Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

728 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2023

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

« Hiver 1812 – Retraite de Russie » - 4 questions à Michel Bernard

Michel Bernard est haut fonctionnaire et écrivain. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de son ouvrage "Hiver 1812 – Retraite de Russie", paru aux éditions Perrin.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous écrivez que jamais Napoléon n’aura préparé aussi minutieusement une expédition militaire et pourtant aucune n'aura été aussi catastrophique…

Napoléon, au cours d'une longue année de préparatifs, avait vu que la principale question de la campagne serait le ravitaillement et que les territoires relativement peu peuplés que traverserait sa gigantesque coalition ne permettraient pas de la nourrir. Des convois de subsistance et des troupeaux sur pieds en quantités considérables avaient été prévus, des charrettes au gabarit renforcé avaient été construites spécialement pour l'opération. Mais les corps d'armée avançaient si vite sur les talons des Russes les aspirant vers l'intérieur, que l'intendance ne suivait pas et s'épuisait dans des étapes interminables. Le matériel se brisait sur de mauvaises routes, les bêtes crevaient. La stratégie de la terre brûlée mise en œuvre par l'adversaire aggrava encore les choses. Les troupes furent rapidement réduites à la maraude, au pillage, à l'extorsion par la violence. La discipline s'effondra, la démoralisation gagna jusqu'à l'encadrement et les désertions furent massives, surtout chez les alliés. Conséquence inattendue : l'ardeur combative s'en trouvait comme renforcée. La poursuite était si harassante, le quotidien du soldat si misérable, que le combat était accueilli avec soulagement et dans l'espoir qu'il mettrait fin au calvaire. Tout le paradoxe de cette campagne hors norme se trouve là : plus Napoléon bat son adversaire, plus il s'enferre dans le piège. "Vaincu par sa conquête", Hugo a bien résumé l'affaire. En réalité, les capacités technologiques de l'époque ne permettaient sans doute pas de réussir, mais Napoléon avait depuis un certain temps perdu le sens de la mesure.

Il a pourtant été mis en garde par des proches des risques d'échecs…

Dès 1811, Caulaincourt fut lucide et eut le courage de sa lucidité en objectant directement et de façon répétée au projet de Napoléon qui ne l'écouta pas. Hélas, Caulaincourt, ambassadeur de France en Russie de 1807 à 1811, n'avait à cette époque pas fait preuve de la même lucidité. Alors que Napoléon savait qu'Alexandre jouait double jeu, appliquant très mollement les termes de Tilsitt, mais préparant activement une revanche militaire, son représentant à Saint-Pétersbourg l'assurait de la bonne volonté de l'allié russe. Le charme dont les Russes avaient enveloppé leur vainqueur était dissipé sur Napoléon, quand il continuait d'agir sur Caulaincourt devenu l'ami du Tsar. La parole du diplomate rappelé à Paris un an avant le début de la campagne était dévaluée au moment où elle parlait vrai et méritait d'être entendue. Un autre homme avait supplié son chef de ne pas commettre l'erreur d'envahir la Russie, le colonel Deponthon, officier du génie, membre du cabinet de l'empereur, ancien attaché militaire à l'ambassade de France en Russie, rappelé en même temps que Caulaincourt. Napoléon n'en eut cure, mais conserva l'aide de camp qui fit campagne à ses côtés, tout comme Caulaincourt. Curieusement, c'est vers le prophète de son malheur que Napoléon se tourna lorsque la catastrophe annoncée prit forme et c'est lui qu'il choisit pour l'escorter et recueillir ses confidences jusqu'à Paris, dans le traineau traversant l'Europe gelée à bride abattue. Ce fut sans doute sa manière de reconnaître son erreur sans l'avouer.

La Berezina est restée dans la mémoire collective comme le symbole d'une faillite stratégique. Pourtant, son franchissement a plutôt été une réussite…

La Berezina est une victoire décisive et une catastrophe humanitaire en même temps. C'est une des réussites du génie de Napoléon qui, dans une position exécrable, avec sang-froid et un esprit de décision à son meilleur niveau, parvint à tromper l'ennemi, fit jeter sur la rivière en crue deux ponts de bois et les défendit énergiquement avec ses dernières troupes en état de combattre, jusqu'à ce que son armée fût passée. 10 000 traînards et civils, transis, affamés, ne pourront suivre et seront capturés ou tués. Si les Russes avaient manœuvré adroitement, on ne voit pas comment Napoléon et ses soldats auraient pu échapper à la capture. L'Empire s'achevait là probablement, et la guerre en Europe ne se serait pas prolongée pendant encore seize mois. Les observateurs anglais auprès de Koutouzov, ne décoléraient pas après la Berezina ; eux savaient qui avait gagné. Les jours suivants, une longue période de froid à -20, voire -30 degrés, annihila l'armée napoléonienne. Mais Napoléon, tous ses maréchaux et une partie notable de l'encadrement purent sortir de Russie et préparer la campagne suivante.

Les Français ont-ils été informés à l'époque de la somme des souffrances endurées par les soldats de la Grande Armée ?

Le désastre fut révélé aux Français par Napoléon lui-même dans le 29e bulletin de la Grande Armée, dicté en Lituanie le 2 décembre 1812, pendant l'ultime phase du retour. Avant même sa publication, la poste aux armées, qui fonctionna longtemps, y compris pendant la retraite et malgré les interceptions des cosaques, avait acheminé vers la France des lettres témoignant du caractère hors norme de cette campagne et des souffrances qu'elle engendrait. Mais c'est avec le retour progressif des rescapés que la population mesura l'étendue de la catastrophe. Les hôpitaux entre Strasbourg et Paris étaient remplis d'hommes au dernier degré de l'épuisement, aux pieds et aux doigts gelés, rongés par la vermine, certains aveugles, beaucoup atteints de troubles psychiques. Les malades du typhus étaient restés en Allemagne. Après vingt années de guerre à travers l'Europe, la France découvrait des souffrances d'une intensité inédite. Des mémoires des survivants furent publiées très tôt. En février 1815, le capitaine Eugène Labaume, par exemple, fit paraître sa relation de la campagne et de la retraite en particulier, sans rien dissimuler des horreurs qu'il avait vues et en accablant leur responsable. Pendant des mois, voire des années, les familles ont espéré retrouver des disparus parmi les milliers de prisonniers restitués avec réticence par les Russes après la première et la deuxième abdication. Plus que les autres campagnes napoléoniennes, celle de Russie, à cause du caractère apocalyptique de la retraite, de l'image fantastique des infinies étendues glacées, a marqué les mémoires familiales. Quand il neige en France, son souvenir n'est jamais loin.

Cet entretien est également disponible sur mon blog.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade