Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

679 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2022

« On ne peut pas tout dire » - 4 questions à Sébastien Fontenelle

Sébastien Fontenelle est journaliste. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de son ouvrage « On ne peut pas tout dire - Petit éloge de la "censure" » aux éditions Michel Lafon.

Pascal.Boniface
Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous dénoncez le fait que certains présentent comme une censure ce qui est en réalité la critique pacifique de leurs dogmes et de leurs injonctions.

La presse et les médias de droite et d’extrême droite, en particulier, ne cessent, depuis des années, de dénoncer « le retour » d’une prétendue « censure », et de répéter qu’ « on » ne pourrait « plus rien dire ». Ce sont le plus souvent les mêmes éditocrates qui sont systématiquement présentés comme les victimes de cette « censure »  -  des gens comme Michel Onfray,  Éric Zemmour. C’est à dire des gens qui, dans la vraie vie, disposent d’un accès illimité à la plupart des médias, où ils peuvent absolument tout dire, même les pires horreurs - et le fait est qu’ils ne s’en privent pas.

Le cas de Zemmour est spécialement éclairant : ses condamnations pour provocation à la haine raciale n’ont nullement dissuadé ses nombreux employeurs - Le Figaro, CNews, Paris Première - de continuer, imperturbablement, à lui offrir des tribunes, quotidiennes ou hebdomadaires, depuis lesquelles il a quant à lui continué à dérouler sa propagande xénophobe. Mais comme il ne sait manifestement pas ce qu’est la honte, il se comparait régulièrement aux dissidents soviétiques victimes de la censure stalinienne.

Lorsqu’il a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle, les chaînes de télévision ont dû décompter son temps de parole : c’est une procédure démocratique normale, la même pour tous les candidats. Mais il a de nouveau hurlé à la « censure », en chœur avec ses journalistes d’accompagnement.

Les réseaux sociaux si souvent critiqués le sont également parce qu’ils échappent au contrôle de ces idéologues.

Les contradicteurs de ces prêcheurs de haine ne disposent évidemment pas des mêmes facilités médiatiques qu’eux : il suffit de regarder pendant cinq minutes n’importe quelle chaîne du groupe Bolloré, par exemple, pour constater que la gauche anticapitaliste, antifasciste, antiraciste, et antisexiste n’y est pas exactement surreprésentée. Au contraire, elle n’y apparaît pratiquement jamais alors que ses idées sont très fortement portées ces dernières années par différents mouvements sociaux.

Depuis quelques années, cependant, de nouveaux moyens de communication - principalement les réseaux sociaux - permettent auxdits mouvements de contourner cet obstacle, et de se faire entendre. Et c’est précisément cette installation, dans l’espace public, d’un contre-discours battant en brèche les divagations de l’éditocratie réactionnaire que cette dernière présente comme une « censure ».

Pour le dire plus simplement : quiconque la contredit est accusé de vouloir la bâillonner.

Vous mettez en avant la contradiction d’Alain Finkelkraut qui, dans plusieurs cas de pédophilie (Matznef, Polanski, Duhamel), exonère les coupables en présentant les victimes comme adolescents - et donc n’étant plus des enfants - mais dénie à Greta Thunberg le droit de s’exprimer, car trop puérile.

Lorsque le cinéaste Roman Polanski, toujours poursuivi aux États-Unis pour avoir eu une relation sexuelle avec une enfant de 13 ans et toujours sous le coup d’un mandat d’arrêt, est arrêté à Zurich (Suisse) en septembre 2009, Alain Finkielkraut se précipite à son secours. Il fait cette déclaration ahurissante : « Polanski n’est pas le violeur de l’Essonne. Polanski n’est pas pédophile. Sa victime (...) n’était pas une fillette, une petite fille, une enfant au moment des faits. C’était une adolescente qui posait nue ou dénudée pour Vogue Hommes. »

Neuf ans plus tard, en 2018, la collégienne suédoise Greta Thunberg, alors âgée de 15 ans et atteinte du syndrome d’Asperger, proteste devant le Parlement de son pays contre l’inaction des dirigeants mondiaux face au dérèglement climatique. Quelques mois plus tard, sur France Inter, où il bénéficie toujours d’un rond de serviette, Finkielkraut vocifère contre cette jeune activiste : « Je trouve lamentable que des adultes s’inclinent aujourd’hui devant une enfant ! Je crois que l’écologie mérite mieux ! » Puis il ajoute : « Et il est clair qu’une enfant de 16 ans, quel que soit le symptôme dont elle souffre, est évidemment malléable et influençable. »

C’est intéressant : pour cet éminent philosophe de médias, la victime de Polanski, âgée de 13 ans, n’était absolument « pas une enfant ». Mais la militante écologiste Greta Thunberg, elle, est « une enfant de 16 ans, évidemment malléable et influençable ». Mais ce n’est pas fini.

En 2020, l’éditrice Vanessa Springora fait dans un livre le récit des deux années passées, lorsqu’elle était âgée de 14 ans, sous l’emprise de l’écrivain pédophile Gabriel Matzneff. Et cinq jours après la publication de cet ouvrage, Alain Finkielkraut décrète, avec son aplomb coutumier : « Le cas Springora n’est pas un cas de pédophilie. Une adolescente et une enfant, ce n’est pas la même chose. Ça n’a rien à voir avec la pédophilie. »

Reprenons, car on s’y perd : pour Finkielkraut, la victime de Polanski, âgée de 13 ans, n’était pas une enfant. Et la victime de Matzneff, âgée de 14 ans, n’était pas une enfant, mais une adolescente. En revanche : Greta Thunberg, âgée de 16 ans, est une enfant. Et ce n’est toujours pas terminé.

Au mois de janvier 2021, la juriste Camille Kouchner révèle dans un livre que son beau-père, le politologue Olivier Duhamel, a abusé de son frère jumeau lorsque celui-ci était adolescent. Et de nouveau, Finkielkraut se fait secouriste : après avoir concédé que ce qu’a fait Duhamel est « très grave » et que celui-ci est « inexcusable », il déplore, sur LCI, dans une émission animée par David Pujadas, qu’ « on » ne puisse pas même « essayer » de se demander s’il y a « eu consentement », ni « à quel âge ça a commencé », ni s’il y a « eu ou non une forme de réciprocité » sans qu’ « on vous tombe immédiatement dessus ». Et quand Pujadas lui rétorque que la victime était « un enfant de 14 ans », il produit de nouveau l’argument qui lui a déjà servi pour Polanski et Matzneff : « Et alors ? D’abord on parle d’un adolescent, c’est pas la même chose. »

Il y a là ce qui ressemble d’assez près à l’esquisse d’un schéma : lorsque des mineurs tombent sous l’emprise d’un prédateur de renom, ils doivent absolument être considérés comme des adolescents. Mais lorsqu’une mineure s’élève contre l’inconséquence des adultes qui détruisent la planète, il convient de la discréditer en l’assignant à sa puérilité supposée : elle est donc forcément une enfant, influençable et malléable.

Vous signalez également que beaucoup se plaignent d’une Cancel culture qui aurait envahi le paysage français tout en soit pratiquant eux-mêmes la censure, soit se taisant devant des violations flagrantes de la liberté d’expression.

Où est la gauche de gauche, dans les pages du Figaro ou dans celles de Valeurs actuelles ? Où est-elle, sur CNews ? Nulle part. La plupart des commentateurs sollicités par ces médias, que ce soit dans leurs pages dédiées au « débat » ou sur leurs plateaux, sont de droite, plus ou moins radicale. Et, sauf très rares exceptions, partagent tous, peu ou prou, les mêmes points de vue réactionnaires. Il y a là un effacement de fait des jugements dissonants, un étouffement de fait des voix discordantes : la censure, sournoise, est ici dans l’occultation et la "silenciation" de ces voix.

Par ailleurs, la culture de l’annulation - puisque telle est la traduction de l’expression anglo-américaine « cancel culture » - est, en France, une réalité précisément documentée. En 2017, par exemple, la presse de droite et d’extrême droite a vigoureusement protesté contre la nomination de la journaliste Rokhaya Diallo au Conseil national du numérique (CNN). Résultat : elle a finalement été évincée de cette instance, sous les applaudissements, notamment, de Manuel Valls. Et personne, au sein de la clique qui délire quotidiennement sur le prétendu « retour de la censure », n’a évidemment protesté contre ce scandale.

Autre exemple : en 2020, Le Figaro et Valeurs actuelles se sont étonnés que « la féministe radicale » Alice Coffin « enseigne à l’Institut catholique de Paris ». Elle en a donc été exclue. Et là encore, personne n’a protesté : cette sanction scandaleuse est passée comme lettre à la poste.

Cet entretien est également disponible sur mon blog. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida