« Le monde en cartes » - 3 questions à Matthieu Alfré et Christophe Chabert

Matthieu Alfré est diplômé d’HEC, de Sciences Po et de la Sorbonne, il enseigne actuellement en classes préparatoires et conseille des entreprises avec Alma Conseils. Christophe Chabert, diplômé d’HEC, est le fondateur du site www.mindthemap.fr. Ils répondent à mes questions à l’occasion de la parution de leur ouvrage « Le monde en cartes - Méthodologie de la cartographie » aux éditions Autrement.

La cartographie est-elle indispensable pour les enseignants ?

La cartographie est un outil indispensable pour tous les enseignants en histoire, en géopolitique et, à plus forte raison, en géographie. En disant cela, nous faisons notamment référence à la pensée de Philippe Pinchemel qui rappelle à juste titre que « pendant des siècles les géographes étaient des cartographes » (Géographie et cartographie, réflexions historiques et épistémologiques). La cartographie apparaît aussi indispensable pour les enseignants à deux niveaux, d’abord, dans le rapport conceptuel à leur propre discipline, ensuite, dans le rapport personnel à leur style d’enseignement.

D’une part, la cartographie conserve toute sa pertinence pour parfaire et actualiser l’appréhension des matières que nous enseignons avec passion. Croiser les cartes des journaux, des revues spécialisées et des meilleurs cercles de réflexion, comme l’IRIS, nous permet de bien documenter les évolutions récentes du monde. En outre, et nous l’avons remarqué en concevant et réalisant Le monde en cartes, produire nos propres cartes nous fait gagner autant en clarté qu’en pertinence pour appréhender encore mieux nos propres disciplines.

D’autre part, en nous appuyant sur cette approche cartographique, nous sommes plus à même de gagner en impact auprès des étudiants. D’abord, parce que les cartes restent l’un des meilleurs vecteurs de compréhension pour eux. Dans notre civilisation de l’instantané, nos étudiants sont sensibles à la « rhétorique de l’image » décrite par Roland Barthes. Ensuite, parce qu’elles leur permettent de s’entraîner à bien des épreuves écrites et orales qu’ils auront à connaître. Qu’il s’agisse de réaliser un croquis au baccalauréat, autant qu’à HEC Paris, ou de commenter des documents géographiques à l’oral de l’agrégation, les occasions de préparer les étudiants avec des cartes sont nombreuses.

Indispensable, édifiante et percutante, la cartographie demeure le support privilégié pour réaliser notre mission dans l’enseignement et la formation.

Comment définir une bonne carte ?

Les cartes font partie de notre quotidien. Il en existe une grande variété dont les objectifs peuvent être très divers. La réalisation de cartes ou croquis est une épreuve souvent redoutée dans la mesure où il est attendu des candidats de démontrer de multiples compétences. Nous allons ici passer en revue certains éléments permettant d’évaluer la qualité d’une carte dans le cadre des concours.

Avant toute chose, quatre éléments sont indispensables : un titre, une orientation (indiquer le nord), une légende organisée et une échelle (le fameux « TOLE »). Il est important de rappeler qu’il s’agit d’un travail de représentation de phénomènes. Les éléments choisis devront rendre compte de la structure et de l’organisation de l’espace ainsi que des dynamiques des territoires.

La légende se doit d’être rigoureuse, synthétique et de répondre au sujet posé. On jugera la carte sur sa lisibilité, sa clarté et la précision des localisations (nom de pays, de villes, mers et océans, massifs montagneux etc.). Le choix des figurés et des couleurs avant la réalisation de la carte est une étape essentielle qui demande un peu d’entraînement, et de bon sens. Il faut éviter les superpositions hasardeuses d’éléments rendant la carte illisible, respecter certaines conventions (s’en tenir aux formes géométriques de base pour les figurés ponctuels par exemple) et veiller à la symbolique des couleurs (libéralisme en bleu, communisme en rouge etc.).

Une carte est un élément visuel qui répond à des logiques différentes d’un texte. Elle doit attirer l’œil par son esthétisme, d’où la nécessité de s’appliquer. Une excellente carte permet au lecteur de saisir les messages principaux et les grandes dynamiques représentées avant même la lecture du contenu de la légende. Surtout, elle donne envie de se plonger dans le sujet, d’en savoir davantage et de se questionner.

Une carte est un instantané à un moment t, rapidement caduque. Son message est toujours biaisé par les choix faits par le cartographe. En définitive, la bonne carte est celle qui suscite le débat et appelle à en réaliser d’autres !

Quelle est la bonne articulation entre le commentaire et la carte ?

L’articulation entre le commentaire et la carte s’apparente à un dialogue fécond qu’il appartient au commentateur de construire avec intelligence. Pour réaliser au mieux le commentaire d’une carte, il ne faut ni produire une paraphrase servile de la carte, ni s’enfuir dans un découplage stérile entre les mots et les images. Le commentateur peut se donner pour fil directeur de toujours conjuguer le poids des mots avec le choc des cartes.

Conscient de cet impératif d’équilibre, nous proposons une approche intégrée du commentaire de cartes dans Le monde en cartes – Méthodologie de la cartographie. Ainsi, l’introduction de la section (« Les enjeux ») explique la raison d’être de nos choix de cartes. Chaque chapitre est subdivisé en cinq cartes essentielles et complémentaires. Chaque carte est introduite par une justification du sujet, préparée par une explicitation de la problématique, analysée par un commentaire soulignant les faits marquants et, enfin, prolongée par des perspectives plus larges. Alors que le commentaire est centré sur des enjeux et des défis, la carte les met en image avec des illustrations choisies.

monde-en-cartes-1

Cet entretien est également disponible sur mon blog.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.