Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

693 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2021

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

À propos de "Rouge carbone" de Laurent Fabius

Laurent Fabius était ministre des Affaires étrangères lorsque furent signés les accords de Paris en décembre 2015. Ces accords sont assez largement considérés sur le plan intérieur comme le plus grand succès diplomatique de la présidence Hollande et sur le plan international comme le point haut du multilatéralisme...

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Laurent Fabius était ministre des Affaires étrangères lorsque furent signés les accords de Paris en décembre 2015. Ces accords sont assez largement considérés sur le plan intérieur comme le plus grand succès diplomatique de la présidence Hollande et sur le plan international comme le point haut du multilatéralisme, avant que ce dernier ne soit attaqué de toutes parts et fortement mis à mal, notamment par Donald Trump qui a eu pour priorité de dénoncer ses accords. Sans être climatosceptique, Laurent Fabius n’était pas particulièrement sensibilisé à ces questions lorsqu’il est arrivé au Quai d’Orsay. Il s’est rapidement convaincu de l’importance de ces enjeux et en a fait la priorité absolue. S’il a bénéficié d’un bon alignement des planètes, la Chine faisant sa conversion à la lutte contre la dégradation climatique et les États-Unis étant prêts à s’engager dans un document international sous la présidence d’Obama, il est indéniable que Laurent Fabius a su mobiliser les compétences du Quai d’Orsay pour parvenir à un succès qui tranchait avec les échecs des sommets précédents. Ce bon alignement des planètes et le volontarisme de la diplomatie française ont permis que pour une fois le terme de communauté internationale revête une certaine signification concrète et ne soit pas une formule vide de sens.

Laurent Fabius a écrit ce livre au moment où les accords de Paris étaient largement remis en cause non seulement par le président américain, mais également par celui du Brésil et par le Premier ministre australien. Si l’arrivée de Joe Biden au pouvoir permet d’être moins pessimiste, il ne suffit cependant pas pour verser dans un optimisme débridé.

En réalité, la communauté internationale ne respecte pas les objectifs pris en 2015.

L’auteur souligne certains points positifs, tels que l’immense mobilisation des nombreuses villes, de citoyens, de la jeunesse, mais, d’un autre côté, 2019 aura été l’année de records mondiaux désastreux sur les niveaux de chaleur ou les émissions de gaz à effet de serre. Et en 2020, la crise du COVID-19 est venue ajouter un élément supplémentaire d’inquiétude. Il souligne pourtant que le monde a montré face au coronavirus qu’il pouvait réagir puissamment et urgemment quand il le décide. Mais hélas dans les réponses économiques à la crise sanitaire, il y a un risque d’oublier l’impératif climatique. Et le risque serait de passer de « l’effet de serre à l’effet de four ».

Certes, les entreprises et leurs dirigeants sont de plus en plus sensibles à l’intérêt de ses financements (finance durable) afin de protéger l’environnement, mais aussi afin d’éviter le risque physique d’une destruction d’actif s’il y a une catastrophe naturelle, le risque financier de rater la transition énergétique, et le risque de mise en responsabilité juridique pour leurs actions ou leur inaction.

Parmi les facteurs de blocage, il y a bien sûr le poids des énergies fossiles. Fabius s’interroge : est-il admissible qu’il y ait encore pour plus de 300 milliards de dollars de subventions aux énergies fossiles ? La seule élimination de ces subventions génèrerait 10 % de la réduction des émissions de gaz à effet de serre nécessaire au respect de l’accord de Paris.

De surcroît, « le réchauffement climatique est un accélérateur d’inégalités et réciproquement les personnes et les régions les plus exposées et les plus vulnérables sont aussi celles dont la capacité de réponse est la plus limitée si on oublie la dimension sociale de ces questions, on risque d’échouer à les traiter. »

Les objectifs des accords de Paris - pas plus de 1,5°C d’augmentation de la température d’ici 2100, la neutralité carbone au milieu du siècle, des finances et des technologies mises par les pays riches au service des pays en développement, etc - seront-ils atteints ?

Laurent Fabius propose une méthode pour y parvenir.

Un mélange d’incitation et d’obligation, et des résultats périodiquement et régulièrement évalués. La tendance des dirigeants politiques à privilégier le temps court de leur mandat au temps long de l’histoire de leur pays et des relations internationales ne plaide pas en ce sens. A l’inverse, l’engagement très net des nouvelles générations sur leur choix (de vie, de formation, de métier, de consommation, d’entreprise…) peut redonner un peu d’optimisme.

Après avoir décrit de façon pédagogique et accessible les enjeux de ce dossier majeur, l’auteur conclut « Entre possible et impossible, deux lettres et un état d’esprit. »

Cet article est également disponible sur mon blog.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit