l'équipe de France. De nombreux commentateurs ont alors fustigé cette équipe. Cinq jours plus tard elle a remporté une victoire inoubliable 3-0 au stade de France lui permettant d'aller au Brésil. Ce match fédérateur a tout changé. Une fois de plus, certains commentateurs sont prompts à brûler ce qu’ils ont adoré ou adorent ce qu’ils ont voulu mettre au feu. Ici comme ailleurs la mise en perspective et le sens du temps long font défaut.

La France, pays traumatisé par les questions sociales, économiques et sécuritaires a de nouveau retrouvé le sourire grâce à son équipe de football, et ce malgré sa défaite en finale. Bien sûr, cela ne change pas les fondamentaux du pays mais du moins cela lui permet d'être plus optimiste et d'avoir une haute estime de soi. Le football n’est pas magique mais il ne faut pas nier ses vertus curatives. La France est aujourd'hui plus belle qu’elle ne l’était le 10 juin dernier grâce au merveilleux parcours de son équipe de football.

Cela ne changera pas le vote lors de l’élection présidentielle de 2017, qui est basé sur d'autres fondamentaux. Si on observe une poussée dans les sondages du président de la République, elle sera légère et courte. Toute tentative de récupération trop visible aurait un effet contreproductif. Contrairement à ce que disent certains, le football n'est pas l’opium du peuple.

Il est intéressant de voir l’évolution du Front national (FN) sur ce sujet : il fut un temps où Jean-Marie Le Pen fustigeait le trop grand nombre de noirs dans l'équipe : pour lui noir n'était pas Français (Alain Finkielkraut disait la même chose ; il est resté muet lors de cet Euro). Il est à noter qu’aujourd’hui le FN ne critique plus l'équipe de France pourtant aussi diverse qu'auparavant. Cela est significatif du changement de communication et, en même temps, révélateur d’une telle popularité de l'équipe de France que même le FN ne souhaite pas aller à son encontre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua